Décès de Georges Troisfontaines, le créateur de la World Press

5 février 2007 3 commentaires

Nous apprenons le décès de Georges Troisfontaines survenu le 1er février dernier à Paris. Véritable homme orchestre dans le domaine de la communication et de la bande dessinée, il avait fondé la World Production (régie publicitaire des éditions Dupuis) et surtout la World Press, une agence de distribution des bandes dessinées sur le modèle des syndicates américains ou encore du célèbre Opera Mundi de Paul Winkler. Cette agence fournissait des bandes dessinées pour différents journaux, dont le magazine Spirou. De nombreux auteurs y ont été employés : de Jean Graton à Jijé en passant par Jean-Michel Charlier, Victor Hubinon et Eddy Paape pour ne citer qu’eux.

C’est grâce à Charlier qui en était le directeur artistique et à la World Press que l’on doit l’une des rencontres les plus fabuleuses du 9ème Art : celle de René Goscinny et d’Albert Uderzo. René Goscinny dirigera même le bureau parisien de l’agence, qu’il quitte avec Charlier en 1956, pour fonder le journal de Pilote quelques temps plus tard.

Décès de Georges Troisfontaines, le créateur de la World Press
Jean-Michel Charlier et Eddy Paape, les auteurs de "Marc Dacier" qu’ils réalisèrent pour Georges Troisfontaines (à droite sur la photo).
Photo issue de Curiosity Magazine (Editions Deligne) reprise sur le site de Jean-Yves Brouard consacré à Jean-Michel Charlier.

Georges Troisfontaines fut également le co-créateur de Buck Danny avec Victor Hubinon. Il confia le scénario de la série à Jean-Michel Charlier après avoir réalisé les douze premières planches des Japs Attaquent, le premier album de la série. Récemment, un procès intenté en 1997 avait rétabli sa paternité.

Il développa le magazine « Risque-Tout » pour le compte de Dupuis, où l’on découvre un Goscinny dessinateur (le Capitaine Bibobu, en 1955) et un des premiers travaux d’Albert Uderzo (Tom et Nelly, Enfants du Siècle).

Même s’il a toujours agi dans l’ombre et pour le compte de différentes maisons d’édition, le parcours de Georges Troisfontaines fut exceptionnel. Il a permis notamment à de nombreux auteurs de se révéler grâce à un écolage sur les Aventures de l’Oncle Paul qu’il réalisait pour les Dupuis, constituant le principal fournisseur de bandes dessinées réalistes pour le journal de Spirou, davantage dévolu aux séries humoristiques.

NA + DP.


Merci à Alain De Kuyssche pour l’information.

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • ce que je trouve réellement dommage c’est que ce monsieur n’est pas sorti un livre de ses mémoires : quelle perte ! Il a qd meme été mélé a la création du plus beau staff de la bd franco-belge et ...rien sur lui nul part , ou presque ( a ma connaissance juste un-génial- ouvrage sur la génése de buck danny ultra -confidentiel , bien que réedité- par l’auteur de cette info ). Vraiment regretable

    Répondre à ce message

    • Répondu par Michel Lebailly - Librairie Goscinny le 9 février 2007 à  09:13 :

      En fait Georges Troisfontaines était devenu de son vivant une figure mythique de l’histoire de la bande dessinée. Il était associé directement à deux événements fondateurs : le retour en Europe de Goscinny (et sa rencontre avec Uderzo) en 1950, le renvoi du même Goscinny de la World Press en 1956 (suivi en solidarité par Charlier et Uderzo). Ces géants allaient créer Pilote.

      J’insiste sur le côté récit mythologique de ces deux épisodes de la genèse d’Astérix. Ils n’en paraissent que plus lointains et, honnêtement, beaucoup d’entre nous croyaient Troisfontaines mort depuis longtemps (on imaginait volontiers que le patron qui avait embauché Goscinny à ses débuts était nettement plus agé que celui-ci).

      Tout cela faisait de Troisfontaines une figure de légende qui dissimulait la personne réelle. C’est en effet dommage.

      Sa mort rappelle paradoxalement qu’il partageait la jeunesse et l’enthousiasme de ces pionniers de la BD au tournant du siècle dernier.

      Voir en ligne : La World Press en deuil

      Répondre à ce message

      • Répondu le 2 novembre 2014 à  21:58 :

        ...son visage a servi de modèle pour Buck Danny....

        Répondre à ce message