Affaire Tintin au Congo : premières escarmouches procédurales

🛒 Acheter

Avant la bataille juridique qui s’engage autour de Tintin au Congo accusé de « racisme » par un plaignant congolais, M. Bienvenu Mbutu Mondodo, appuyé par le Conseil représentatif des associations noires (CRAN), et rejoint par un ancien conseiller du Ministère congolais des affaires étrangères, M. Yves Otaka, les avocats des deux parties ont engagé des escarmouches juridiques.

Comme préalable, les avocats de Casterman et Moulinsart, toutes deux assignées par les plaignants, ont exigé le dépôt d’une caution de leur part pour couvrir les frais en cas de procédure jugée abusive. M. Bienvenu Mbutu Mondodo, résident en Belgique, ainsi que le CRAN, association française, n’y sont pas astreints.

Mais Monsieur Yves Okota, comme citoyen congolais, doit déposer 15.000 euros de garantie. Il a deux mois pour s’exécuter. Son avocat, Me Jean-Claude Ndjakanyi, laisse entendre qu’il pourrait retirer sa plainte afin que la question de la caution ne retarde pas davantage le jugement qui traîne maintenant depuis près de trois ans.

En réalité, on n’a pas avancé. L’affaire reportée à septembre va surtout porter sur la compétence du tribunal, Moulinsart et Casterman considérant qu’elle relève du Tribunal de commerce. En outre, si les avocats de Moulinsart et Casterman jouent manifestement la montre, il leur reste, en cas de défection de M. Okata, deux plaignants au profil très contrastés : le premier assez jusqu’au-boutiste qui veut l’interdiction de l’album, mais qui semble économiquement incapable de financer seul une telle procédure, et le CRAN, qui peut probablement financer ces poursuites, mais qui demande simplement l’insertion d’un « avertissement ».

De toute façon, on n’en reparlera qu’en septembre.

DP

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • Monsieur M. Bienvenu Mbutu Mondodo fait beaucoup de publicité pour un opus de Tintin relativement médiocre qui sans celà tomberait doucement dans l’oubli . Cette question de principe qui est devenu son combat fait l’affaire des ayant droits ...qui ont intérêt à mon avis à faire trainer en longueur pour finir dans deux trois ans finir par accepter l’insertion ..beaucoup de publicité .. bienvenue (sans faire de jeux de mots)

    Répondre à ce message

    • Répondu le 26 juin 2010 à  13:41 :

      Ce qu’il faut pas lire ! Si l’œuvre d’Hergé est médiocre, que dire de tous ce qui parait actuellement, lol !

      Répondre à ce message

      • Répondu par progzélite le 28 juin 2010 à  07:56 :

        C’est, sans conteste, le plus mauvais (ou le moins bon ?) Tintin. Alors peut importe l’adjectif : médiocre, pas terrible, dispensable...
        Clichés, situations convenus, racisme bon enfant, au total pas grand chose à sauver.
        Mais il fait parti de la trilogie initiatique (Soviet-Congo-Amérique) qui va jeter les bases de "l’oeuvre".
        Donc à connaître à titre de curiosité historique.

        Répondre à ce message

  • Affaire Tintin au Congo : premières escarmouches procédurales
    1er juillet 2010 10:29, par alain de kuyssche

    Quelle que soient les opinions sur les qualités ou absences de qualité de "Tintin au Congo", on a intérêt à consulter l’opus de Daniel Couvreur, "Tintin au Congo de papa", paru récemment. On peut l’obtenir en allant sur le site du Soir (Bruxelles). Un texte qui remet les choses en place et en perspective. Un bon antidote contre les absurdités de bienvenu and Co !

    Répondre à ce message

    • Répondu par ActuaBD le 1er juillet 2010 à  10:49 :

      ActuaBD reviendra bien sûr dans les prochains jours sur cet ouvrage. Nous remercions Monsieur De Kuyssche, employé par Moulinsart, de nous l’avoir signalé.

      Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD