Tintin & le Secret de la Licorne : Bravo Steven Spielberg !

12 octobre 2011 25 commentaires
  • C’est évidemment l’évènement de la fin de l’année et le centre de nombreuses interrogations. Que va faire Spielberg de Tintin? Nous avons vu le film en projection de presse ce matin. Notre sentiment se résume en ces mots : c’est une réussite.

Des centaines de journalistes se pressaient ce matin à l’UGC Normandie aux Champs Élysées. Tout le monde était là, le ban et l’arrière-ban de la critique de cinéma, quelques personnalités de la BD également : Albert Algoud, Benoît Peeters, hergéologues patentés, Gilles Ciment, le directeur général de la Cité de la bande dessinée d’Angoulême…

Comme de bien entendu, chacun de vos pas était accompagné par un Men In Black s’assurant que vous n’aviez avec vous aucun appareil photo ou smartphone susceptible de pirater le film. Dans la salle, les services de sécurité vous fliquaient ostentatoirement prêts à se jeter sur le premier contrevenant venu.

Tintin & le Secret de la Licorne : Bravo Steven Spielberg !
Tintin & le Secret de la Licorne : une course haletante
© 2011 Columbia Tristar Marketing Group, Inc. All rights reserved.

Vient le film. Il est inspiré du Secret de la Licorne mais, comme Spielberg voulait y introduire le Capitaine Haddock et La Castafiore, il a rapproché ce récit du Crabe aux pinces d’or. L’histoire démarre dans un pays qui est un mix entre l’Angleterre et la Belgique. Si, comme dans l’album, la séquence inaugurale se passe sur une sorte de Place du jeu de balle à Bruxelles, le Château de Moulinsart a des airs de manoir anglais...

Dès le premier dialogue, Spielberg donne le ton : il s’agit d’un échange entre Tintin et… Hergé son créateur. Celui-ci est caricaturiste de rue et fait le portrait de Tintin. Le rendu est de la Ligne claire et fait passer subtilement le spectateur de la 2D à la 3D.

À partir de ce moment là, le scénario s’emballe. Sans temps mort, pendant une heure quarante-sept, le spectateur a peine à reprendre son souffle. Les cascades se multiplient et Milou en particulier joue un rôle très important. Les scènes de combat entre Le Chevalier de Hadoque et Rackham le Rouge sont époustouflantes.

Nous ne suivons pas ici servilement l’album d’origine, même si la trame est globalement préservée. Les scénaristes (Steven Moffat, Edgar Wright et Joe Cornish) n’ont pas été fainéants : ils ont chaque fois retravaillé les séquences, améliorant l’intrigue là où elle était convenue, marquant intelligemment les transitions, offrant au jeu d’acteur toute la plénitude du rôle.

Il n’y a pas à dire, Steven Spielberg assure le spectacle et il ne se trompe pas de cible : les 7 à 77 ans y trouveront leur compte. L’univers d’Hergé n’est pas trahi et le nombre de références à la BD (on y voit Le Petit Vingtième, Tintin habite bien au N°26,…) montre que le fan n’est en aucun cas méprisé, que du contraire.

Andy Serkis, le producteur Peter Jackson, le réalisateur Steven Spielberg et Jamie Bell à l’hôtel Royal Monceau.
Photo d’Alexandre Moulard © 2011 Columbia Tristar Marketing Group, Inc. All rights reserved.

Si les Dupondt (Nick Frost & Simon Pegg) semblent un peu mous, Tintin (Jamie Bell), le Capitaine Haddock (Andy Serkis), Rackham le rouge (Daniel Craig) ou Allan (Daniel Mays) collent parfaitement à l’esprit original dans un récit qui invite à l’évidence à relire ces grands classiques de l’enfance.

Bravo, monsieur Spielberg !

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

© 2011 Columbia Tristar Marketing Group, Inc. All rights reserved.

 
Participez à la discussion
25 Messages :
  • Un produit pour tintinophile, c’est bien ce que je pensais.
    Qu’en pensera le public ordinaire ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Oncle Francois le 13 octobre 2011 à  14:17 :

      Le public ordinaire comme vous dites va se précipiter pour voir ce film, parce que le souvenir de Tintin reste immortel dans nos mémoires, mais aussi parce que Spielberg et Jackson font des films adaptés aux goûts du public (action, émerveillement, humour), et qu’ils vont bénéficier d’un énorme buzz médiatique (c’est d’ailleurs déjà le cas dans la presse généraliste hebdomadaire). Je pronostique un minimum de quatre millions d’entrées sur La France pour ce film d’ici la fin 2011, foi de François Pincemi ! Et que le grand Cric me croque s’il n’y arrive, mille sabords !

      Répondre à ce message

      • Répondu par Flocon le 19 octobre 2011 à  12:39 :

        Le grand cric va te croquer !
        Ce Tintin ne sera qu’un objet de curiosité, vite oublié.
        Les Français et autre ne sont quand même pas aussi crédule et puéril que les americains.
        E.T. fut un flop en France et les Aventuriers de l’Arche Perdue idem

        Répondre à ce message

        • Répondu par Oncle Francois le 19 octobre 2011 à  21:11 :

          Je n’ai jamais dit que ce film passerait à la postérité, seulement qu’il passerait allégrement la barre des quatre millions d’entrées en France, ce qui au passage suffirait à le classer dans les six meilleurs scores de l’année. Je remarque qu’il sortira la même semaine que le Poulet aux Prunes de Satrapi qui a choisi l’option inverse (affiche dessinée pour acteurs réels). Hum, je ne me demande pas vraiment qui sera le vainqueur de ce duel à l’issue évidente.

          Cher Monsieur Flocon, je suis prêt à parier avec vous une caisse de Loch Lomond qu’il pulvérisera ce score de quatre millions, mille sabords !

          Et sinon, sachez que le grand cric ne me fait pas peur, j’ai déjà domestiqué son petit frère, ma foi fort utile en certaines occasions d’aérophagie pneumatique.

          Répondre à ce message

          • Répondu par Flocon le 20 octobre 2011 à  12:43 :

            Pari TENU !
            Et moi, je dis que ce truc (et j’utilise Truc pour éviter des grossiertés)sera un feu de paille qui n’intéressera pas plus d’un million de spectateur.
            Si je perds mon pari je m’engage à porte un pantalon de golf pendant un an.

            Répondre à ce message

            • Répondu par Oncle Francois le 20 octobre 2011 à  14:45 :

              Un million de spectateurs, ce n’est guère beaucoup. Les deux Guerre des boutons viennent de franchir ce cap (je prend cet exemple parce qu’il est récent, que l’histoire est très connue, et que deux adaptations sont sorties en France à une semaine d’écart). Vous manquez d’enthousiasme, seriez vous d’humeur apathique ? Une question sérieuse pour finir : le Capitaine sera t’il aussi fumeur et buveur dans le film que dans les albums ? Ou devra t’il comme Lucky Luke se contenter d’un substitut ?

              Répondre à ce message

            • Répondu par Oncle Francois le 2 novembre 2011 à  14:13 :

              Le film a déjà dépassé les TROIS MILLIONS d’ENTREES en FRANCE en une semaine, cher monsieur Flocon. Vous avez déjà acheté votre pantalon de golf ?

              Répondre à ce message

          • Répondu par BDphiltre le 21 octobre 2011 à  14:51 :

            L’art des pronostics en matière de box office est bien difficile, mais je suis pour ma part prêt à parier qu’il dépassera les 10 millions d’entrées en France. Pour être plus précis, je pense que ce film est capable de rivaliser avec les records historiques de fréquentation en France : "Titanic", "la grande vadrouille" et "Bienvenue chez les Chtis". Qui vivra verra, mais il semble en avoir tous les atouts. Je considère donc qu’il a de grandes chances de passer effectivement à la postérité. Je crains que notre contradicteur ne puisse se promener en pantalon de golf pendant plusieurs années.

            Répondre à ce message

        • Répondu par Selig le 20 octobre 2011 à  14:08 :

          E.T fut un flop en France ? 9 413 001 entrées, beaucoup de producteurs rêveraient de pareils échecs !

          Répondre à ce message

          • Répondu par Flocon le 21 octobre 2011 à  12:49 :

            E.T. fut un flop sur TFI quand il a été diffusé car là les gens avaient le choix de tourner le bouton sans passer pour des néanderthaliens ignares , bien sûr , il fut un succès de curiosité au cinéma grâce à la réputation de Spielberg et parce que le public trop snob fut piégé par cette ânerie d’extraterreste trimballé sur un vélo d’enfant.
            Enfin vous avez sérieusement vu vous même ce film ?
            C’est puéril et grotesque, un film pour débiles mentaux.
            L’Alien est débile et moche, le gamin stupide et l’histoire frise et dépasse le ridicule.
            Pourquoi ne pas avouer quand on a été bête ?

            Répondre à ce message

          • Répondu par BDphiltre le 21 octobre 2011 à  14:41 :

            Et 6 397 117 entrées pour les aventuriers de l’arche perdue ! Un franc et massif succès ! Que de mensonges proférés pour une argumentation qui en perd toute crédibilité.

            Répondre à ce message

  • Un produit pour public indulgeant, c’est bien ce que je pensais. Qu’en penseront les tintinophiles ?

    Répondre à ce message

  • Désolé pour ce trait d’humour : à banalité, banalité et demie...

