Darling et Toulouse-Lautrec sont de retour !

13 juin 2008 3 commentaires

Henri de Toulouse-Lautrec sauve in extremis Darling de la boucherie. L’artiste ramène le cheval chez lui et tente de soigner sa blessure. Milan, le roi de Serbie, lui propose alors les services de Lazare, un vieux Tsigane guérisseur de chevaux…

Darling, pour toujours, le tome 4 du Cabaret des Muses, perpétue la folie douce scénaristique et graphique entrevue depuis le premier tome de la série. Gradimir Smudja filtre encore avec les limites de l’extravagance en s’appuyant toujours sur de magnifiques tableaux en guise de cases.

LB
Darling et Toulouse-Lautrec sont de retour !

Commander ce livre sur Internet

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • Darling et Toulouse-Lautrec sont de retour !
    14 juin 2008 22:35, par Pierre

    Ah ben oui, un commentaire ! On nous abreuve d’albums autobios à deux sous, d’héroïc fantasy à pas mieux, avec des dessins que même mon p’tit neveu fait plus beau sans se faire mal, et à cause de cette surproduction misérable, bon nombre de mes contemporains passent à côté de morceaux de roi comme "le cabaret des muses" (j’aimais mieux "le bordel", mais c’est sans doute moins vendeur...) ou "Vincent et Van Gogh" ! Bien fait pour eux !

    Répondre à ce message

    • Répondu le 15 juin 2008 à  00:50 :

      C’est chacun son goût Pierre, moi personnellement je trouve ça très laid, et j’ai trouvé le premier album (le seul que j’ai lu) très mauvais narrativement. Tu dois être du genre à trouver que Christophe Blain ne sait pas dessiner toi.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Pierre le 15 juin 2008 à  11:12 :

        Tout à fait d’accord, c’est une question de goût ! Le ton un peu ironique était juste destiné à accentuer mon enthousiasme pour ce que fait Smudja ! Cela dit, quand je mets côte à côte Loisel, Schuiten, Goossens, Bilal...(je ne parle même pas des classiques) avec certaines productions très "mode", je me dis...que c’est effectivement une question de goût !

        Répondre à ce message