Angoulême 2020 : Le mystère Tsuge décrypté

3 février 2020 2 commentaires

Angoulême 2020. Véritable légende du manga, le mangaka Yoshiharu Tsuge, récompensé d’un fauve d’honneur, s’est vu dédier l’un des plus importants accrochages de sa carrière lors du FIBD 2020. Les commissaires Stéphane Beaujean, Xavier Guilbert et Léopold Dahan sont parvenus à réunir un nombre colossal d’originaux, majoritairement issus de la collection personnelle de l’auteur.

Située au 2e étage du Musée d’Angoulême, face à la lumineuse exposition consacrée à Wallace Wood, Yoshiharu Tsuge, être sans exister est bien plus sombre. L’accrochage propose au visiteur une rétrospective intimiste, à l’instar de la sensibilité de l’artiste.

Angoulême 2020 : Le mystère Tsuge décrypté
Yoshiharu Ysuge reçoit son fauve d’honneur entouré de Stéphane Beaujean (à g.) et Léopold Dahan (à d.)
© Cédric Munsch, ActuaBD

De ses premiers travaux réalisés pour le compte de librairies de prêt dans les années 1950, avant que le modèle économique ne s’efface au profit de publications périodiques, à son apogée publique dans l’avant-gardiste Garo au cours des années 1960-70, en passant par les cultissimes : Le Marais, La Vis ou L’Homme sans talent, plongez au cœur d’une épopée alternative façon Japon.

En dépit d’une production hachée, marquée de nombreuses périodes de vide, le maître nippon compte environ 7 000 planches à son actif. Les quelques 252 sélectionnées, parmi lesquelles des nouvelles complètes, permettent d’apprécier la portée de l’art de Tsuge, véritable architecte du manga pour adulte et pionnier du watakushi manga, genre mêlant introspection et fiction aux accents sincères.

En effet, l’artiste compte parmi ces virtuoses, aux côtés de Yû Takita, Shin’ichi Abe ou Tadao Tsuge (frère cadet du mangaka), capables de pratiquer une forme "d’autobiographie masquée", évoquant son parcours de manière détournée, à demi-mot, et refusant la lumière.

Les amateurs de construction graphiques et narratives alambiquées apprécieront le travail réalisé par les scénographes mettant en avant certaines subtilités propres au travail de Tsuge, comme la réutilisation de gimmicks graphiques ou rappels dans les décors entre les premières et dernières planches d’une même nouvelle.

Une œuvre unique et marquante à de nombreux égards ; intemporelle aussi, tant les thèmes traités parcourent les époques. L’exposition dédiée au père du manga d’auteur était décidément l’un des immanquables de ce cette édition 2020 du FIBD.

Pour les malheureux n’ayant pu se joindre aux festivités angoumoisines, pas d’inquiétude : l’exposition perdurera jusqu’en mars. Vous n’avez plus d’excuses !

TF

© Illustrations Yoshiharu Tsuge
Photos Cédric Munsch - ActuaBD

Retrouvez sur ActuaBD :

- Angoulême 2020 : la bande dessinée alternative bien représentée
- Angoulême 2020 : La frénésie manga à l’ordre du jour au prochain Festival
- "La Vis" : l’univers vertigineux de Yoshiharu Tsuge
- Les Fleurs rouges - Par Yoshiharu Tsuge - Cornélius
- L’œuvre de Yoshiharu Tsuge accessible en français grâce aux éditions Atrabile et Cornélius

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • Angoulême 2020 : Le mystère Tsuge décrypté
    3 février 16:38, par Xavier Guilbert

    Tadao Tsuge est le frère cadet de Yoshiharu Tsuge, et non son fils.
    Outre les deux frères Tsuge et Yû Takita, Shin’ichi Abe est le quatrième auteur à se rattacher au watakushi manga.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Thomas FIGUERES le 3 février à  16:49 :

      L’étourderie est corrigée. J’en profite pour remercier votre travail sur cette superbe exposition.

      Merci de nous lire !

      Répondre à ce message