Carton plein et au delà pour Laurel sur Ulule

11 novembre 2015 15 commentaires

Laurel fait partie de la première génération de dessinateurs qui se sont frottés aux blogs BD maintenant si tendances et véritables pépinières de talents. Elle a ouvert le sien, baptisé "Un crayon dans le cœur" dès 2003 et il est devenu l’un des plus visités en France. Elle y relate son quotidien de dessinatrice, ses amours, les aventures de sa fille et de son chat...

Mais la dessinatrice au chapeau a aussi tracé sa route en sortant plusieurs albums avec un succès que l’on peut considérer bien mieux que d’estime. Elle n’en oublie pas pour autant son précieux blog sur lequel elle raconte depuis 2014, dans une BD nommée "Comme convenu", un grand changement de sa vie, un cap décisif : l’histoire d’une jeune équipe qui crée sa startup iOS en Californie, le studio Pixowl, pour développer des jeux pour mobile. Avec son compagnon, Laurel avait déjà auparavant créé un petit jeu, justement pour les mobiles, intitulé Doodle Grub, mettant en scène un ver de terre.

Le scénario -quasi-autobiographique- de "Comme convenu" relate la vie de plusieurs programmeurs, graphistes et spécialistes du marketing, répartis aux quatre coins du monde qui décident ensemble de monter une boite dans la Silicon Valley. Même si l’auteure prévient tout de même sur son blog "Bien qu’inspiré de faits réels, ce récit est purement fictif, et toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite."

Carton plein et au delà pour Laurel sur Ulule

Sur son blog donc , elle publie chaque jour (ou presque) une nouvelle planche de cette histoire qui lui tient à cœur. Tant et si bien que la dessinatrice au trait tout rond décide de donner une forme plus concrète, comprendre : plus solide, à toutes ces pages seulement visibles sur écran et s’engage sur la voie incertaine du financement participatif, qui permet à quelqu’un qui a un rêve, un projet, une ambition de le faire financer, en échange de divers packs et bonus qui se veulent alléchants, par des internautes intéressés. Laurel l’explique très bien en images .Un système qui a maintes fois fait ses preuves même si, et surtout, rien n’est jamais gagné d’avance...

Mais incroyable : en une heure, via le site spécialisé , le financement est bouclé ! Mieux, en cinq heures, on atteint déjà 550 % de l’objectif initial qui était de 9579 € ! Mais ce n’est pas fini : 100 000 € sont atteints en vingt quatre heures ; et ce n’est pas fini....

"C’est complètement inouï, écrit alors Laurel incrédule. L’objectif a été atteint en 1 heure, et maintenant on en est à 800%... Comment est-ce possible ?? Qu’ai-je fait pour mériter ça ? Je suis tellement touchée par tout ce qui arrive. C’est incroyable. Je ne m’y attendais pas !!! Merci. Merci du fond du cœur. Je crois que je ne réalise toujours pas... Je ne pensais pas être soutenue par autant de monde !! MERCI, MERCI, MERCI !!!!!! Je vais vite contacter l’imprimeur pour savoir tout ce qu’il est possible de faire en plus de ce que j’avais prévu dans mon budget !! Déjà, la qualité du papier et du papier de couverture seront grandement améliorées !! Et c’est grâce à vous ! Merci !!! Et puis je vais travailler sur un stretch goal, bien sûr !! J’ai plein d’idées pour cela !! Il faut juste que j’essaie de dormir un peu avant, si j’y arrive... Merci encore à tous !!!!!!!!!! Je suis vraiment touchée !!!!!!!!"

Ce n’est pas fini puisque on en est maintenant à 2900 % pour une somme de 278 000 € collectés et ça progresse encore !

Comme convenu - campagne de financement participatif from Laurel Duermael on Vimeo.

Alors que le média bande dessinée se cherche économiquement des lendemains qui chantent, les lignes bougent, comme l’avait déjà démontré le tome 3 de la série Sara Lone d’ Erik Arnoux & David Morancho, chez l’éditeur Sandawe, le précurseur de ce type de financement pour la BD dans le domaine francophone, qui avait bouclé sa campagne en quelques jours.

Dans le cas de Laurel, une présence quasi quotidienne par blog interposé auprès de son public ainsi fidélisé, plus une certaine dose de talent n’en doutons pas, aura permis cette prouesse. Bravo à elle.

PA

Voir en ligne : Le blog de Laurel

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
15 Messages :
  • Carton plein et au delà pour Laurel sur Ulule
    11 novembre 2015 14:13, par Austin Power

    C’est fortiche, car je n’ai jamais entendu parler d’elle. C’est générationnel les réseaux sociaux, comme les reportages de ce week-end sur les youtubeurs, des jeunes inconnus du grand public qui ont des milliers de fans. Il y a un fossé entre les + et les - de 30 ans.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Jack the rapper ! le 11 novembre 2015 à  16:36 :

      La relève de l’édition semble être sur Ulule, maintenant qu’ils ont le moyen de s’adresser en direct au public, les auteurs peuvent envoyer balader Directeurs de collection, chefs de projet et éditeurs !!

      Répondre à ce message

      • Répondu par plumo le 11 novembre 2015 à  18:51 :

        le phénomène Laurel est particulier.Elle a su pendant des années se faire un public (et quel public ..."HUOLA LA SUPER DES STICKERS DANS L’ALBUM" ...Passons.) via son blog.
        Maintenant fantasmer sur LA solution pour ne plus passer par la case éditeur, c’est ridicule.
        Certes, elle a su rassembler des fonds colossaux pour auto-produire son album mais va devoir assumer toute seule l’ensemble des métiers de l’édition et assumer des trucs un peu moins drôles :
        - environ 5000 colis à envoyer...Bon courage !
        - stockage
        - frais de douane puisqu’elle a fait le choix de faire éditer son livre aux états-unis pour les envoyer en France...Choix curieux, mais il parait que les imprimeurs français sont des feignasse qui ne répondent pas le Dimanche
        - Compta
        ...
        Personnellement, je ne l’envie pas. Avoir les yeux plus grands que le ventre, c’est jamais une réussite...

        Répondre à ce message

        • Répondu par Jack ze Rapeur ! le 11 novembre 2015 à  21:55 :

          Hey, Plumo-van-Man ou Woman ?

          280 00 euros collecté, ça te donne 10 000 albums à 28 euros à envoyer. Yeah, elle ferait mieux de les faire printer en France, je voua pas pourquoi elle devait prendre une décision si vite le 10-manche, l’important est que le book soit dans les souliers de Noël, mais le book est terminé, donc no sushi. Un envoi de PDF, one week pour le printing, deux jours pour le reliage, deux jours pour la livraison, on nait pas à la masse, Francis le hamster ! Relaxe donc pour Laurel même sans Hardi ! Keep cool and enjoy !
          Naow... je pense que plein d’ achateurs sont en France, ça coute la peau du cul un envoi par dessus l’atlantique en avion, donc alorse donque, pourqwa ce choi ???? Jeux m’1ter-rogue...Et y’a une diffusion prévue en librai-ris de veau ??

          Sinon, pas de smig aux States, je croa, et non le papa de Rahan, donc no sushi pour trouver des détenus, drogués ou mexicanos en situation précaire, etc pour bosser à 5 dollars de l’heure. Laurel fait des BD, elle a autre chose à faire que des paquets, bord d’elle !!

          Répondre à ce message

          • Répondu par CB le 12 novembre 2015 à  17:30 :

            Faudrait écouter un peu de musique classique pour te calmer un peu, le rap, ça a l’air de ramollir le cerveau.

            Répondre à ce message

  • Carton plein et au delà pour Laurel sur Ulule
    13 novembre 2015 19:10, par Sergio Salma

    Ne serait-elle pas plutôt de la première génération des dessinatrices ?

    Répondre à ce message

    • Répondu le 13 novembre 2015 à  20:47 :

      Ah bon ? Elle a l’âge de bretecher, montellier, claveloux etc ? ;-)

      Répondre à ce message

  • Le phénomène Laurel.
    7 mars 2017 18:30, par Pascal Aggabi

    Incroyable,la talentueuse Laurel http://www.actuabd.com/Laurel-Je-dois-me-freiner-pour-ne-pas-publier-trop-de-notes-de-blog vient à peine de lancer la campagne de financement participatif du deuxième tome de Comme convenu,l’histoire en BD d’une start-up de jeux vidéo en Californie.
    Oui incroyable,les résultats pour le financement du premier livre étaient exceptionnels,là ,elle fait encore mieux:objectif atteint en 7 minutes,400 % atteints en 1 heure http://bloglaurel.com/!
    On en est à 2 032 % collectés,soit 209 394 $ USD, sur un objectif de 10 300 $ https://fr.ulule.com/comme-convenu-2/.
    Et il reste 31 jours.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 8 mars 2017 à  13:45 :

      Comme quoi le talent ne suffit pas (voire même est inutile), ce qu’il faut c’est soigner ses "public relations".

      Répondre à ce message

      • Répondu par Zot ! le 8 mars 2017 à  22:16 :

        Une popularité incroyable, venue du blog... donc normalement, les éditeurs friands de marchandises vendables (et de noms bankables) devraient la couvrir de ponts d’or... Mais elle a les moyens de résister à leurs avances. De plus, je dirais que son public n’est pas forcément le même qu’en librairie BD classique, donc cela peut être bénéfique pour l’ensemble des parties.

        Répondre à ce message

      • Répondu par Pascal Aggabi le 8 mars 2017 à  22:22 :

        Laurel a au contraire beaucoup de talent, sa maîtrise de la narration image/texte, avec son sens du mot juste, de la fluidité, pour tout dire de l’évidence ,surtout dans les phases explicatives est assez étonnante. Quelques ténors reconnus du dessin ou du graphisme issus du monde de la BD pourraient le lui envier. Ne vous laissez pas berner par son trait tout rond.

        Le succès de quelqu’un qui ne doit pas sa réussite au fait de prétendre avoir inventé l’eau tiède, qui ne joue pas la carte d’un certain communautarisme socioculturel excluant,qui ne méprise personne est assez rafraîchissant.
        Rafraîchissez -vous.

        Répondre à ce message

  • Laurel sur Ulule : précédent record battu !
    22 mars 2017 16:22, par Pascal Aggabi

    Toujours aussi incroyable,la campagne de financement participatif du deuxième tome de Comme convenu,l’histoire en BD d’une start-up de jeux vidéo en Californie racontée par Laurel sur son blog ,a dépassé 2860% , le record de la première campagne pour le tome 1 avec 7962 contributeurs :https://fr.ulule.com/comme-convenu/.

    Mieux ,avec nettement moins de contributeurs la barre des 2900% a été allègrement franchie,comme celle symbolique des 300 000 $ USD :https://fr.ulule.com/comme-convenu-2/ !

    Devant la réussite éclair de cette seconde proposition de financement,Laurel disait au tout début :" C’est tellement incroyable ce qui arrive ! Et tellement excitant, de voir tout ce qu’on peut faire aujourd’hui grâce aux nouvelles technologies."

    Juste avant,pour partager son expérience ,la dessinatrice avait posté un très instructif compte-rendu de la première campagne"pour peut-être aider un autre dessinateur (voire écrivain, photographe...) qui souhaiterait tenter l’auto-édition." :https://bloglaurel.com/comme-convenu-le-compte-rendu-de-la-premiere-campagne-ulule./969

    La campagne continue,alors en route pour la barre symbolique des 3000 % ? Il reste 16 jours .

    Répondre à ce message

    • Répondu par Pascal Aggabi le 23 mars 2017 à  11:10 :

      Grâce aux nouvelles technologies des portes s’ouvrent.Tout aussi instructif le compte-rendu de Maliki ,que Laurel met en lien en répondant aux commentaires de ses lecteurs http://maliki.com/strips/a-croisee-chemins/
      Un autre exemple de réussite ,dans un paysage mouvant et incertain.

      Répondre à ce message

      • Répondu par H20 le 26 mars 2017 à  17:13 :

        Un bel exemple d’uberisation de la bande dessinée qui permet de supprimer les intermédiaires inutiles (éditeur, diffuseur, libraires) qui ont parfois tendance à parasiter l’élan créatif. Une levée de fonds impressionnante, un lien profond entre l’autrice (oui, c’est comme cela que l’on dit maintenant, même si cela sonne bizarre !) et ses amateurs. Une magistrale leçon pour tous ceux qui pleurnichent depuis des années sur la diminution des revenus des auteurs et la frilosité des structures éditoriales qui refusent de donner leur chance aux jeunes.

        Répondre à ce message

  • Carton plein et au delà pour Laurel sur Ulule
    8 avril 2017 17:28, par Pascal Aggabi

    Ça y est,c’est fini, la campagne de financement participatif du deuxième tome de"Comme convenu",l’histoire en BD d’une start-up de jeux vidéo en Californie racontée en avant première par Laurel sur son blog,est terminée : http://bloglaurel.com/! .Un résultat sidérant:4 178 % collectés, pour une somme de départ espérée de 9 373 € ,soit 10 300 $ ! On frôle ainsi la barrière symbolique des 400 000 € ,avec la somme en définitive récoltée de 391 694 € ,obtenue avec 9323 contributeurs : https://fr.ulule.com/comme-convenu-2/ ! Une barrière symbolique toutefois allègrement franchie quand le chiffre est converti en dollars,soit 430 433 $ USD.Ce qui en fait le 2 eme plus gros montant collecté de l’histoire du site de financement participatif Ulule ;derrière un film vidéo de fans,qui a battu au passage un record d’Europe,mais qui,lui,a profité d’une campagne de 70 jours quand le projet "Comme Convenu" n’a pas dépassé la trentaine :https://fr.ulule.com/stats/.

    Un triomphe pour la talentueuse Laurel.Encore mieux que le score de 2860 %,pour 268 146 € récoltés,le record de la première campagne pour le tome 1 en 2015,avec 7962 contributeurs :https://fr.ulule.com/comme-convenu/ .

    Si,hélas, pour bien des auteurs de BD les lendemains s’assombrissent https://www.facebook.com/denis.bajram/posts/10155170911289297 ,d’autres comme Laurel la dessinatrice au chapeau utilisent tous les outils de leur époque ;avec une présence quasi quotidienne par blog interposé auprès de leurs publics,ainsi fidélisés : "J’ai de la chance de vivre à cette époque pour pouvoir en profiter " ."Il n’y a eu aucun calcul de ma part. Je partage des histoires et des illustrations sur mon blog depuis 14 ans, ce qui explique certainement la base de lecteurs qui s’est construite. J’ai été agréablement surprise de constater à quel point ces lecteurs me supportent d’ailleurs. " Des lecteurs ,largement reconnaissants on le voit,a qui elle propose ses créations gratuitement en ligne.
    Ensuite,pourquoi l’autoédition ?" C’est de plus en plus difficile de vivre de la BD, je pense. Les bons contrats d’édition se font rares. ". "Je n’ai pas beaucoup d’échanges (avec les maisons d’édition) en ce moment. Le tome 3 de"Cerise " est le dernier album que j’ai publié avec un éditeur en France, en 2015. Je n’ai pas été contactée pour un tome 4." Voilà qui pourrait changer !

    Plus globalement et paradoxalement ,désormais,le chemin de la bonne fortune pour les créateurs-et pas que de BD- semble la générosité et le gratuit,sur le net,avec ses immenses possibilités nouvelles.Alors la panacée ?Pour tous ? Certainement pas,mais il semble que des voies s’ouvrent,avec par exemple le financement participatif et l’indéniable succès de Laurel-probablement en trompe-l’oeil,restons lucide - mais aussi la formule du mécénat participatif.Formule qui a également particulièrement réussi à l’auteur(e) Maliki,qui comme Laurel a su mouiller la chemise pour fidéliser un public,créer une empathie ,avec des créations quasi quotidiennes et gratuites sur son blog depuis 11 ans :http://maliki.com/

    Mais soudain quand de guerre lasse il expose la précarité de sa situation à ses fidèles lecteurs :http://maliki.com/strips/a-croisee-chemins/ , il les sollicite :"D’ordinaire, je n’ai plus tellement le trac quand je vous présente un nouveau strip. Après bientôt 12 ans de webcomic, on finit pas s’accoutumer à une certaine pression. Pourtant, ce soir, mes mains tremblent un peu, et j’ai ce drôle de frisson, ce léger vertige qu’on ressent lorsqu’on s’apprête à faire quelque chose d’effrayant, d’excitant, de complètement idiot, d’incroyablement important, ou, comme c’est le cas ici, un cocktail bien frappé de tout ça en même temps !Aujourd’hui, j’ai l’impression de réclamer, et je n’aime pas ça. On a quand même sa petite fierté...
    Je suis confrontée à un choix simple : Continuer à pourchasser mes rêves, mes passions et mon métier que j’aime, ou baisser les bras et repenser complètement mon avenir...
    Alors j’ai décidé de m’autoriser une dernière petite utopie pour la route. Après tant d’années à vos côtés, c’est bien le moins que je puisse faire.
    Alors lectrice, lecteur, quelle que soit la façon dont tu percevras cette annonce, juste cause ou arrogance insensée, laisse moi te remercier encore une fois, pour tout le soutien que tu m’as déjà témoigné jusqu’à aujourd’hui. Que tu m’aies suivie sur Internet, que tu aies lu mes BD ou mes romans, que tu m’aies inondée de petits mots gentils, de petits cadeaux, ou simplement enveloppée de ta bienveillance silencieuse, merci à toi pour cet énorme bout de chemin parcouru ensemble, dont je ne regrette pas une seconde, et puisse la nouvelle route que j’ai choisie nous emmener encore, vers l’horizon et au delà."
    Résultat :https://www.tipeee.com/maliki .

    Comme Laurel,mais avec un autre système de rémunération et maintenant le vent en poupe,Maliki poursuit le chemin qui l’a mené à cette autre superbe réussite,en n’oubliant pas,à chaque nouveau strip posté ,ses soutiens qu’il nomme et remercie à la fin par un reconnaissant :"Ce strip a pu voir le jour grâce au soutien de tous mes "tipeurs"..." Elle est pas belle la vie !?

    Quand beaucoup d’auteurs de BD voient leur avenir comme une impasse, contraints par un système qui touche ses limites et qui doit certainement se revivifier,voilà des parcours à prendre en exemple ?

    Répondre à ce message