    Répondre à ce message

    • Répondu par Oncle Francois le 13 octobre 2011 à  15:15 :

      Les tintinophiles iront aussi en masse, au moins pour compter ce qu’ils appelleront les inexactitudes (ou trahisons, pour les plus enragés d’entre eux). Et ils ressortiront, la curiosité rassasiée, certainement en disant "ah quand même, les albums BD, c’était mieux". Ou alors "Mrff, je ne vois pas trop ce que cela apporte aux albums originaux". Cela risque d’être mon cas, d’ailleurs. Mais sait on jamais ? Après tout, je me suis bien amusé en voyant le film américain des Schtroumpfs, alors qu’avant, j’avais peur de m’enfuir après trente minutes de projection. Il faut rester vigilant, mais tout en ayant l’esprit ouvert à la nouveauté.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Thomas le 13 octobre 2011 à  15:36 :

        ce qui est sur, c’est que cette adaptation ne laisse personne indifférent.quant aux éventuelles réactions des tintinophiles enragés, Spielberg ne semble pas avoir trahi l’esprit du film malgré quelques supposées inexactitudes.mais après tout est ce si grave ?

        Répondre à ce message

        • Répondu par flocon le 14 octobre 2011 à  13:11 :

          qui vivra verra,à revoir dans dix ans

          Répondre à ce message

  • Et si Tintin était le chef d’oeuvre de Spielberg ?
    14 octobre 2011 05:22, par Jonas

    Je n’irai pas jusqu’à dire que la critique est unanime, mais je n’ai pour l’instant lu aucune mauvaise critique sur ce film. Sur Première (site du magazine de référence en cinéma tout public) ils osent même cette question:Et si Tintin était le chef d’oeuvre de Spielberg ?

    http://www.premiere.fr/Cinema/News-Cinema/REVIEW-Et-si-Tintin-etait-le-chef-d-oeuvre-de-Spielberg-2956546

    Répondre à ce message

    • Répondu par Alfred44 le 19 octobre 2011 à  12:36 :

      Comme si les cinéastes voulaient se faire de la contre-pub ;-)
      Des figues, des banannes, des noix... (air connu des amateurs de Furax)

      Répondre à ce message

  • Quand même curieux de voir cette « méga-production ». Cependant, point de vue composition, l’ensemble de mauvais raccommodages et de dégradés maladroits qui constituent l’affiche du film n’est pas très réussi, il faut le dire...

    Répondre à ce message

    • Répondu par Dol le 19 octobre 2011 à  11:44 :

      Celui qui a commis cette affiche venait juste de s’acheter "Photoshop pour les nuls" !

      Répondre à ce message

  • Bravo, c’est vite dit : un haddock avec un bazooka, un Sakharine passant d’aimable collectionneur à méchant, etc, etc... Pourquoi avoir pris le personnage de tintin ? Déjà que Spielberg & C° nous bassinent avec leurs "teasings" depuis 2 ans... Quant au respect des personnages d’Hergé, alors là, c’est le sommet du blues !!! Comme si Gaston Lagaffe était directeur de multinationale...J’irai pas le voir ce film, na !

    Répondre à ce message

    • Répondu par ThomasP le 19 octobre 2011 à  18:22 :

      tiens on a trouvé un récalcitrant...

      Répondre à ce message

      • Répondu le 19 octobre 2011 à  23:01 :

        Ca ne compte pas, il dit qu’il n’a pas vu (et n’ira pas voir) le film. Ce ne sont que des a-priori.

        Répondre à ce message

        • Répondu par aa le 20 octobre 2011 à  09:47 :

          Parce que pour savoir si tu vas te faire arnaquer, tu te fais arnaquer d’abord ? MDR :-))))
          Viens chez-moi, j’ai un compte où tu peux verser ta monnaie !!!

          Répondre à ce message

    • Répondu par Désiré le 13 avril 2012 à  16:18 :

      C’est dommage qu’Alfred44 n’ait pas vu le film, cela l’aurait conforté dans son avis... Peu de choses rappellent l’univers créé par Hergé et le film a perdu toute la magie des albums au profit d’un spectaculaire à l’américaine... Personnellement j’ai déjà relu les albums une bonne dizaine de fois, alors qu’une seule vision du film m’a suffi. Il y a pas mal de choses bizarres, comme les rues de Bruxelles où les affiches et les inscriptions sur les vitrines sont en anglais… Ou aussi Hergé, que l’on voit au Vieux Marché qui croque Tintin, que l’on a affublé dans la version française d’un abominable accent bruxellois (l’accent belge pour les Français) alors qu’il parlait un français impeccable et sans le moindre accent ! Par contre le brocanteur qui vend à Tintin la maquette de La Licorne qui lui aurait dû avoir cet accent parle un français digne d’un Parisien... Il y a aussi la fameuse ligne claire caractéristique du dessin d’Hergé qui est passée à la trappe avec des images ombrées et contrastée, qui sont à l’opposé des images des albums. Que le film soit titré « Le Secret de la Licorne », soit, mais alors sans Hergé et sans Tintin mais avec Spielberg et surtout Peter Jackson qui a toujours fait dans la démesure.

      Répondre à ce message