Angoulême et le réseau des villes créatives de l’UNESCO

30 avril 2019 0 commentaire

Le maire d’Angoulême, Xavier Bonnefont, vient d’inscrire la candidature de sa ville dans le réseau des villes créatives de l’UNESCO, dans la catégorie littérature.

Angoulême et le réseau des villes créatives de l'UNESCO

Ce réseau de villes a pour but de favoriser la coopération entre les villes ayant perçu l’investissement dans les domaines culturels et créatifs comme le vecteur d’un développement durable.

C’est l’inscription au sein d’un réseau mondialisé qui se joue pour Angoulême. En effet, créé en 2004, le "UNESCO Creative Cities Network" (UCCN) ne compte pas moins de 180 villes réparties dans 72 pays différents. Parmi celles-ci figurent d’ores et déjà les villes françaises d’Enghien-les-bains, Limoges, Lyon ou Saint-Étienne.

Avec cette candidature, la ville d’Angoulême poursuit son inscription dans un processus de mise en valeur de la bande dessinée pour laquelle, avec le Festival International de la Bande Dessinée et avec la Cité de la Bande Dessinée, elle joue déjà un rôle de dimension mondiale.

Il y a beaucoup de chances que cette candidature soit entendue par cette institution des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture créée le 16 novembre 1945 dans le cadre de l’Organisation des Nations Unies car son actuelle directrice générale, Audrey Azoulay, a été une ancienne ministre française de la culture notamment en charge du dossier de la BD à Angoulême.

TF

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?