Affaire « Tintin au Congo » : la CRAN prend position !

4 septembre 2009 0 commentaire

Nous évoquions le 1er septembre que « l’affaire Tintin au Congo » était en passe de rebondir devant les tribunaux français. Patrick Lozès, le président du CRAN (Conseil Représentatif des Associations Noires de France) a publié un billet sur son blog où il prend position.

Il estime que le débat autour de cet album de Tintin est « est nécessaire et même salutaire car c’est un débat de fond ». Cette affaire permet, selon lui, d’examiner les traces du passé colonial dans notre présent. Patrick Lozès souligne l’attitude équivoque de Moulinsart, la société qui gère les intérêts de Fanny Rodwell, l’ayant-droit d’Hergé. Dans un communiqué, Moulinsart a admis qu’il fallait : « juger le contenu d’une oeuvre ne vaut que si on la replace dans le contexte de l’époque où elle a été publiée ». Patrick Lozès approuve cette réflexion. Mais s’étonne que Moulinsart soit opposé à un additif dans l’album expliquant le contexte de la création de l’œuvre. « Quels sont les motifs réels de l’opposition de Moulinsart SA à la demande d’additif ?, s’interroge-t-il. Moulinsart SA semble faire un pari qui se joue de l’éthique. C’est un pari dangereux ».

Patrick Lozès est prêt à engager le CRAN dans « la bagarre ». Il dit avoir informé les éditions Casterman de sa « détermination à [se] battre pour obtenir cet additif, par le dialogue de préférence, mais par toute autre voie légale s’il le fallait. »

NA.

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?