Angoulême 2013 : le festival vu par les "twittos"

4 février 2013 0 commentaire

Durant le festival d’Angoulême 2013, le site de "micro blogging" Twitter a permis à bon nombre de participants, tels que des auteurs, journalistes, éditeurs, ou de simples visiteurs, de partager leur humeur et traits d’humour à leurs "followers".

Voici un petit florilège non exhaustif de ce qu’on pouvait lire sur les comptes des uns et des autres :

Wandrille (@Uberwandrille), des éditions Warum, plaisantait sur la chevelure de Bastien Vivès : "Désormais, quand je vois une paire de ciseaux, un sécateur ou une débroussailleuse, je pense a la chevelure de feu de @BastienVives" puis "je pense aussi a la chevelure de Jean Sarkozy dont celle de @BastienVives n’est que le modèle du côté obscur."

La situation de notre confrère Didier Pasamonik, éditeur adjoint d’ActuaBD et blacklisté par le festival, ont permis à Joann Sfar (@joannsfar) de poster quelques traits d’humour :

"Afin de reussir a s infiltrer a Angouleme, Didier Pasamonik se deguisera en Benoit Mouchart"

"@Pasamonik FIBD : l ambiance formidable que nous avons creee a Angouleme, nous allons l insufler a Casterman."

"@pasamonik "c est bon ! On s est debarrasses des auteurs et de la presse. Attaquons nous au public maintenant."

Pour finalement écrire dimanche : "Angouleme : on annonce que Didier Pasamonik aura son accreditation des Lundi".

Mais c’est surtout la désignation controversée du Grand Prix qui a déchaîné les passions.

Boulet (@Bouletcorp), par exemple, n’y va pas de main morte en écrivant : "Cependant cette masquarade des votes était mignonne. Maintenant qu’on y a presque cru, retournons à notre chère gérontocratie".

À son tour, Wandrille écrit lundi : "Je ne dis pas que cette pseudo consultation des auteurs m’emmerde, je dis juste que j’ai la mega-chiasse." puis "Je n’ai rien contre Willem... Le truc c’est que je n’ai rien pour non plus...", et se prend à rêver : "Dire que l’an prochain, si le jury des grands prix avait été moins vieux, Angoulême aurait pu devenir Gotham city ou Neo Tokyo..."

Pénélope Bagieu (@PenelopeB) ironise elle aussi : "En fait on votait pour le prix SPÉCIAL, pas le Grand Prix, j’avais pas compriiiiiis"

Thomas Cadène (@ThomasCadene), de son côté, a cette remarque très juste : "Ceci étant dit (TP) tout ça est un peu triste aussi pour Willem qui est légitime mais qui passe soudain pour un choix par défaut." avant de critiquer la méthode du scrutin : "bref le coup du "on fait semblant de faire voter les auteurs mais en fait pas trop" c’était peut-être pas une si bonne idée."

Mais la "star" de Twitter lors de ce festival, fut Lewis Trondheim (@lewistrondheim), car comme nous vous l’annoncions hier dimanche, c’est lui qui a lancé les débats en postant, pendant les délibérations : "Certains ne connaissent pas les œuvres des 5 finalistes et votent blanc" mais surtout "La majorité de l’Académie atteint son seuil de compétence en élisant le seul auteur connu(excellent neanmoins)par elle", un texte accompagné d’une photo montrant la liste des cinq auteurs en tête des suffrages.

Angoulême 2013 : le festival vu par les "twittos"
Capture d’écran d’un tweet de Lewis Trondheim
Photo du tweet : Trondheim
Capture d’écran d’un tweet de Lewis Trondheim
Photo du tweet : Trondheim

Pour finir, et pour lire encore plus de tweets concernant le Festival, nous vous recommandons d’aller voir le travail de veille du coloriste Benoît BK sur cette page.

TB

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?