Yamada Kun & the 7 Witches T16 - Par Miki Yoshikawa - Delcourt/Tonkam

5 décembre 2017 0 commentaire
  • Drôles et attachantes, les aventures de Yamada aux prises avec les manigances des sorciers et des sorcières de son lycée se poursuivent sur un excellent rythme, même si le côté répétitif du propos se fait de plus en plus présent.

C’est en effet un peu toujours la même chose avec cette série : suite au dénouement du premier arc narratif, au tome onze, un nouveau groupe de sorcières a fait son apparition : dotées de pouvoirs qui varient légèrement de ceux déjà connus, c’est surtout l’occasion de découvrir une nouvelle troupe de jeune filles à « problème » que Yamada aide bon gré mal gré.

Une formule parfaitement rodée, qui offre peu de surprise au niveau intrigue, en particulier en raison d’une sur-dramatisation qui se dégonfle systématiquement au dénouement, où les « vilains » se révèlent en fin de compte gentil et maladroit.

Un motif admirablement symbolisé par le personnage de Rui, arrivé peu dans l’histoire, en couverture de ce tome, qui apparaît régulièrement à Yamada pour le narguer en lui expliquant qu’il sait de choses mais ne lui dira rien tant qu’il ne changera de pas camp ! Un véritable running gag qui semble particulièrement amuser l’auteure tant le personnage ne sert à rien pour le moment !

Yamada Kun & the 7 Witches T16 - Par Miki Yoshikawa - Delcourt/Tonkam
© 2012 Miki Yoshikawa / KODANSHA / Delcourt Manga

La force de la série repose essentiellement dans sa dimension comédie loufoque et sur les portraits de personnages qui apparaissent et se dévoilent au fur et à mesure. Et bien que ce tome annonce l’existence d’une réelle intrigue cachée expliquant tout, le lecteur sent que rien n’est très sérieux, que tout est bien inutilement compliqué !

Nous sommes en quelque sorte dans une version moderne des récits de Rumiko Takahasi, où la galerie de personnages augmente sans cesse, avec certains dotés de pouvoirs servant à mettre en scène de façon loufoque des sujets classiques (communication, solitude, ambition et romance), qui se termine toujours par l’entrée du ou des protagonistes dans le cercle d’amis de Yamada.

C’est donc l’aspect comédie, humoristique et sentimentale, qui prédomine, la structure narrative se répétant sans cesse en dépit de certains points d’orgue. Cependant il n’y a pas à bouder son plaisir : les situations et les personnages évoluent et changent constamment : le graphisme de Miki Yoshikawa possède un sens du rythme indéniable et les malheurs de Yamada de révèlent souvent drôles, l’auteure ne lui épargnant rien pour le plus grand plaisir du lecteur.

© 2012 Miki Yoshikawa / KODANSHA / Delcourt Manga

Dans ce nouveau tome, côté scénario, Yamada et sa bande sont en quête d’information sur le nouveau groupe de sorcières qui se dévoilent enfin au grand jour, avec le projet de révoquer le Conseil des Elèves, dirigés par nos héros. Pour ce faire ils usent d’une manipulation de masse par l’intermédiaire de leurs pouvoirs !

Côté romance, Yamada et Urara qui sortent ensemble depuis le tome onze font une pause en raison des événements récents, et Nene en profite pour tenter sa chance et de séduire Yamada dont elle est amoureuse depuis longtemps !

Bref sur un registre simple et classique la série de Miki Yoshikawa continue son chemin d’une belle façon, maîtrisée et amusante, qui devrait ravir les amateurs de comédie lycéenne loufoque.

© 2012 Miki Yoshikawa / KODANSHA / Delcourt Manga

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Découvrez la librairie de BD numérique ActuaBD avec Sequencity

Yamada Kun & the 7 witches T16. Par Miki Yoshikawa. Traduction Akinori Matsumoto. Delcourt/Tonkam, collection "Shonen". Sortie le 29 novembre 2017. 192 pages. 6,99 euros.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

Yamada Kun & the 7 witches sur ActuaBD :
- Lire la chronique du tome 1,
- Lire la chronique des tomes 2 & 3,
- Lire la chronique du tome 5,
- Lire la chronique du tome 8.

  Un commentaire ?