Décès de José Ramón Larraz

22 septembre 2013 15 commentaires

L’info était passée jusqu’ici inaperçue : le dessinateur de BD, créateur de la série Paul Foran dans Spirou, et réalisateur espagnol José Ramón Larraz est décédé le 4 septembre dernier à Malaga en Espagne. Né en 1929, il avait 84 ans.

Nous avions relayé l’hommage qui lui avait été fait à Bruxelles en février dernier à l’occasion de la parution du N°8 de la Crypte tonique. Il avait travaillé pour Coq Hardi, Spirou, Pilote et Tintin sous différents pseudonymes comme Dan Daubenay, Wattman et Gil. Il était aussi l’auteur d’un grand nombre de romans photo.

DP

Décès de José Ramón Larraz

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
15 Messages :
  • Décès de José Ramón Larraz
    23 septembre 2013 00:15, par Wikipedien

    L’info était sur Wikipédia dès le 5... Ce qui passe inaperçu des rédacteurs d’ActuaBD n’est pas inaperçu pour tout le monde :)

    Répondre à ce message

    • Répondu par ActuaBD le 23 septembre 2013 à  07:22 :

      Et depuis quand Wikipedia est-il un organe d’infos ?

      Nous constatons qu’en dehors des médias espagnols, aucun média francophone n’avait transmis l’info.

      Répondre à ce message

      • Répondu par sklaf le 23 septembre 2013 à  12:02 :

        En mars dernier, le magazine Crypte Tonique le journal de la librairie du même nom, a consacré un numéro complet à José Ramon, très bien fait et toujours disponible à cette adresse
        Larrazhttp://www.lacryptetonique.com/spip.php?rubrique19

        Répondre à ce message

      • Répondu par pica le 23 septembre 2013 à  13:53 :

        Le décès de Roger Chevallier dit Kline( dessinateur de Loup Noir) n’a pas non plus été signalé le 16 mai 2013 mais ce n’etait qu’un dessinateur classique publié par PIF !Il vaut mieux être un auteur "branché" pour avoir droit à un hommage de nos jours...
        C’est bien dommage, mais que restera de tous ces "génies" qui défilent tout au long de ces colonnes dans quelques années ?
        Pica

        Répondre à ce message

        • Répondu le 23 septembre 2013 à  15:19 :

          cessez ce conspirationisme à 2 balles.
          si vous disposez d’une info, pourquoi ne pas en faire part (comme vous venez de le faire) aux internautes en la soumettant au site.
          je suis sûr qu’ACTUA BD s’en fera le relais sans problème.

          Répondre à ce message

        • Répondu le 23 septembre 2013 à  16:11 :

          Vous avez raison. Et que dire de Pierre Frisano, décédé en juillet dernier ?

          Répondre à ce message

        • Répondu par Michel Dartay le 23 septembre 2013 à  19:33 :

          Larraz a eu peu d’albums publiés de son vivant (je ne vois que quelques Paul Foran chez Dupuis). Et pourtant quel talent, quel style ! A l’heure où beaucoup d’éditeurs se soucient de réhabilitation de patrimoine (mais parfois en publiant des rééditions augmentées !), qui s’en occuppera ?

          Répondre à ce message

          • Répondu par Philippe Capart le 24 septembre 2013 à  14:27 :

            Il faudrait s’occuper des auteurs de leur vivant. José Larraz exposait ses planches à la librairie-galerie "Hors Série" à Bruxelles en mars 2013 grâce à l’action de Thierry Lecloux, un numéro de la Crypte Tonique l’accompagnait ainsi que des projections de ses films par la Cinémathèque et le Nova dans le cadre de l’ "Off-Screen". En Espagne, EDT (anciennement Glénat Espagne) a sorti un autobiographie de l’auteur.

            Les ventes d’originaux allaient directement à l’auteur. Seuls un ou deux originaux furent vendus... Si les internautes pouvaient dépasser le stade de la râlerie virtuelle et s’activer dans le présent ce serait pas mal ! Les éditeurs ne sont pas seuls responsables de certaines situations.

            Répondre à ce message

            • Répondu le 24 septembre 2013 à  19:58 :

              Pourquoi faudrait-il acheter des pages d’un obscur dessinateur ? Par pitié ?

              Répondre à ce message

              • Répondu par Alex le 24 septembre 2013 à  21:45 :

                Une anecdote : je visitais il y a quelque temps une figure mythique de la bd. Sur les murs de son appartement que des merveilles : des planches de Moebius, de Will Eisner, parmi d’autres... Sur un mur, une toile relativement petite mais remarquable dans son exécution et qui irrémédiablement attire l’attention (l’original d’une couverture d’un "pulp" américain). Je m’enquiers de l’indentité de l’artiste, ce à quoi ce connaisseur répond : "Aucune idée, un inconnu. Mais c’est une merveille n’est-ce pas ?" C’est une question de goût, et d’amour pour le beau travail. On l’a ou on ne l’a pas. Mais ça s’apprend. Dans l’état actuel des choses je vous déconseille tout investissement sur le marché de l’original. Cela requiert une certaine confiance en soi, un "oeil" et une maturité intellectuelle.

                Répondre à ce message

              • Répondu par Philippe Capart le 25 septembre 2013 à  12:58 :

                D’où vient le besoin d’écrire un message aussi navrant, courageux anonyme ? Larraz est un auteur au parcours atypique et passionnant. J’ai pu voir des dessins de nus réalisés lors de séances organisées par Dupuis où il côtoyait Franquin et Herbert et sa graphie était prodigieuse ! Son talent de mise en scène/ cadrage était évident, une influence reconnue par Alain Dodier. La bande dessinée (n’)est (qu’)un aspect de son parcours et de sa vie. Mais en effet, si vous êtes à la recherche d’un placement spéculatif juteux, passez votre chemin !

                Répondre à ce message

                • Répondu par Gégé le 25 septembre 2013 à  21:11 :

                  Il signe Alex quand même. On sait pas si c’est son vrai prénom, mais ce n’est pas completement anonyme.

                  Répondre à ce message

                  • Répondu le 26 septembre 2013 à  18:44 :

                    Suivez le fil cher ami, vous faites confusion dans les réponses adressées.

                    Répondre à ce message

  • Décès de José Ramón Larraz
    24 septembre 2013 22:53, par la plume occulte

    José Ramón Larraz,ce n’est pas lui qui avait offert un lionceau à monsieur Dupuis ?Lionceau qui finalement s’était retrouvé à résidence à la rédaction du journal Spirou, à l’époque d’Yvan Delporte rédac-chef .

    José Ramón Larraz,au dessin mélange de Alex Raymond et de Milton Caniff ,qui aura amené cette patte latine particulière et pas assez reconnue dans le journal de Spirou. Une patte latine ,sombre et lourde ,particulièrement bienvenue pour les histoires mâtinées de fantastique et d’horreur. Un vrai contre-pied dans le beau journal de monsieur Dupuis.José Ramón Larraz,qui comme son compatriote espagnol Esteban Maroto,n’hésitait pas à se servir du papier calque pour piocher allègrement dans le travail de ses confrères.Toute une école ça aussi.

    Répondre à ce message

    • Répondu par aurélien le 25 septembre 2013 à  00:29 :

      C’est moche de piétiner ainsi la mémoire d’un mort, vous n’avez aucune vergogne.

      Répondre à ce message