Zinozorrus, le zine des vieux znoc(k)s

20 juillet 2018 0 commentaire
  • Le Chant des Muses, maison d'édition artisanale vouée à la découverte d'œuvres peu diffusées par ailleurs, a sorti pour le moment deux numéros de sa revue "Zinozorrus". Rassemblant des extraits de bandes dessinées patrimoniales et des dessins d'artistes contemporains, elle réussit une coexistence, et même un dialogue entre classiques et modernes, devenus rares.

Zinozorrus est un « journal de BD, dessin et cartoon » qui s’adresse certes aux vieux znoc(k)s, mais que les autres gagneront aussi à lire. Faisant le constat que les publications qui mêlent auteurs contemporains et dessinateurs considérés comme appartenant au patrimoine de la bande dessinée sont peu nombreuses, il souhaite faire se rencontrer des époques et des styles variés et offrir un peu d’espace à des dessinateurs méconnus, tout en donnant une profondeur historique à l’ensemble.

Zinozorrus, le zine des vieux znoc(k)s
© Zinozorrus / Le Chant des Muses 2017

Ce sont Violette Guyot et Xavier Dole, les éditeurs du Chant des Muses, qui sont à l’origine de Zinozorrus. Seulement deux numéros ont certes été publiés, mais le résultat est plus que prometteur. D’un format assez large - 22 x 32 cm - et d’un prix modique - six euros - pour une édition à la diffusion pourtant restreinte, Zinozorrus permet en effet à la fois de découvrir ou de redécouvrir des dessinateurs du XIXe ou du début du XXe siècle, tels Caran d’Ache, Steinlein, E.C. Segar (The Thimble Theatre : Olive avant Popeye...) ou Herriman (Stumble Inn, dessiné en parallèle de Krazy Kat,) mais aussi d’autres dont le talent pourtant immense reste encore trop méconnu, comme François Fléché ou Lucas Méthé, dont la revue Tchouc-Tchouc gagne elle aussi à être connue.

La référence de Zinozorrus est Charlie mensuel : des années 1970 à nos jours, le Charlie de Delfeil de Ton, Wolinski et Willem - pour ne citer que ses rédacteurs en chef - est l’un des rares magazines ou journaux à allier création contemporaine et bande dessinée « classique » - au sens historique du terme, ce qui n’exclut aucunement l’expérimentation graphique et narrative. Nous retrouvons d’ailleurs dans Zinozorrus George Herriman, Francis Masse et Pierre Guitton notamment, qui furent autrefois publiés dans Charlie mensuel. Et si Zinozorrus semble regretter le « spécialisation à outrance » de la presse et de l’édition actuelles, la priorité reste la plaisir de la lecture et du dessin, sans cloisonnement ni snobisme.

© Zinozorrus / Le Chant des Muses 2018

Nous trouvons ainsi au sommaire du numéro 0, paru en 2017, outre les auteurs déjà cités et sans souci de chronologie, Philippe Gerbaud, qui fut l’un des pionniers du dessin réalisé grâce aux outils informatiques, Touïs, connu principalement pour son Sergent Laterreur, ainsi que Lourdel, Marthe, Hugot, Oscar Jacobsson, Emmanuelle Jamme. Beaucoup sont également présents dans le numéro 1, paru cette année. Ajoutons Jules Depaquit, dessinateur de la Belle époque, et Kristin Meller, artiste contemporaine spécialisée dans la gravure, pour faire bonne mesure, et nous aurons une idée de la diversité et de l’originalité des pages de Zinozorrus.

Le Chant des Muses de Violette et Monsieur X - les noms d’artiste des éditeurs - travaille hors des grands circuits commerciaux. Nous pouvons trouver leurs publications sur quelques salons et lors de quelques festivals dans le Sud de la France - Le Chant des Muses est basé dans l’Hérault - mais il est inutile de les chercher en librairie ou en kiosque. Attachée à « rendre justice » aux œuvres de leurs auteurs en prenant le temps de réaliser des éditions soignées, cette maison de micro-édition propose des bandes dessinées, des livres d’illustrations, de la poésie et de la musique. Avec à chaque fois ce qui fait le charme de Zinozorrus : le souci d’être accessible et de ne pas trop se prendre au sérieux tout en offrant à voir et à lire ce que nous ne trouvons que rarement ailleurs.

© Xavier Dole / Zinozorrus / Le Chant des Muses 2017 & 2018

(par Frédéric HOJLO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Zinozorrus n° 0 (36 pages) & n° 1 (40 pages) sont disponibles au prix de 6 euros chacun sur le site de l’éditeur Le Chant des Muses ou en écrivant à l’adresse edition@lechantdesmuses.fr.

  Un commentaire ?