Décès de Jean-Paul Mougin, ancien rédacteur en chef d’(A Suivre)

13 septembre 2011 3 commentaires

Nous apprenons le décès cet après-midi à Bruxelles de Jean-Paul Mougin qui fut rédacteur-en-chef adjoint de Pif Gadget en 1969 dans lequel il publia notamment Hugo Pratt et Corto Maltese.

Soutenu par le dessinateur italien, il rejoint Didier Platteau, directeur littéraire de Casterman, en 1972. Le tandem lance le mensuel (À Suivre) en 1978. Cette revue construite autour des talents de Pratt, Comès, Auclair ou Tardi a compté 239 numéros et a lancé la mode du roman graphique en noir et blanc dans l’espace francophone. Ce titre s’arrêta en 1997, peu avant la chute de la maison Casterman, bientôt reprise par Flammarion qui elle-même sera absorbée par le groupe Rizzoli.

Mougin a participé à l’émergence et à la reconnaissance de nombreux talents, dont Schuiten & Peeters, Comès, Manara, Sokal, Geluck, Ted Benoit, Loustal ou Desberg.

Nous reviendrons dans les prochaines heures sur le parcours de cet éditeur méconnu du grand public.

NA + DP

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • Décès de Jean-Paul Mougin, ancien rédacteur en chef d’(A Suivre)
    14 septembre 2011 01:17, par André Taymans

    Mort d’un géant ! Pour l’étudiant en BD que j’étais à St Luc dans les années 80, (A SUIVRE) était l’inaccessible étoile ! Et Jean-Paul en était le gardien. Le moment le plus formidable de ma vie d’auteur ne fut pas, comme certains, la publication de mon premier album, mais la prépublication dans (A Suivre) de "Moon River" le premier Caroline Baldwin. Je me souviens de la colère de Jean-Paul apprenant que j’avais proposé le projet à Philippe Vandooren chez Dupuis. Je me souviens de Jean-Paul, m’ayant persuadé de faire l’album chez Casterman, me dire au détour d’un couloir, : "J’ai lu ton truc ! C’est pas mal. Je vais le publier dans (A Suivre)". J’ai mis une semaine avant de pouvoir retomber sur terre !... Quelques mois plus tard, je recevais à Sollies-Ville le prix du meilleur album pour enfant pour "Bouchon le petit cochon". Jean-Paul, qui était présent, est venu me trouver, m’a payé un verre pour me consoler et m’a dit : "Quelle bande de cons ! Ils auraient pu te donner un prix pour Caroline ! Z’ont rien compris !" Jean-Paul était un pionnier, un géant, un mec bien !... Le genre de mec qui me manque et qui manque à la BD aujourd’hui !

    Répondre à ce message

    • Répondu par chris Lamquet le 14 septembre 2011 à  07:35 :

      Même sentiment, je n’aurai rien dit d’autre. Je signe donc le commentaire d’André.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Jérôme le 14 septembre 2011 à  17:13 :

        Je souscris totalement aux deux commentaires précédents ! Quelle perte ! Nous l’apprenons le même jour que la disparition de Chaillet ! La Bande dessinée perd un à un tous ses géants !

        Répondre à ce message