DIDIER PASAMONIK : Bastien Vivès et les infortunés de la vertu

29 novembre 2011 par Sergio SALMA
  • Son Polina était déjà tout en sensualité. Il aime le corps, les corps, pas étonnant qu’il ait réalisé un bouquin carrément de cul. C’est très bien. Il exprime presque la même chose que d’habitude mais frontalement. C’est d’ailleurs intéressant de voir qu’il se mette à cet eXercice pour que son récit devienne marrant. Vivès montre qu’il peut faire rigoler ou s’émouvoir. Quant à cette psychose sur la pédophilie elle est grotesque. Evidemment que c’est un acte criminel , où a-t-il été indiqué que ce livre était un exemple. Lire Sade ou regarder la plupart des films c’est être témoin de violences. Faire l’amour est (...)

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recevez gratuitement les infos BD par e-mail
Cliquez ici.