Angoulême 2014 : l’épatante exposition sur "les femmes de réconfort" attise les foudres des négationnistes japonais

31 janvier 2014 1 commentaire

Comme expliqué précédemment, l’exposition Fleurs qui ne se fanent pas constitue un passage incontournable du festival.

Elle traite des "femmes de réconfort", ainsi nommait-on les jeunes filles coréennes et d’autres pays d’Asie, victimes d’abus de la part de soldats japonais durant la Seconde Guerre mondiale.

Angoulême 2014 : l'épatante exposition sur "les femmes de réconfort" attise les foudres des négationnistes japonais

Noeud enchevêtré, par Kim Jung-gi

Outre que son sujet ne laisse pas indifférent, y compris une dizaine d’extrémistes nippons qui auraient manifesté leur opposition à sa tenue à Angoulême jeudi 30 janvier 2014, cette exposition vaut particulièrement pour ses qualités plastiques.

CLD + FR

Visiter le site présentant l’exposition

Photos (c) : F. Rubis

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :