Des blagues de Toto à celles de Vuillemin

10 décembre 2010 7 commentaires

L’adaptation semble être le maître-mot de ces dernières semaines. Par exemple, l’adaptation des blagues en bande dessinées ! Bien entendu, le procédé n’est pas nouveau, il a éprouvé par Dany et Bob De Groot, mais aussi par bien d’autres avant eux…

Deux récents albums s’appuient avec qualité sur cette richesse populaire. D’un côté, le huitième tome des Blagues de Toto qui prouve une fois de plus le talent de Thierry Coppée, s’appuyant sur l’innocence espiègle de nos petites têtes blondes. Nous reviendrons prochainement en détail sur cet album en compagnie de son auteur.

Des blagues de Toto à celles de Vuillemin

De l’autre, Vuillemin nous dévoile tout son talent dans son cinquième livre de la Bible des sales blagues. Comme pour Toto, on connait une partie de ces histoires qu’on raconte en cour de récréation ou au comptoir, mais le talent de ces auteurs permet de leur donner une nouvelle vie, car tout est dns la manière de raconter, et notamment dans leurs illustrations.

De qualité tout aussi comparable bien qu’opposées dans le registre, ces deux nouveautés pourront trouver une place de choix sous votre sapin. Pensez-vous toutefois à bien distinguer les paquets cadeaux, sinon la surprise ou l’effarement de vos invités vous promettra des fêtes de fin d’année inoubliables !

CLD


Commander :

- Les Blagues de Toto tome 8 : L’élève dépasse le mètre, chez Amazon ou à la FNAC

- La Bible des sales blagues, livre cinq, chez Amazon ou à la FNAC

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
7 Messages :
  • Des blagues de Toto à celles de Vuillemin
    10 décembre 2010 11:02, par Jo

    C’est marrant que vous ayez choisi pour illustrer vos propos deux pages qui laissent penser que Vuillemin n’a absolument pas compris la blague qu’il adapte...

    Dans la blague, si les deux chasseurs s’éloignent de leur voiture c’est parce qu’ils n’ont pas changé le cadavre du lion de sens avant de le tirer.

    Dans la BD de Vuillemin, les traces dans les herbes montrent qu’ils ont fait demi-tour avec le cadavre devant la voiture. Ce qui n’a aucun sens.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Max le 10 décembre 2010 à  14:25 :

      Bien observé !

      Répondre à ce message

    • Répondu par Jimi le 10 décembre 2010 à  15:17 :

      ton observation est exacte mais finalement imagine qu’il y ait seulement une trace droite dans l’herbe , je pense que ça marcherai pas .
      et c’est intéressant ta remarque , car finalement le médium bd résulte d’une logique narrative et pas seulement visuelle.
      mais faudrait sonder quelques personnes pour savoir si finalement ils ont apprècié la blague avant de faire le même constat .
      et puis finalement vuillemin en une blague nous en fait deux ... à double sens...

      Répondre à ce message

      • Répondu par Sergio Salma le 10 décembre 2010 à  21:40 :

        Chronologiquement, les sales blagues sont bien plus anciennes. Vers 86, 87 par là ...et encore avant dans l’écho. Et le procédé a été initié( me semble-t-il ) par Coluche et Reiser ( Coluche et ses histoires bien trash , Reiser illustrait). ça m’a toujours étonné ces blagues qui surgissent par centaines. Il faut bien qu’elles aient été écrites. Mais par qui ?! Et où ? Et quand ? Marrant tout ça.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 23 janvier 2011 à  09:36 :

          Pas forcément écrites. Elles peuvent être de tradition orale. Un collectif d’auteurs anonymes dont l’adaptateur récolte tous les fruits.

          Pas évidente à illustrer la blague du lion. Il fallait montrer le mouvement de recul. Alors, une ligne droite, ça ne fonctionne pas. Un trajet en U, non plus. Un Y très resserré, peut-être. C’est une question de forme. la forme nécessairement fixe (puisque dessin fixe et pas pas animé) impliquant l’idée de mouvement.

          Répondre à ce message

    • Répondu le 21 février 2011 à  14:56 :

      C’est pas la première fois que Vuillemin se plante dans l’adaptation de blagues de comptoirs.
      Par exemple, pour TCHI TCHI, la véritable fin (drôle, celle ci) est :
      Le chef de tribu qui dit :
      La mort ... ok ... LA MORT PAR TCHI TCHI !
      TCHI TCHI !
      TCHI TCHI !
      Et non "La mort mais tchi tchi d’abord", ce qui franchement nul.
      http://www.youtube.com/watch?v=Wq0CjEwM6yI

      Répondre à ce message

  • Des blagues de Toto à celles de Vuillemin
    17 décembre 2010 23:45, par Frédé

    Oui c’est idiot, Vuillemin n’a rien compris à la blague ! Ils ont continué à le tirer dans le contresens du poil et en faisant demi-tour, ça ne rime à rien.

    Répondre à ce message