Didier Quella Guyot, apôtre de la BD en classe

22 mai 2005 0 commentaire

Professeur de lettres, scénariste, auteur d’ouvrages pédagogiques, Didier Quella Guyot n’est un inconnu ni des enseignants, ni du monde de la BD. Voilà une bonne dizaine d’année que ce passionné recherche avidement des pistes d’exploitation des "petits Mickeys", soit à travers des revues (Le petit Bullaire par exemple, devenu aujourd’hui un site internet de critique d’albums), d’ouvrages pédagogiques (le plus récent "Explorer la bande dessinée " coédité par le scéren/crdp Poitou-Charentes et les éditions Dupuis) ou encore avec le séminaire "Enseigner la Bande Dessinée". Depuis trois ans, il y réunit profs, documentalistes, libraires, éditeurs et auteurs au château de l’Oisellerie, tout près d’Angoulême (forcément !!) afin de permettre échanges, expositions et rencontres entre deux mondes qui se connaissent mal. Ce stage est d’ailleurs reconnu par le Ministère de l’Education Nationale et entre dans le cadre des activités du pôle National Bande Dessinée.
Dans une récente interview accordé à VousNousIls, le site portail destiné aux enseignants, l’auteur de la série Pyramides livre son point de vue sur la place de la bande dessinée en classe.
Bien que la BD fasse partie des programmes officiels depuis 2002 dans le cadre d’une approche de l’image ou plutôt des images (du moins en primaire et au collège), il constate une insuffisance de formation de de nombreux profs face à ce qu’il qualifie lui même de "métissage de disciplines" ; la question revient de savoir où sont les compétences pour aborder le sujet : chez le prof de français ou celui d’arts plastiques ?
Pour illustrer la spécificité de ce "langage" (la BD n’étant pour lui ni du théâtre, ni du roman, ni du cinéma) Quella Guyot s’attache à démontrer, notamment au cours de ses interventions auprès de ses collègues, que la BD ne se limite pas qu’à un ordonnancement de cases et de bulles, mais qu’au-delà d’une approche trop technicienne c’est aussi un moyen d’accéder à la culture en général.
Un point de vue qui, sans être complètement marginal au sein de l’institution Education Nationale (beaucoup d’enseignants lisent ou pratiquent la BD en classe), mérite tout de même d’être connu et reconnu.

PG

Voir en ligne : Site L@BD

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?