Disparition d’Harvey Pekar, scénariste d’American Splendor

14 juillet 2010 5 commentaires Actualité

C’est avec regret que nous apprenons la disparition du scénariste américain Harvey Pekar.

Critique de jazz et figure de l’underground, Pekar a fait ses débuts comme auteur en 1976, alors qu’il publiait le premier numéro d’American Splendor – sa série phare – en collaboration avec son ami Robert Crumb. Au fil des ans, nombre de dessinateurs influents ont illustré la série : Chester Brown, Joe Sacco ou Eddie Campbell, pour n’en nommer que quelques uns.

D’abord autoéditée puis publiée chez Dark Horse et ensuite chez DC Comics, American Splendor (1976-2008) est une série autobiographique à la fois sombre et humoristique où Pekar met en scène son quotidien : sa famille, ses soucis personnels ou encore son petit boulot administratif dans un hôpital pour anciens combattants à Cleveland, en Ohio. Le succès d’American Splendor a valu à son auteur plusieurs apparitions à l’émission de télévision Late Night With David Letterman. En 2003, la série a également fait l’objet d’une adaptation cinématographique primée à Cannes et au Festival de Sundance.

Pekar a également scénarisé d’autres albums autobiographiques tels que Our Year with Cancer (Four Walls Eight Windows), coécrit avec sa femme Joyce Brabner, et illustré par Frank Stack, ou encore The Quitter (Vertigo), illustré par Dean Haspiel.

Harvey Pekar est décédé le 12 juillet 2010, à l’âge de 70 ans. La cause officielle du décès n’est pas encore connue. Nous reviendrons prochainement sur son œuvre publiée en France par les éditions Çà & Là..

MSJ

En médaillon : Harvey Pekar par Crumb dans American Splendor

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • Le titre correct de l’album sur le cancer est "Our Cancer Year".

    Répondre à ce message

  • On utilise toujours des superlatifs en ces circonstances, et je n’échapperai pas à la règle. C’est un géant de la bd qui vient de disparaître. Son influence est omniprésente aujourd’hui,on le voit bien. Cette emprise sur le quotidien, loin des sagas flamboyantes... Le genre est devenu maintenant une pratique quasi-quotidienne pour grands nombre d’auteurs de bd, c’est dire son influence. Et un hommage particulier pour la hardiesse de son parcours. L’engagement social et politique, traité sur fond de quotidien, font que l’oeuvre de cet auteur sera toujours passionnante à de multiples niveaux dans 20-50-100 ans.

    Répondre à ce message

  • Disparition d’Harvey Pekar, scénariste d’American Splendor
    15 juillet 2010 10:34, par Serge, éditions çàet (...)

    Petites précisions sur la bibliographie de Harvey Pekar en France :
    deux livres sont publiés chez Panini, The Quitter et American Splendor, Un Jour comme les autres.
    Par ailleurs, l’intégrale des histoires de Splendor dessinées par Crumb sortira en septembre aux éditions Cornélius.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Alex le 15 juillet 2010 à  19:42 :

      Par ailleurs, l’intégrale des histoires de Splendor dessinées par Crumb sortira en septembre aux éditions Cornélius.

      Mmouais, ce "saucissonage" présentant le dessinateur le + plus célèbre de la série ne fait pas vraiment justice au talent de Pekar. C’est bien par la richesse de ses histoires, ouvertes à de multiples interprétations dramatiques sous les talents divers de différents dessinateurs que se distinguait entre autre "American Splendor". 50% de la richesse de l’oeuvre s’en trouve du coup occultée.

      Répondre à ce message

      • Répondu par M.R. le 16 juillet 2010 à  08:32 :

        Je suis d’accord sur le principe mais il y a là une cohérence puisqu’il s’agit d’une intégrale Crumb thématique(sujet discutable là aussi), que publient les éditions Cornélius depuis plus de 10 ans. Il ne s’agit donc pas de voir le travail de Pekar, mais de Crumb, c’est sûr on perd au passage mais c’est classique dans le cadre d’intégrale d’un auteur.

        Pour une meilleure vue de la série il faut mieux se pencher sur les anthologies publiées par ça et là.

        Répondre à ce message