75 ans du Journal Tintin : Où est Edgar ? Les apparitions d’Edgar P. Jacobs dans Tintin

29 novembre 2021 Collectors 8 Commentaires
Tintin Moulinsart tout public Aventure Belgique 🛒 Acheter

75 ANS. Ces apparitions sont bien connues des tintinophiles et des jacobsiens, mais, en ce 75e anniversaire du journal Tintin et de la série Blake et Mortimer, rappelons l’amitié qui liait les deux fondateurs de l’hebdomadaire des 7 à 77 ans. Et quel n’est pas le plus évident hommage que de rappeler ou signaler ces "caméos" d’Edgar P. Jacobs dessinés par Hergé dans les aventures du plus célèbre reporter de la BD franco-belge.

À partir de 1944, Edgar P. Jacobs commence à travailler avec Hergé à la refonte (corrections, remises au format et coloriage) des aventures de Tintin pour une réédition en album couleur chez Casterman, sans compter sa contribution aux albums de la collection Voir & Savoir.

En retravaillant la nouvelle version du Sceptre d’Ottokar, qui paraît en 1948, Hergé et Jacobs "se divertirent fort en reproduisant parmi les personnages, le physique de certains leurs amis" [1].

75 ans du Journal Tintin : Où est Edgar ? Les apparitions d'Edgar P. Jacobs dans Tintin
© Hergé - Moulinsart

Hergé croquait-il Jacobs et inversement ? Ou, comme pour le reste, Jacobs faisait-il les dessins avant encrage par Hergé ? Une chose est sûre, Jacobs fait sa première apparition dans les aventures de Tintin en assistant au récital de Bianca Castafiore devant le roi Muskar XII et sa cour. Au premier rang, à droite de la reine, il écoute avec émotion la cantatrice entonner le fameux Air des bijoux de La Damnation de Faust de Gounod, qui deviendra, au fil des albums, son air fétiche. Dans un auditoire au mieux impassible, Jacobs est le seul à contempler le Rossignol milanais avec une émotion visible, hommage à la passion de l’ancien chanteur baryton de l’Opéra de Lille pour l’art lyrique.

© Hergé - Moulinsart

Sur la même planche, on le retrouve aux côtés d’Hergé dans la scène de l’arrestation de Tintin au palais. Les deux officiers jettent un regard empli de dédain en direction du jeune intrus qui a perturbé le récital et provoqué l’évanouissement de la cantatrice.

© Hergé - Moulinsart

Jacobs fait une troisième apparition à la fin de l’album, en grand uniforme de cuirassier, dans la scène de la réception officielle de Tintin au palais, aux côtés de sa compagne Jeanne Faignart-Quitellier, non loin du couple Georges et Germaine Rémi, la première épouse du fondateur de l’École de Bruxelles de bande dessinée.

© Hergé - Moulinsart

En 1948 sort également la version album des 7 Boules de cristal, où Jacobs fait une apparition dans une loge du Music-Hall-Palace. La passion de l’opéra toujours...

© Hergé - Moulinsart

En 1953, Jacobs figure en dessinateur ventru de l’équipe du professeur Tournesol dans l’album Objectif Lune.

© Hergé - Moulinsart

Enfin, en 1955, Hergé lui rend un hommage appuyé en le momifiant, sous le nom de l’égyptologue E. P. Jacobini, en couverture de la nouvelle édition en album des Cigares du Pharaon, ainsi que dans la première bande de la 8e planche. Clin d’œil à la sortie du Mystère de la Grande Pyramide (1954-1955) aux Éditions du Lombard.

Remarquables marques d’amitié entre les deux hommes, figures inoubliables des du Journal Tintin qui incarnent si parfaitement l’âge d’or de la BD belge.

Le célèbre repas annuel du Journal Tintin à Beersel. Autour de la table, on reconnaît les personnages du journal et les dessinateurs (de g. à dr.) Jacques Laudy (2e), modèle du Captain Blake, Paul Cuvelier (4e) créateur de Corentin, Hergé (17e) et Edgar P. Jacobs pour boucler la table des convives.

PC

Illustrations : Dessins d’Hergé © Ed. Moulinsart / Casterman

Voir en ligne : Tous les albums Tintin chez Cultura

[1Edgar P. Jacobs, Un Opéra de papier. Les mémoires de Blake et Mortimer, Paris, Gallimard, 1981, p. 75. Hergé fait par ailleurs figurer Jacobs, en compagnie d’autres membres de l’équipe du journal Tintin, à la table de réveillon qui fait la couverture du numéro du 2 janvier 1947.

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.


🛒 Acheter

Code EAN :

A lire aussi sur ActuaBD :

 
Participez à la discussion
8 Messages :
  • Superbes évocations d’ E.P. Jacobs dans Tintin avec de belles cases bien scannées et agrandies ! Il est intéressant de noter les apparitions d’Edgar bien après la fin de la collaboration entre Jacobs et Hergé ( fin 1946) !... Comme un fantôme qui hante l’œuvre ou l’esprit de son créateur...
    Petite remarque : Dans la vignette de la réception officielle au palais, je ne vois pas Jeanne Quittelier aux côtés de Jacobs (en uniforme de cuirassier) ? La dame en bleu devant Jacobs ne ressemble pas du tout à Jeanne Quittelier. De plus en cette période Jacobs était toujours marié avec Ninie (Bervelt) et je ne pense pas qu’il se serait amusé à montrer sa future compagne.

    Répondre à ce message

    • Répondu par PATYDOC le 29 novembre 2021 à  12:31 :

      Bonjour éminent auteur de BD ! ... moi je trouve que si, elle ressemble bien ! voir la photo en bas de cette page : https://vivianequittelier.wordpress.com/2012/10/11/les-quittelier/

      Répondre à ce message

    • Répondu par Paul CHOPELIN le 29 novembre 2021 à  19:58 :

      Je me suis permis cette proposition d’identification à partir des photos de l’intéressée publiées dans la nouvelle édition de la biographie d’E. P. Jacobs par Benoît Mouchart et François Rivière. La coiffure et l’allure générale sont les mêmes. Si j’ai bien lu, Jacobs ne vit plus alors avec son épouse légitime Léonie Bervelt, le couple bat de l’aile depuis plusieurs années, chacun entretenant des relations extra-conjugales consenties. L’identification me semble possible, mais ce n’est qu’une hypothèse, j’aurais dû le préciser.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Philippe Wurm le 29 novembre 2021 à  22:39 :

        une hypothèse me semble une bonne formulation.

        Répondre à ce message

  • Dans la réception au palais de Klow,à droite de Germaine Remy,on voit également le Major Paul Remy,frère de Hergé.

    Répondre à ce message

  • Trois petites remarques :
    - Cet article omet au moins deux autres apparitions : à la première image du "Congo" en couleurs, Jacobs est derrière Hergé parmi les journalistes interrogeant Tintin sur le quai de gare ( à noter qu’il remplace ici Évany présent dans la version N&B) ; et dans "l’Affaire Tournesol", le nom - sans image- de "Jacobini" réapparaît en aussi gros que celui de Bianca sur l’affiche de "Faust" dans la loge de la cantatrice ;
    - Ces apparitions au fil du temps n’ont pas la même signification et illustrent l’évolution des rapports entre les deux hommes. Plusieurs biographes en ont parlé ( et, publicité non payée, moi aussi dans mon "Petit éloge de Tintin !" paru chez Bourin il y a un an !) ;
    - L’auteur pourrait-il expliciter la phrase suivante et notamment son "comme pour le reste" ? : "Hergé croquait-il Jacobs et inversement ? Ou, comme pour le reste, Jacobs Jacobs faisait-il les dessins avant encrage par Hergé ?"

    Répondre à ce message

  • Il existe un article très intéressant sur le forum du "Centaur Club" qui reprend les clins d’œil croisés entre Hergé et Jacobs (*) : https://www.centaurclub.com/forum/viewtopic.php?t=3876
    (*) même si les allusions à Hergé dans "Blake et Mortimer" se résument à... une seule case du vivant de Jacobs (une boutique du nom d’Hergé dans "Le mystère de la Grande Pyramide"). Les repreneurs de Jacobs, par contre, ont multiplié les allusions à Tintin dans les albums plus récents.
    A noter ce phylactère de "Tintin au pays de l’Or Noir", paru dans le journal n°46 de 1949 mais modifié pour l’album, qui fait allusion au "Secret de l’Espadon" de Jacobs...

    Répondre à ce message

  • Un peu hors sujet mais en ce qui concerne Jacobs et le journal Tintin tout de même : à ne pas louper étant donné le faible tirage, la réédition des tome 1 et 2 du "Secret de l’Espadon" tels que publiés dans le journal Tintin. Un must absolu pour les mordus de la série.

    Répondre à ce message