Isabelle Beaumenay-Joannet : « Les originaux permettent de suivre le travail et les repentirs de Chaland »

5 septembre 2010
  • Vous avez raison, il faudrait casser les prix pour que les amateurs pauvres et éclairés puissent s’offrir des œuvres inestimables à la pelle. C’est n’importe quoi votre raisonnement ! Ce sont les gens fortunés qui peuvent financer l’Art, pas des pauvres ! Vous vivez au pays des Bisounours ? De la même manière, un éditeur pauvre ne peut pas aider un artiste à se développer. Il peut, tout au plus, l’aider à survivre.

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recevez gratuitement les infos BD par e-mail
Cliquez ici.