Décès du dessinateur américain Richard Sala

10 mai 2020 1 commentaire

DISPARITION. Il avait déjà une belle carrière derrière lui, même s’il était peu connu en France. Enfant, il avait été marqué par les comic books et les films d’horreur. Cela détermina sa carrière. On apprend par un tweet de Fantagraphics qu’il vient de décéder à l’âge de 61 ans.

Décès du dessinateur américain Richard Sala

Encore au lycée, il publie sa première BD, Night Drive en 1984. Son style expressionniste est repéré par Art Spiegelman qui le publie dans Raw et par Monte Beauchamp qui l’invite dans sa revue Blab ! Le monde du dessin animé lui met le grappin dessus et sa BD devient le point de départ de courts métrages remarqués dans les années 1990, des réalisations de deux minutes rassemblées sous le titre Invisible Hands (Liquid Television ), diffusées en Europe par MTV et notamment en France dans l’émission de Canal + L’Œil du cyclone, où l’on retrouvait aussi les débuts de Beavis and Butthead et Æon Flux.

De sa bibliographie qui compte plus d’une vingtaine de titres, on ne connait en France que sa mini-série Delphine (2006-2009) dont Vertige Graphic n’a publié que le premier volume par l’intermédiaire de Coconino Press, et Mad Night publié en France sous le titre Un Rire dans la nuit (Vertige Graphic, 2005).

Voici ce que notre chroniqueur François Peneaud écrivait à son propos en 2006 : « Si Dario Argento faisait de la BD dans une esthétique expressionniste (ou si Tim Burton faisait du Giallo), il créerait peut-être ce genre d’album. En 200 pages bien tassées, Un Rire dans la nuit nous entraîne dans une histoire tarabiscotée à souhait, avec un « héros » complètement largué, qui ne soupçonne pas un seul instant dans quel engrenage il a mis le doigt. »

DP

"Un Rire dans la nuit" de Richard Sala

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :