Décès de Remo Forlani, compagnon de route de Pilote et du cinéma de Tintin

25 octobre 2009 4 commentaires

On apprend le décès ce matin de Remo Forlani, à l’âge de 82 ans. Né le 12 février 1927, ce critique de cinéma réputé officiait sur la radio RTL. Il avait récemment (gentiment) flingué Le petit Nicolas en le comparant à « La Cage aux folles », les considérant comme dépassées : « Ce sont de vieilles histoires, quasi des triomphes, qui sont toujours des triomphes, mais qui racontent la vision qu’on avait, d’un côté de la vie familiale et de l’école, et de l’autre, de l’homosexualité. »

Proche de la radio périphérique de la rue Bayard à ses débuts, Le Journal de Pilote le compte parmi ses premiers collaborateurs, notamment dans la bande dessinée P’tit Pat dessiné par Dagues (1959) ou dans une chronique historique sur la BD intitulée « Le roman vrai de la bande dessinée » (1961) où il évoqua, bien avant d’autres, Töpffer, Rabier, Pinchon, Forton, Walt Disney, Milton Caniff, Chester Gould, Hergé ou Morris.

Comme scénariste de cinéma, on lui doit une contribution, avec André Barret, sur le film live de Tintin et le Mystère de la Toison d’Or (1961) et avec le même André Barret, Philippe Condroyer, et René Goscinny, Tintin et les oranges bleues (1966).

On lui doit aussi un petit ouvrage, Un chat est un chat, illustré par Edmond Baudoin. (Maracaïbo Books, 1994).

DP

Photo : DR - (C) Editions Denoël.

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • Il me semble que Remo Forlani avait participé à l’écriture du scénario "Tintin au Japon" pour le cinéma, que Resnais devait réaliser.

    Répondre à ce message

  • pour en apprendre un peu plus sur la naissance du journal "Pilote", sur les relations de Remo Forlani avec Hergé, ou avec Alain Resnais (et bien d’autres), on lira avec interêt le récit autobiographique de Remo Forlani "Toujours vif et joyeux !", paru chez Denoel en 2003.
    La partie relative à la bande dessinée ne représente qu’une dizaine de pages disséminées au travers des 560 pages du bouquin, mais le livre est plaisant à lire, et on y découvre parfois une vision inédite de l’histoire.

    A ma connaissance, Remo Forlani est le premier auteur à avoir écrit une histoire de la bande dessinée dans un hebdo à grand tirage (son "roman vrai de la bande dessinée" est paru pendant 17 semaines dans Pilote en 1961, trois ans avant que Morris et Van Keer ne créent la série "Neuvième art " dans Spirou)
    Rien que pour cela, il mérite de ne pas être oublié.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Anne. le 29 octobre 2009 à  14:21 :

      Je l’ai beaucoup, beaucoup, beaucoup aimer. J’esperes quil a retrouvé les anges.

      Répondre à ce message

      • Répondu par JO-EL AZARA le 11 novembre 2009 à  19:08 :

        Je l’ai connu dans les années 65, il participait, avec Forest à l’ephémère "CHOUCHOU" pour lequel il m’avait demandé une BD intitulée "Pauvre Icare", sur un scénario de Jacques LOB et signée Lobéloux.
        Rémo était un homme d’une élégance style "vielle France" et c’etait très agréable de travailler avec lui.
        JO LOECKX

        Répondre à ce message