Décès de Francine Graton, scénariste des Labourdet

30 mai 2011 2 commentaires
Décès de Francine Graton, scénariste des <i>Labourdet</i>
Francine et Jean Graton
(c) Evany (1965)

L’épouse de Jean Graton est décédée ce samedi 28 mai 2011, au matin, à Uccle (Bruxelles). Elle avait 79 ans. Francine Graton s’est impliquée très tôt dans le travail de son mari en lui soufflant des idées pour Michel Vaillant, dont elle fut longtemps la coloriste. En 1965, à la demande de l’hebdomadaire Chez Nous, elle scénarise ses premières histoires pour Les Labourdet, une série conçue pour un public féminin. Elle y raconte le quotidien d’une famille de la banlieue parisienne. Une télénovela avant l’heure. Trois albums sont parus à l’époque aux éditions du Lombard. Graton éditeur éditera à nouveau ces histoires, accompagné de six volumes inédits.

La rédaction d’Actuabd.com transmet ses plus sincères condoléances à Jean Graton et à ses enfants.

NA

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • Décès de Francine Graton, scénariste des Labourdet
    30 mai 2011 23:21, par Dominique Petitfaux

    Francine Graton a joué un rôle essentiel dans "Michel Vaillant" : c’est elle qui était chargée de tout ce qui concernait la famille Vaillant et son évolution (mariages, naissances, etc.), Jean Graton se concentrant sur l’invention de péripéties liées au sport automobile. D’où la dualité originale de la série, à la fois bande sportive et "family strip". Il est aujourd’hui "bédéphiliquement correct" de se moquer de cette série, qui en vaut pourtant bien d’autres, d’hier ou d’aujourd’hui. Quelques épisodes me semblent même d’un niveau plus qu’honorable, comme "Le Pilote sans visage", dont l’idée de base est due à Francine Graton.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Oncle Francois le 4 juin 2011 à  21:51 :

      Vous avez bien raison, Monsieur Petitfaux (tiens, vous lisez autre chose qu’Hugo Prat ?) ! Les premiers Michel Vaillant étaient lisibles, notamment parce qu’ils comportaient une dimension humaine, familiale et sentimentale. Ensuite seul aux commandes, Jean Graton en a fait des resucées des émissions style Grand Prix, avec apparitions bénévoles des grands pilotes du moment et moult "vroum-vroum". Tout cela ne m’empêche pas de présenter mes sincères condoléances à la famille !

      Répondre à ce message