Charlie tacle fort en ce début de Mondial féminin !

12 juin 2019 14 commentaires

Aujourd’hui même sort en kiosque le numéro 1403 de Charlie Hebdo, qui une nouvelle fois démontre ses talents d’équilibriste au travers d’une couverture oscillant entre provocation, pédagogie sexuelle et actualité brûlante.

En ces temps de lancement de « l’an II » du Quinquennat Macron par le Premier Ministre Édouard Philippe, de dénonciation d’un capitalisme irraisonné par notre Président de la République himself à Genève, ou encore de promenade judiciaire des époux Balkany, Charlie Hebdo décide de faire un contrepied et de délaisser ces cibles faciles pour venir tâter du ballon.

Car nul ne l’ignore, ce mois-ci, en France, se tient la Coupe du monde féminine de football. Or, sans être les absolues favorites, les bleues ont de bonnes chances de réaliser une compétition honorable. On dit quoi dans ce cas ? Kot kot kodaaaak ou cocorico ?

Alors même que la meilleure joueuse mondiale, la Norvégienne Ada Hegerberg boycotte la compétition afin de dénoncer les inégalités de traitement entre les sportifs de haut niveau masculin et féminin, Charlie Hebdo considère qu’un cours d’anatomie s’impose !

Dès lors, le match opposant l’équipe « premier-degré-il-y-a-des-limites-à-l’indécence » aux valeureux « on-peut-rire-de-tout-mais-pas-avec-n’importe-qui » fait actuellement rage sur les réseaux sociaux...

Dans une marque de lâcheté insigne, la rédaction d’ActuaBD a déclaré assister au pugilat devant son petit écran, considérant que, s’il s’agit d’un match qui est loin d’être nul, il ne peut se conclure par de simples tirs au but.

TF & DP

Charlie tacle fort en ce début de Mondial féminin !

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
14 Messages :
  • Et référence à Gustave Courbet. Peintre dont Emmanuel Macron vient de célébrer le bicentenaire à Ornans, non ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Thomas FIGUERES le 12 juin à  22:59 :

      C’est possible, toutefois je ne suis pas sûr qu’il faille assimiler chaque représentation du sexe féminin à "L’Origine du monde" de Gustave Courbet. Merci de nous lire !

      Répondre à ce message

      • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 14 juin à  13:18 :

        C’est revendiqué par Riss, en tout cas. et si l’on analyse bien le dessin, c’est effectivement le cas.

        Répondre à ce message

  • Quel est le but de cet article ?

    Que certains chroniqueurs puissent s’offusquer de la représentation d’un sexe féminin de nos jours fait certes réfléchir à la question du puritanisme dans notre société dans de temps assez politiquement troubles... et ça fait peur quand même !

    Mais sur le fond, qui y’-t-il de comique ou de subversif dans cette couverture ? J’avoue que c’est ce que j’attend de la couverture d’un journal satirique... On retrouve moultes représentations de sexe dans les couvertures de Charlie ce n’est pas nouveau... Ici, la nouveauté c’est d’en faire une qui n’est ni critique ni drôle ?

    Sinon, il faut qu’on m’explique ce qui m’a échappé... J’avoue que quand j’ai vu le papier sur actuaBD, je me suis dit "chouette, une explication de texte ! Je vais comprendre"... Et finalement, à part le fait de reporter que la couverture existe et qu’elle fait débat, cela me semble un peu vide... A moins que là aussi quelque chose m’ait échappé ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 14 juin à  13:31 :

      Oui, c’est le débat qui vous échappé, involontairement dirait-on, la preuve c’est que maintenant on connaît votre opinion sur ce dessin.
      Sur notre page Facebook (https://www.facebook.com/ActuaBD/), nous publions une vidéo de Quotidien qui cerne bien le sujet et qui renvoie à l’édito du journal (que vous n’avez manifestement pas lu) où Riss dit tout le mal qu’il pense des "fouteux".
      C’est donc une opinion (comme la vôtre) que nous avons préféré traiter sur le ton de la plaisanterie, car ce n’est rien d’autre que cela.
      Alors que veut dire ce dessin ? Riss l’explique.
      Nous, nous y voyons une dérision du transfert étonnant des pratiques testostéronées du foot masculin sur le foot féminin.
      Avec cette réflexion ; c’est marrant ces supporters qui ne supportent rien ;)
      Nous ne pensions pas que cela demandait une explication de texte. Maintenant, c’est fait.

      Répondre à ce message

      • Répondu par fra le 14 juin à  14:14 :

        Ne mettez pas de section commentaires si vous n’appréciez pas les commentaires...

        Répondre à ce message

        • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 15 juin à  08:44 :

          Bien sûr que si. La preuve, ActuaBD publie votre message. Ce forum est un lieu de débat. Tant qu’il ne transgresse pas certaines règles (pas d’attaques ad hominem et tout ce qui est interdit par la loi, mais aussi trollisme aggravé...), nous les passons.

          Répondre à ce message

      • Répondu par hf le 14 juin à  14:40 :

        En effet, je n’avais pas lu l’édito de Riss. J’ai arrêté Charlie après le départ de Cyran et la période Val qui m’a définitivement fait préféré PLPL / Le plan B ou CQFD, mais, sur vos conseils j’y suis allé, et je ne comprends toujours pas ce que ça apporte comme éléments de réponse. Que Charlie soit anti-foot n’est certes pas une nouveauté et c’est effectivement une opinion que je partage, mais ce n’est pas la question.

        L’édito a un sens... Quel est celui du dessin ? Qui y’a-t-il de drôle ? Quel est le message critique véhiculé ? Personnellement, je ne vois pas...

        Alors contrairement à ce que vous pensez, je n’ai pas une opinion très arrêtée. La qualité graphique est limitée. Je ne vois pas différents niveaux de lecture de cette image et je n’en comprends pas le sens spontanément. Dans ces cas là, mon premier réflexe consiste à pense qu’il y a quelque chose que je ne comprends pas et, sauf erreur de ma part, votre réponse ne répond pas à la question.

        Elle renvoie à divers éléments éclairant sur l’opinion du journal. Ok, mais je n’en sais toujours pas plus quant à l’interprétation / lecture graphique qui peut être faite de cette couverture... et je ne vois toujours pas comment on peut y voir (ou pas) "une dérision du transfert étonnant des pratiques testostéronées du foot masculin sur le foot féminin". Mais si vous le dites...

        Répondre à ce message

        • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 15 juin à  08:57 :

          Je vous renvoie à la notion de débat. C’était l’intention de cet article, et nous y sommes, c’est très bien.
          Maintenant, il va falloir intégrer que vous ne pouvez pas réduire un dessin satirique à l’humour. La satire, je vous le rappelle est "un écrit (ou un dessin) dans lequel l’auteur fait ouvertement la critique d’une époque, d’une politique, d’une morale ou attaque certains personnages en s’en moquant."
          Que vous ne trouviez pas le dessin drôle, ça vous regarde, c’est votre opinion. Que vous ne compreniez pas certaines interprétations, ça vous regarde, c’est votre sensibilité. Vous avez bien le droit de l’exprimer.
          Quand Cabu dessine Mahomet, il est dans la satire anticléricale. Quand Charlie met en Une ce dessin sur le foot, évidemment qu’il est question de féminisme, de sexisme exacerbé, de l’inanité des passions footeuses, etc.
          Avec le sexe en plus, acte politique destiné à choquer le bourgeois, à tenir la censure puritaine à distance, à secouer le politiquement correct.
          Il y a tout cela dans cette couverture. Ne pas le voir, espérer réduire tout cela à de "l’humour", relève soit de la cécité, soit de
          la manœuvre insidieuse (genre : règlement de compte avec trucmuche, "je ne lis plus Charlie depuis que..."), soit de la niaiserie, ou d’autre chose que vous pourrez peut-être m’expliquer.

          Répondre à ce message

      • Répondu le 14 juin à  17:10 :

        Je crois que vous n’avez pas compris la teneur du message précédent. Ce commentateur ne s’oppose pas à ce dessin, il n’est pas offusqué par ce qui choque certains puritains, simplement, il ne comprend pas ce qu’il y a de drôle et il aurait espéré un peu plus de développement dans votre article. C’est tout. Rien de bien méchant.
        C’est vrai qu’elle n’est pas drôle cette couverture. Elle n’est même pas choquante. Elle peut faire sourire mais est presque trop intelligente, trop référencée, pour faire rire.
        Intelligente parce qu’utiliser Courbet pour parvenir à encore choquer certains et faire parler de son hebdo, c’est quand même très fort de la part de Riss !

        Répondre à ce message

        • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 15 juin à  09:04 :

          J’ai répondu plus haut. C’est une erreur de réduire la satire à l’humour. L’humour est un attribut depuis Aristophane. L’équilibre entre l’humour et l’intention dépend de l’inspiration du moment (ces dessins sont souvent faits dans l’urgence) et des choix éditoriaux. C’est pourquoi dans Charlie il y a un grand nombre de "couvertures auxquelles vous avez échappé". Cette simple formulation ironique montre que Charlie se rend compte que toute expression ne fait pas mouche à 100% auprès du lecteur, qu’elle peut être outrancière. Le choix final est un choix politique. Un autre directeur que Riss aurait peut être choisi un autre dessin.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 15 juin à  10:50 :

            Comme dit Boris Cyrulnik dans Les vilains petits canards : "L’humour, c’est pas fait pour rigoler". Ce dessin est intéressant pour ce que vous précisez dans votre commentaire.

            Répondre à ce message

          • Répondu le 15 juin à  11:06 :

            Merci au commentateur précédent qui résume simplement et justement mon opinion !

            Je n’ai jamais réduit la satire à l’humour puisque je demande également quel est le message critique véhiculé par ce dessin, c’est vous qui avez une lecture réductrice de mes contributions.

            Au final, peu d’éléments sur le dessin lui même. J’en conclu qu’il n’y a rien de plus à y voir que ce que j’y voyais avant... Une réalisation graphiquement sans intérêt, sans second degré, même pas réellement choquant... Bref, sans aucun intérêt...

            ... Si ce n’est celui de faire le buzz. Merci qui ? Merci Charlie !

            Répondre à ce message

            • Répondu le 15 juin à  18:01 :

              Une satire sans humour ou Much ado for nothing comme dirait Shakespeare .

              Répondre à ce message