Bilal, suite aux attentats de vendredi : "L’effroi intérieur qui m’a submergé est indicible"

16 novembre 2015 5 commentaires

Dans Le Sommeil du monstre, Bilal avait, trois ans avant le 11 Septembre, imaginé une secte obscurantiste, symbolisant les trois religions du Livre, détruisant le Chrystal building et la Tour Eiffel. « C’était trois ans avant le 11 septembre 2001, déclare-t-il à Olivier Delcroix du Figaro. A l’époque, je me souviens que peu de gens m’avaient pris au sérieux. Un critique avait même dit de mon bouquin qu’il s’agissait de pure science-fiction, remettant vaguement au goût du jour des thèmes un peu trop convenus. »

Il ajoute : « Des fous de dieu sont entrés dans Paris et ont fait 129 morts et 350 blessés dans l’est parisien. L’Obscurantis Order était pour moi une façon de regrouper les trois principales religions. En tant qu’artiste, je pousse le bouchon beaucoup plus loin que le journaliste, vers un imaginaire prospectif. Selon moi, le rôle de l’artiste est d’avoir un coup d’avance ! Pour l’instant, il n’y a plus qu’à rester solidaire. je ne crois plus que ça... »

DP

Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Voir en ligne : L’article du Figaro

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • Me vient cette phrase en tête : "La célébrité c’est le ridicule moins la honte." Allez savoir pourquoi.

    Répondre à ce message

    • Répondu par cordebois le 16 novembre 2015 à  23:31 :

      Il est sûr qu’il est beaucoup plus confortable d’asséner des certitudes définitives.
      Je ne sais pas pourquoi je dis cela non plus, mais c’est tellement agréable de parler sans savoir ce que l’on dit.

      Sacré Lolo.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Laurent Colonnier le 18 novembre 2015 à  19:58 :

        Essayez de réfléchir 2 secondes, ce n’est pas beaucoup vous demander pourtant.

        Répondre à ce message

        • Répondu par cordebois le 19 novembre 2015 à  17:27 :

          Que les choses soient bien claires : ce n’est pas le discours de Bilal que je défends, ce sont vos sempiternelles sentences confites d’arrogance et de certitudes que je conchie.

          (Là, tout de suite, je vous parodie, et c’est assez jubilatoire !)

          Répondre à ce message

          • Répondu le 19 novembre 2015 à  22:26 :

            Le Chevalier des Arts et Lettres qui se moque du Commandeur des Arts et Lettres...

            Répondre à ce message