Décès de Pierre Wininger

29 décembre 2013 6 commentaires

Le dessinateur Pierre Wininger est mort à Brest le jour de Noël à l’âge de 63 ans.

Né le 10 septembre 1950 à Saint-Mandé, ce graphiste de formation passionné d’égyptologie avait relativement peu publié. Fasciné par Edgar P. Jacobs (il lui rend hommage dans une page publiée dans Tintin), son graphisme s’inscrit dans le sillage de Jacques Tardi et de Jean-Claude Forest.

Après une histoire courte dans Charlie Mensuel en 1976, il est pris en main par Henri Filippini, le principal éditeur des éditions Glénat, qui le publie dans Circus entre 1976 (Les Aventures de Victor Billetdoux, trois albums chez Glénat, sur le propre scénario du dessinateur. Ils seront suivi d’une One Shot en 1987 : Terminus Crusoé). Filippini lui propose également un scénario pour Pilote en 1979, Le Jardin sanglant (un album chez Dargaud).

Mais il n’arrive pas vraiment à percer, la fin de sa carrière étant dédiée aux publications de chez Bayard, notamment la série Nicéphore Vaucansson (sur son propre scénario, trois albums chez Bayard Presse) pour la revue Okapi, et de nombreuses adaptations de romans pour la jeunesse pour la revue Je Bouquine (R-L. Stevenson, O. Wilde, I. Calvino, M. Shelley, Conan Doyle, etc.)

Il avait fait un bref retour en 2003 dans la collection La Loge noire chez Glénat avec Les Miroirs du temps, sur un scénario de Marie-Charlotte Delmas, mais la série ne dépassa pas un tome.

Il disparaît de la même façon qu’il a construit sa carrière : discrètement.

DP

Voir en ligne : Une nécro assez complète sur BDZoom par Gilles Ratier

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
6 Messages :
  • Décès de Pierre Wininger
    31 décembre 2013 20:58, par OW

    L’excellent Pierre Wininger n’a jamais eu la place qu’il méritait, c’est très dommage car c’était un très bon auteur, un vrai, et un excellent dessinateur. La proximité de son univers avec celui de Tardi a sûrement nuit à sa reconnaissance, pourtant jamais il ne copiait et son univers lui était aussi personnel que celui de Tardi l’est à Tardi. Son trait avait une élégance rare, une majesté, un charme et son fantastique retrouvait celui de Jules Verne ou Gaston Leroux. Ses trilogies chez Glénat et Bayard sont parfaites et ses clins d’œil à Hergé et Jacobs sont toujours subtils et ludiques.

    Voilà un grand auteur qui disparait, et l’on peut constater une fois de plus que les éditeurs n’ont pas fait leur travail, car sa bibliographie est bien trop petite alors que son talent était immense. Il a même été victime en 2003 de la malédiction des tomes 1 qui n’ont pas de suite pour cause de mévente, politique éditoriale stupide qui, finalement, fait que les tomes 1 ne se vendent plus du tout par manque de confiance des lecteurs (à raison). On sait ce que ça a donné depuis 10 ans : les nouvelles séries n’émergent pas, voire n’existent plus, au profit des reprises de vieilles séries et des spin-off de celles déjà bankables. Les éditeurs clouent leur propre cercueil, et ce sont les auteurs les clous. J’ai la sensation d’un immense gâchis.

    Malheureusement les auteurs de BD ne sont pas des romanciers, ils ne laissent pas d’albums inédits derrière eux, les projets que les éditeurs refusent sont des livres qui n’existeront jamais.

    Si au moins Dargaud avait eux la bonne idée de confier à Pierre Wininger la réalisation d’un Blake & Mortimer, que ce soit pour le scénario comme pour le dessin, il y aurait fait merveille. Mais ce n’est pas dans l’esprit des éditeurs de faire appel au talent, ils préfèrent des bankables, des faiseurs et des copistes.

    Bref, Pierre Wininger n’est plus et c’est bien triste. Toutes mes condoléances vont à sa famille et ses proches.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Simon le 3 janvier 2014 à  10:09 :

      Si au moins Dargaud avait eux la bonne idée de confier à Pierre Wininger la réalisation d’un Blake & Mortimer, que ce soit pour le scénario comme pour le dessin, il y aurait fait merveille. Mais ce n’est pas dans l’esprit des éditeurs de faire appel au talent, ils préfèrent des bankables, des faiseurs et des copistes.

      Oui, le splendide dessin de couverture de la réédition d’Un opéra de papier a bien montré qu’un excellent « repreneur graphique » de Jacobs aurait été quelqu’un comme Tardi ou Wininger : un trait personnel, qui se trouve être fidèle à l’esprit sans être esclave de la forme, et qui n’a pas été développé dans le but de reprendre Jacobs.

      Cela dit, ces éditeurs ne sont que la part émergée du problème : l’autre, ce sont les consommateurs nostalgiques qui continuent de rentabiliser ces daubes (tout en s’en plaignant souvent album après album depuis des lustres), et qui donc valident et renforcent cette attitude purement commerciale des éditeurs qui gèrent ces franchises comme un fermier gère ses poules en batterie.

      Répondre à ce message

  • Wininger, fils de Jacobs et Tardi
    3 janvier 2014 10:14, par Simon

    On le disait encore récemment à propos de la vilaine Onde Septimus : ceux qui aiment Jacobs seraient mieux inspirés d’aller voir du côté de pépites oubliées comme Wininger et d’autres, plutôt que de se coltiner de mauvaises vibrations de fosse septique.

    Verra-t-on maintenant enfin une intégrale avec bonus des Victor Billetdoux ? Même à titre posthume, ce qui est aussi triste qu’étonnant, ce serait mieux que pas du tout.

    Répondre à ce message

  • Décès de Pierre Wininger
    8 septembre 2015 20:36, par Justine

    Cela fais quelques temps que cette homme incroyable est mort..
    Mais aujourd’hui comme c’est son anniversaire je tiens à lui rendre un nouvelle " hommage " . C’étais un homme passionnée qui avais toujours la pêche et qui avais un talent incroyable . Malheureusement la mort la emporter ce 25 décembre 2013 à l’hôpital de St-Brieuc en Bretagne ( oui il est mort à St-Brieuc ).
    Pierre Wininger , il y a un bon nombre de personnes qui ne t’oublieront jamais .

    Répondre à ce message

    • Répondu par Vincent le 11 septembre 2015 à  14:12 :

      Peut-être le connaissiez-vous ?
      Après l’annonce de sa mort, j’ai découvert - et fortement apprécié - certains de ses livres. Pierre Wininger semblait avoir disparu du paysage de la BD pour diverses raisons. J’aurai aimé en savoir un peu plus sur lui mais j’ai récolté très peu d’infos.

      Répondre à ce message

  • Décès de Pierre Wininger
    8 septembre 2015 20:52, par Justine

    Ps : Il est né le 8 septembre 1950.

    Répondre à ce message