Verte - Par Marie Desplechin et Magali le Huche - Editions Rue de Sèvres

15 avril 2017 2 commentaires
  • C'est l'histoire d'une petite fille, au prénom peu commun : Verte ! Elle n'a pas de papa, mais une maman et une grand-mère... L'une et l'autre sont des sorcières !

Dans cette famille, on est sorcière de mère en fille mais elle, ne montre aucun talent pour la sorcellerie. Pire que cela : elle veut vivre comme quelqu’un de normal et se marier !

Verte va à l’école et s’intéresse plus aux garçons de sa classe qu’au brouet destiné à empoisonner le chien des voisins préparé par sa grand-mère. En désespoir de cause, Ursule, sa mère, décide de la confier une journée par semaine à sa grand-mère, Anastabotte pour une initiation.

Pourtant, dès la première séance, les résultats sont excellents, mais Verte sera-t-elle à l’image de sa mère. Pas si sûr !, car la fillette entend surtout user de ses pouvoirs pour n’en faire qu’à sa tête.

Verte - Par Marie Desplechin et Magali le Huche - Editions Rue de Sèvres

Depuis quelques années, la littérature de jeunesse bouscule l’image traditionnelle des sorcières et des sorciers, les intégrant à notre monde, cherchant à les rapprocher davantage de nos préoccupations quotidiennes et ordinaires plutôt que d’univers fantastiques ou du merveilleux.

JPEG - 12.4 ko
Marie Desplechin
Photo de Karine Mazloumian

C’était tout particulièrement le cas du roman que Marie Desplechin publia, jadis à l’École des Loisirs. Rien d’étonnant à ce que l’adaptation en bande dessinée réalisée par Magali Le Huche paraisse ces jours-ci chez Rue de Sèvres. L’éditeur poursuit son travail d’adaptation des grands succès de éditeur de littérature jeunesse dont le fonds est quasiment inépuisable ! Après Le Journal d’un chat assassin, Quatre Sœurs ou Le Journal d’Aurore c’est un nouvel ouvrage de la romancière qui se retrouve désormais au rayon BD, accessible à un autre public.

À première vue, voilà une histoire où il ne se passe pas grand chose mais où plusieurs thèmes très contemporains apparaissent en toile de fond de cette intrigue assez simple : la recherche de sa propre identité, la recherche du père et de ses origines rendent ce récit attachant, plus profond et en lien direct avec notre époque. Les sorcières se retrouvent face à des problèmes aussi quotidiens que la difficultés des rapports mère-fille ou la construction compliquée de la personnalité, les premiers émois amoureux...

Des problèmes qui ne trouvent pas forcément une solution à coup de baguette magique ou de philtres envoûtants ! Les trois principaux personnages possèdent une identité graphique forte, en écho à leur profil psychologique particulier, crédible et finalement plutôt attachant face à cette gamine gentiment rebelle !

JPEG - 13.4 ko
Magali Le Huche, publie son premier album aux éditions Rue de Sèvres.

Présenté à quatre voix dans la version romancée, l’histoire offre ici, un point de vue un peu différent mais bien servi par le graphisme léger et nerveux de Magali le Huche. Venue de l’illustration, la dessinatrice retrouve des thématiques pas très éloignées de sujets traités dans ses précédents ouvrages parus chez Dargaud (À la recherche du nouveau père, Mères anonymes sur des scénarios de Gwendoline Raison). Les planches se succèdent, les décors restent discrets, tout en rondeurs et en couleurs douces, et suivent le rythme de ce récit qui aborde sur un ton léger des thèmes très actuels, difficiles mais traités avec plus d’humour que de pathos ! Le découpage et les ruptures dans la mise en page contribuent au dynamisme joyeux et aéré de cette chronique enfantine.

Autant d’atouts qui rendront la lecture de cette histoire pour petits et grands aussi rendre agréable qu’ensorcelante !

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

© Illustrations Magali Le Huche – Editions Rue de Sèvres 2017

Commander cet ouvrage chez Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
2 Messages :