Angoulême 2012 : La médaille d’Art Spiegelman

31 janvier 2012 4 commentaires

Un détail a peut-être échappé aux spectateurs de la cérémonie de la remise des prix d’Angoulême 2012.

Lors de son discours en hommage à Jean-Claude Denis, tout en français s’il vous plaît !, sur le revers de sa veste, Art Spiegelman arborait une décoration comme un ancien combattant dans un cortège de la Seconde Guerre mondiale. Quelle est-elle ?

Eh bien, il s’agit de l’insigne d’Officier des Arts et des Lettres qu’il a reçu quelques minutes auparavant du ministre de la Culture Frédéric Mitterrand. Elle se distingue de celle de Chevalier qu’il reçut des mains du ministre Renaud Donnedieu de Vabres le 30 janvier 2005 par une rosette.

Déjà à l’époque, il en était tellement fier qu’il la porta une journée durant...

DP

Angoulême 2012 : La médaille d'Art Spiegelman

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • Angoulême 2012 : La médaille d’Art Spiegelman
    31 janvier 2012 20:20, par Valéry

    Pas du tout : c’est la médaille d’Officier des Arts et Lettres que lui a remis Frédéric Mitterrand à la Préfecture de Charente, quelques minutes avant la Cérémonie de clôture. C’est par ailleurs Renaud Donnedieu de Vabres qui l’avait élevé au rang de Chevalier en 2005.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 31 janvier 2012 à  21:02 :

      Vous avez tout à fait raison, nous avons corrigé l’article en conséquence.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Mael R. le 31 janvier 2012 à  23:54 :

        Vous avez toutefois laissé l’erreur sur le ministre qui lui a décerné la médaille de Chevalier. Aillagon a été ministre de la Culture de 2002 à 2004, puis remplacé par Donnedieu de Vabres jusqu’en 2007, c’est vraisemblablement lui qui a décoré Spiegelman en 2005. (mais peut-être qu’il y a eu une exception auquel cas je serai ravis de le voir confirmer)

        Répondre à ce message

        • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 1er février 2012 à  08:46 :

          Vous avez raison, mais il ne fallait pas aller jusqu’à faire ces calculs. Dans le lien qui vous est proposé dans l’article, c’est effectivement DDV que l’on voit offrir la médaille au dessinateur américain.

          Répondre à ce message