Tintin et les hormones de croissance

9 décembre 2004 2 commentaires
  • Après la psychanalyse, voici maintenant Tintin ausculté par un médecin. La Une du {Monde} daté du 10 décembre rend hommage à une information publiée par l'Association médicale canadienne et qui désigne Tintin comme « un cas unique » de « déficience des hormones de croissance ».

Le numéro en date du 7 décembre 2004 (Vol. 171, no. 12) du Journal de l’Association médicale canadienne publie en effet les résultats d’une recherche menée par l’équipe du Dr Claude Cyr. Celui-ci s’est demandé pourquoi Tintin ne montrait aucun signe de puberté, ni aucune libido, au cours de sa vie active. En référence à une autre étude démontrant un lien entre une déficience en hormone de croissance et un traumatisme crânien, il entreprit d’identifier et d’analyser toutes les situations (coups, accidents, explosion, ...) dans lesquelles Tintin avait perdu connaissance.

Les résultats montrent que Tintin a subi 50 pertes de connaissance, réparties dans 16 des 23 albums qui relatent ses aventures. La gravité de chaque traumatisme est mesurée en durée (nombre de cases pendant lesquelles Tintin demeure inconscient) et en intensité (nombre d’objets tournant autour de sa tête). Il formule l’hypothèse que la déficience en hormone de croissance et le sous-développement des gonades de Tintin proviennent de traumatismes crâniens répétés.

Le Dr Cyr admet que l’absence de signes para-cliniques, de données sur les antécédents familiaux de Tintin et le fait qu’aucune radiographie de son cerveau n’ait été faite, puissent limiter les conclusions de son étude.

D’autre part, si Tintin semble bien dormir (et même rêver), il faut constater qu’il ne s’alimente que très peu : d’autres études scientifiques pourront certainement être réalisées sur, par exemple, le lien possible entre l’apparence pré-pubère de Tintin et son alimentation, autre cause de ralentissement du développement somatique. Pourquoi pas, en ce 75e anniversaire ?

Le Dr Cyr est médecin et professeur associé au Département de pédiatrie de la Faculté de médecine de l’Université de Sherbrooke (Québec, Canada). Précisons que l’équipe du Dr Cyr était composée de ses deux fils, Antoine (5 ans) et Louis-Olivier (7 ans).

Le BéDénaute

(par Le Bédénaute)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :