Coco prend la suite de Willem dans les pages de Libé

Classification : tout public

SUCCESSION. Cela devait bien arriver un jour : Willem, le grand Willem, l’incomparable Willem, l’étrange Willem, qui égrène son humour décalé dans les pages de Hara Kiri, de Charlie Hebdo et de Libération depuis près de 53 ans, sans jamais faillir, a décidé de lever le crayon dans le quotidien parisien pour mieux profiter de son séjour dans son île bretonne.

Nous l’avons plus d’une fois rencontré chez ActuaBD et il nous a toujours ravis par son entrain et sa capacité à décocher son trait là où ça touche juste. Plein de candeur et de sincérité, Willem joue à merveille de sa « batavitude » pour nous servir un humour quelquefois cruel sans avoir l’air d’y toucher.

C’est son secret : il est un point de vue extérieur sur notre monde, définitivement décalé. Il est resté étranger. Si bien qu’il échappe aux travers habituels du dessin satirique qui défend une opinion ou une ligne politique. Rien d’agressif ni de militant chez Willem, jamais. Sa transgression est celle d’un enfant qui ignore les convenances et qui vous regarde de ses yeux clairs, étonné.

Coco, c’est autre chose : ce sont des dessins « coups de poing ». Elle a été au cœur de la tragédie de Charlie hebdo (on vous parle de cette semaine de son dernier livre : « Dessiner encore » aux Arènes, qui raconte précisément ce cauchemar) et en est sortie profondément secouée. Coco ne pardonne pas, surtout quand elle a en face d’elle la connerie humaine.

Bon vent, Coco, et... Heerlijk bedankt, Mister Willem, en tot gauw !

DP

Dessin de Coco — © Charlie Hebdo

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.