« Charlie Hebdo » attaqué en justice par la Grande Mosquée de Paris

25 juillet 2006 6 commentaires Actualité
🛒 Acheter

Il aura fallu cinq mois à la Grande Mosquée de Paris pour attaquer l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo à la suite de l’affaire des caricatures de Mahomet qui avait défrayé la chronique. Une première citation faite par le Conseil français du Culte musulman (CFCM) avait échoué. Ici, les nouveaux plaignants ont décidé d’assigner l’hebdomadaire en citation directe, une procédure où l’instruction est faite à l’audience, pour «  injures publiques à un groupe de personnes en raison de leur religion ».

La Grande Mosquée de Paris poursuit le directeur de publication, Philippe Val, et les éditions Rotatives, et leur réclame 30.000 euros de dommages et intérêts au titre du préjudice moral pour le numéro paru en février car elle estime qu’il « se présente comme un acte délibéré d’agression visant à heurter les personnes de religion musulmane dans leur attachement communautaire à leur foi ».

Ce n’est certes pas une surprise pour Philippe Val qui nous avait confié dans nos pages qu’il s’attendait à cette mise en cause. La Grande Mosquée a intérêt à bien fourbir ses armes car une action menée naguère par un groupe catholique sur une demande semblable s’était soldée par un jugement en faveur de Charlie Hebdo, un arrêt qui risque, pour ce cas-ci, de faire jurisprudence.

DP

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
6 Messages :
  • > Et si ce n’était pas une caricature ?!
    25 juillet 2006 14:15, par Mohamed Pascal Hilout

    On reproche souvent aux Français de culture musulmane de ne pas s’élever contre le fanatisme et contre l’obscurantisme. C’est pour démentir cette affirmation gratuite que, le 14 février 2006, j’ai apporté publiquement mon soutien moral au directeur de publication de France Soir et à la rédaction de Charlie Hebdo. Je suis prêt à témoigner en leur faveur lors du procès qui leur est intenté

    Voici quelques bonnes raisons qui m’y poussent :

    -  Ceux qui critiquent ouvertement l’islam nous prennent - enfin ! - pour des citoyens français et européens à part entière.

    -  J’estime que les français de culture musulmane, épris de liberté, sont suffisamment mûrs pour accepter la critique, même caricaturale. En privé, ils sont plus qu’autocritiques.

    -  Si la dignité humaine est sacrée, la religion ne l’est pas. Voilà l’acquis principal du siècle des Lumières. Nous devons en être les dignes héritiers, nous, musulmans d’Europe.

    -  L’Histoire nous a suffisamment démontré qu’il est difficile, si ce n’est impossible, de moderniser l’islam classique, d’y faire entrer la liberté, la justice, la démocratie et la paix avec les autres, sans toucher à sa plus haute autorité : Mahomet.

    -  Contrairement à ce que d’aucuns voudraient faire accroire, l’islam classique n’est pas synonyme de paix et d’amitié entre les peuples. La preuve : il considère les juifs et les chrétiens comme menteurs-falsificateurs ; les bouddhistes comme idolâtres à combattre et Bouddha comme idole à abattre. L’islam veut dire avant tout soumission pour obtenir la paix. Cette soumission est d’ailleurs inscrite dans le corps, l’espace et le temps de tout croyant. Après une décade de prêche paisible à la Mecque, le prophète Mahomet est aussi devenu chef d’une communauté à Médine. C’est grâce aux razzias que les tribus arabes ont été conquises. A sa mort, toutes les tribus extérieures à la Mecque sont revenues à leurs premières croyances et allégeances. C’est par le sabre que le premier Calife (=successeur) les a reconverties.

    Hélas, les caricatures danoises n’en sont pas ! Avec sa vision des autres croyances et convictions, l’islam classique est plutôt facteur de guerre. J’aimerais bien qu’on me démontre le contraire. Pour entrer dans la modernité et dépasser l’islam classique, nous musulmans, nous devons tout simplement lire notre Histoire telle qu’elle a été écrite par les premiers musulmans puis, tourner la page. Après le deuil, la vie reprendra de plus belle.

    Voir en ligne : Et si ce n’était pas une caricature ?!

    Répondre à ce message

    • Répondu par Pierre-Paul le 25 juillet 2006 à  15:53 :

      Ce témoignage vous honore et est bien ce que d’aucun espèrent : qu’un Islam des Lumières remplace cet Islam intolérant et guérrier faisant la une des médias et discréditant les musulmans. En quelques sortes que l’Islam vive ce que la religion chrétienne a vécu, à savoir sa remise en question fondamentale (voir la désaffection massive depuis le début du siècle dernier) et la perte d’influence au niveau politique (encore que cela se discute, voyez aux USA).

      Répondre à ce message

      • Répondu par Mohamed Pascal Hilout le 9 février 2007 à  10:12 :

        Bonjour Pierre-Paul,

        Je viens de lire vos félicitations et je m’en réjouis d’autant que Charlie Hebdo a été confirmé dans son droit de publier les caricatures telles quelles. De plus, mon témoignage est en deuxième page de ce journal (édition du 07/02/2007)

        Vive la liberté et vive la France !

        Mohamed Pascal Hilout
        Initiateur du nouvel islam en France

        Voir en ligne : Et si ce n’était pas une caricatures ?!

        Répondre à ce message

  • En tant que jeune issu de l’immigration, je veux apporter mon soutien à Charlie Hebdo. C’est grâce à l’humour grinçant de Cavanna, Charb et les autres que j’ai rompu avec la religion. Je suis Kabyle, l’islam veut nous humilier et faire disparaître notre langue. Il faut que les gens sachent que les fanatiques qui prêchent l’islam sont une minorité et que les enfants de l’immgration dans leur majorité veulent juste vivre dignement et rigoler comme tout le monde.

    Répondre à ce message

  • Je viens d’apprendre que l’ UOIF emboitait le pas de la Grande Mosquée de Paris. Je suis un militant UMP et je soutiens, dans cette affaire CHARLiE HEBDO.

    Hey ! "les post soixante huitards", ça vous fait quoi d’être soutenu par un con.................

    Répondre à ce message

  • Messieurs,

    Je ne suis pas toujours d’accord avec vos articles et votre esprit satirique, même si quelques fois ils sont outrageants, ils font réfléchir. Ils ont le mérite d’exister grâce à la liberté d’expression garantie par la Constitution. Je suis de tout coeur avec vous dans ce combat qui va vous opposer à l’intolérance.

    Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD