A l’occasion de ses 40 ans, Mafalda parle l’anglais.

1er août 2004 0 commentaire

Créée en 1964 par l’Argentin Joaquín Salvador Lavado, né à Mendosa (Argentine) en 1932, mieux connu sous le nom de Quino, et traduit dans plus de 20 langues, dont le français (Chez Glénat), la petite famille de Mafalda, précurseur de l’altermondialisme impertinent et intelligent, va pouvoir dialoguer dans la langue des Yankees.

Une consécration pour la petite héroïne qui, trente ans avant Titeuf, posait les questions que les adultes ne voulaient pas entendre. Adorant les Beatles mais détestant la soupe, elle savait se rappeller au bon souvenir de ses parents en leur infligeant des observations ou des questions embarrassantes. La politique en particulier était un de ses domaines de prédilection dans laquelle elle pointait les contradictions –ou les évidences- avec une humeur décapante. Quino, comme Watterson après lui, décida d’arrêter la série Mafalda après neuf ans de production, « par manque d’idées » disait-il.

Il devait se justifier plus tard en expliquant que lorsqu’il a créé Mafalda, le monde était éminemment critiquable. Le problème est qu’aujourd’hui « il est pire encore ». Et cela ne lui donne plus l’envie de rire.

DP

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?