Yeshua – Par TBC – Editions Mosquito

30 juillet 2018 3 commentaires
  • Une « Vie de Jésus » à la Renan, un chromo saint-sulpicien à la gloire du Messie à l’origine du Christianisme, est cela que nous promet ce « Yeshua » ? Que nenni. Le Slovène Tomaz Lavrić nous décrit un pseudo-Messie effronté qui découvre ses sens dans les bras d’une prostituée et qui fabrique des miracles grâce à des tours de passe-passe. Iconoclaste et impie, cette lecture décapante des Evangiles produit cependant un miracle : un album formidablement raconté, documenté et passionnant.

Soulignons d’abord la virtuosité de ce Tomaz Lavrić, alias TBC, tant au niveau de la composition, de l’encrage que de la narration. Nous avons là un des meilleurs talents de la bande dessinée yougoslave actuelle (même si cette nationalité est passée de mode). On retrouve un lien en effet avec les grands artistes du noir et blanc qui peuplent la côte adriatique : on pense aux Croates Maurović, le « Alex Raymond croate », à Goran Parlov, l’un des plus vigoureux dessinateurs de comics actuels, ou encore à l’orfèvre du noir et blanc Danijel Žeželj, dont nous parlions dans ces pages récemment., aux virtuoses serbes Aleksandar Zograf ou Gradimir Smudja, au Bosnien Milorad Vicanović-Maza ou encore au fabuleux raconteur d’histoire kosovar Giani Jakupi

Yeshua – Par TBC – Editions Mosquito
Yeshua – Par TBC – Editions Mosquito

Avec Lavrić, nous avons aussi là un des meilleurs techniciens du noir et blanc actuel. Rien d’étonnant à ce qu’il figure dans le catalogue de Mosquito aux côtés de Sergio Toppi, Dino Battaglia, Paolo Serpieri, Danijel Žeželj déjà cité, ou Barbato, c’est une des marques de fabrique de cet éditeur et Lavric peut rivaliser avec ces maîtres. TBC avait œuvré notamment, on s’en souvient encore, sur Le Serment, le quatrième volume du Décalogue (Ed. Glénat) sur un scénario du regretté Frank Giroud..

Yeshua – Par TBC – Editions Mosquito

Un Jésus atypique

Et Jésus dans tout cela ? Il est restitué ici dans une version laïque. Jésus / Yeshua n’aurait été qu’un saltimbanque rusé, rompu aux tours de magie, un thaumaturge « charlatan et voleur » si l’on en croit le témoignage de son disciple Philippe, alias Aaron, interrogé par le scribe-historien Zacharie.

Il serait le fils illégitime d’une femme de riche lignée mariée à un charpentier pour faire bonne figure, lequel était un des constructeurs du Temple, employé des Romains pour fabriquer les croix servant aux crucifiés. Ce jeune voyou assez minable aurait constitué une bande qui ambitionna un temps de renverser le pouvoir des Pharisiens sur lesquels s’appuient l’armée d’occupation romaine. Il est possible même, si l’on en croit cet album, que le futur messie ait été le commanditaire de la mort de son cousin Jean, le baptiste, un vrai saint, celui-là. Voilà ce que raconte ce témoin gênant de l’irréalité de l’esprit saint, qui finira sous le stylet de son intervieweur.

Yeshua – Par TBC – Editions Mosquito

Cet évangile iconoclaste est formidablement raconté et minutieusement documenté (et saluons-le au passage, très bien adapté en français par Mathias Rambaud), même si ses réfutations, c’est leur faiblesse, ne s’appuient que sur une relecture des seuls Évangiles dont il rappelle à raison qu’ils sont l’émanation de scribes n’ayant pas connu le Christ. Il n’explique cependant pas ce miracle : pourquoi ce récit a-t-il passé les siècles pour s’imposer, à l’exclusion de tout autre, pour combler les croyances de millions d’êtres humains ? Mais comme dirait l’autre, « Ceci est une autre histoire ».

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet ouvrage chez Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • Yeshua – Par TBC – Editions Mosquito
    30 juillet 15:51, par PhilC

    Votre conclusion est intéressante.
    Serait-il possible que dans les premiers siècles de notre ère de très nombreuses personnes ait accepté d’être torturés et de mourir pour la postérité de quelques tours de passe-passe d’un saltimbanque. Ce n’est pas très sérieux, et cet ouvrage n’a pas d’autre ambition que la gaudriole, même si elle est de bonne facture et relève d’un exercice de style plutôt réussi (la relecture des évangiles sous un angle loufoque).
    Il ne faut cependant pas tout mélanger ! La "vie de Brian" des Monty Pythons qui relevaient d’une même démarche, n’a, à ma connaissance, jamais fait l’objet d’un classement en documentaire historique.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 30 juillet à  16:16 :

      ...un classement en documentaire historique.

      Vous n’avez manifestement pas lu le livre qui se présente comme une interprétation amusée des Évangiles et pas comme un précis historique.

      Je préfère ce genre de bande dessinée mécréante qui interroge l’Histoire que les affirmations aveuglées par la foi. On tue encore au nom de la religion, encore aujourd’hui, tous les jours. Ce qui ressort de cette lecture des Évangiles, c’est que ce qui s’avère souvent être des "miracles" n’est en réalité qu’une manifestation de la crédulité et de l’ignorance face à un phénomène inexpliqué. Le livre de TBC est bien plus subtil que vous ne le croyez.

      Répondre à ce message

      • Répondu par PhilC le 1er août à  16:01 :

        Je comprends mal votre réaction viscérale, d’autant qu’il ne me semblait pas être en contradiction totale avec votre propos. Je vous disais d’ailleurs que j’avais trouvé votre conclusion touchante, sans aucune ironie, car elle expose une interrogation universelle et centrale à tous ceux qui s’intéressent à ce sujet.
        Je mettais juste en perspective que la réécriture ne relève pas tout à fait de la même démarche que l’exégèse et qu’il peut être approprié d’en saisir la nuance.
        Peut-être gagneriez-vous à un peu moins de condescendance dans vos réponses à vos fidèles lecteurs qui ne sont pas forcément des abrutis.

        Répondre à ce message