"Un Fanzine par Mois" : une initiative pour faire découvrir des fanzines sur abonnement

9 mai 2018 0 commentaire
  • Le fanzinat est un espace de création ancien mais toujours dynamique. Les fanzines ne sont cependant pas toujours aisés à trouver. La solution ? Un abonnement permettant de recevoir régulièrement des fanzines grâce à un travail de recherche réalisé en amont. C'est du moins ce que propose depuis peu l'association "Un Fanzine par Mois".

"Un Fanzine par mois" ! Cela sonne comme un slogan. C’est ici à la fois le nom d’une association fondée par trois jeunes gens et un argument visant à promouvoir la diffusion de fanzines. Existant en France depuis les années 1960, comme le rappelle Philippe Morin [1], les fanzines ont certes évolué, donnant une place de plus en plus large au graphisme et à la bande dessinée au détriment de la critique, mais ils demeurent nombreux, variés... Et relativement peu accessibles.

"Un Fanzine par Mois" : une initiative pour faire découvrir des fanzines sur abonnement
Recevez votre fanzine à domicile...

En effet, s’ils sont le creuset de l’expérimentation dessinée, les fanzines sont pour leur immense majorité édités à quelques dizaines ou quelques centaines d’exemplaires, par leurs auteurs eux-mêmes ou par de petites structures d’édition, en général associatives. C’est pourquoi il n’est pas toujours facile de les trouver et de se les procurer. Il faut connaître les "bonnes" librairies ou galeries, visiter certains festivals ou fouiner sur Internet pour découvrir et éventuellement acheter des fanzines.

Le jeu en vaut généralement la chandelle : pour une somme modique, nous pouvons découvrir de jeunes dessinateurs ou d’autres plus expérimentés se donnant toute liberté pour inventer, essayant de nouveaux modes de narration ou tentant de faire évoluer leur trait. De quoi tomber sur de belles surprises tout en observant la bande dessinée contemporaine "en train de se faire".

Faisant eux aussi ces constats, Jean Dalin (lui-même dessinateur), Simon Guibert (actif également dans l’aide aux réfugiés) et Yann Quelennec (qui termine ses études dans le domaine de l’édition) ont décidé de créer "Un Fanzine par mois" [2] pour faciliter l’accès à ces micro-publications. Leur idée est de chercher et sélectionner des fanzines pour les adresser ensuite directement aux lecteurs, par voie postale. Pour cela, pas de financement participatif ni de catalogue en ligne, mais plusieurs formules d’abonnement (trois mois, six mois, indéfini), réservant une part de surprise aux abonnés. Simple, mais essentiel : les revenus tirés de ces souscriptions permettront d’acheter les fanzines et de les envoyer [3].

Un Fanzine par Mois souhaite donc promouvoir, avec enthousiasme, le DIY tout en facilitant les liens entre auteurs et lecteurs. Aider les artistes à pérenniser leur activité et nourrir la curiosité de tous pour 10 € 99 par mois, pourquoi pas ? Le défi le plus ardu à relever sera probablement celui de la durée. Quoi qu’il en soit, le projet est lancé, et de belle manière puisqu’il permettra de faire découvrir notamment Baie des Machines, J’apprends Magazine, Novland, Bien Monsieur !, la Maquerelle, Gorgonzola ou encore les éditions Fidèle.

Quelques-uns des fanzines proposés par "Un Fanzine par Mois".

(par Frédéric HOJLO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Consulter le site Un Fanzine par Mois & sa page Facebook. Contacter l’association : unfanzineparmois@gmail.com.

Sur le même sujet :
- La Fabrique de fanzines ou l’art du "Do it Yourself"
- La bande dessinée "alternative" a aussi son prix à Angoulême
- Petite sélection estivale de fanzines et autres auto-éditions
- FIBD 2018 : la liste des candidats au Prix de la bande dessinée alternative
- "Bien, Monsieur.", fanzine lauréat du Prix de la bande dessinée alternative au FIBD 2018

[1Dans un article synthétique mais riche du Dictionnaire esthétique et thématique de la bande dessinée du site neuviemeart2.0.

[2Un nom qui rappelle le site fondé par Jean-Philippe Garçon, "1 fanzine par jour", encore ponctuellement nourri par Maël Rannou mais aujourd’hui un peu en déshérence.

[3Et rien d’autre, l’association étant à but non lucratif.

  Un commentaire ?