Ankama arrête la publication de mangas

15 mars 2013 6 commentaires

L’éditeur roubaisien nous l’a confirmé, Ankama Editions arrête la publication de ses titres japonais, ces séries n’ayant pas trouvé leur public.

Les mangas interrompus sont les suivants :

Ankama arrête la publication de mangas La paire et le sabre (4 tomes parus en France) de Hideki Yamada
- Hitman - Part Time Killer (10 tomes parus en France) de Hiroshi Mutô
- Togainu no Chi (5 tomes parus en France) de Nitro Chiral et Suguro Chayamachi
- Black Joke (5 tomes parus en France) de Rintaro Koike et Masayuki Taguchi

Par ailleurs, l’éditeur souhaite continuer d’éditer des mangas-like français, dans le sillage des séries Appartement 44 de Dara, ou de City Hall de Rémi Guérin et Guillaume Lapeyre.

De leur côté, les fans des séries des univers Dofus et Wakfu peuvent se rassurer. En effet, ces bandes dessinées éditées au format manga continuent de cartonner (plus d’un million d’exemplaires vendus au total pour la série Dofus) et ne sont donc pas menacées.

TB

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
6 Messages :
  • Ankama arrête la publication de mangas
    16 mars 2013 10:13, par lebon

    C’était bien une mode basée sur la surproduction...« Etre dans le vent, c’est avoir le destin des feuilles mortes. »
    Jean Guitton

    Répondre à ce message

    • Répondu par ANKAMArasme le 16 mars 2013 à  11:00 :

      ANKAMA arrête aussi plus d’une vingtaine de séries et ne sort pas les albums prévus dont la plupart des tomes 1 sont déjà dessinés et tomes 2 entamés. Désarroi des auteurs.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 16 mars 2013 à  23:17 :

        vous pourriez préciser ?
        C’est possible de ne pas sortir un livre, quand il y a contrat ?

        Répondre à ce message

        • Répondu par Paul le 18 mars 2013 à  14:32 :

          Oui, bien sûr, c’est possible. Un contrat d’édition engage surtout l’auteur (tenu de réaliser le livre), il n’oblige pas l’éditeur à publier l’ouvrage.

          Répondre à ce message

          • Répondu par Joseph BEHE le 20 mars 2013 à  10:26 :

            dans les faits (ce que j’ai observé réellement sur le terrain), quand l’auteur ou l’éditeur arrête un album en cours. L’éditeur perd les sommes qu’il a déjà versée en à-valoir.

            Le contrat peut passer à un nouvel éditeur si celui-ci rembourse à l’ancien éditeur les à-valoirs déjà versés.

            Parmi les actions du Groupement des auteurs BD il y a de nombreux cas où, suite à l’arrêt d’une série, les éditeurs ont été contraints de payer les planches réalisées et non encore payées au moment de l’arrêt de la série.

            Naturellement plus les à-valoirs sont réduits, moins un éditeur hésite à arrêter une série en cours.

            Répondre à ce message

    • Répondu le 16 mars 2013 à  14:26 :

      Non, ça rappelle juste juste qu’ils sont arrivés tard dans la course, quand les grosses séries étaient déjà toutes publiées ailleurs et que des accords (d’exclusivité ou non) étaient déjà passés entre d’autres éditeurs français et leurs homologues japonais. Difficile de faire son trou dans le manga avec ces conditions, même nanti de l’ambition et du dynamisme d’Ankama... Faudrait voir à pas surinterpréter.

      Répondre à ce message