Disparition de Luis Gasca, figure de proue de la critique BD et ciné espagnole

8 juillet 2021 0 commentaire Actualité
🛒 Acheter

Nous apprenons avec regret la disparition de Luis María Francisco Gasca Burges, dit Luis Gasca, décédé à l’âge de 87 ans le 6 juillet 2021. Figure majeure de la critique BD et cinéma, l’homme de San Sebastián appartenait à la première génération espagnole des théoriciens de la bande dessinée en Espagne. Portrait.

Né à San Sebastián, dans la province de Guipúzcoa, le 17 septembre 1933, Luis Gasca acquiert son diplôme de droit à l’Université de Saragosse et suit de nombreux cours en plus d’écrire des ouvrages théoriques sur la bande dessinée (Historia y anecdota del tebeo en España, Tebeo y cultura de masas…). Fondateur du fanzine Cuto en 1967, Luis Gasca est un hyperactif qui multiplie ses activités, co-fondant par exemple le Salon international du Comics de Bordighera, en Italie, devenant secrétaire général adjoint de l’Association internationale de Critiques de la BD ainsi que de la Fédération internationale de Centres d’Etudes de la bande dessinée.

Disparition de Luis Gasca, figure de proue de la critique BD et ciné espagnole
Luis Gasca en 2011
Photo : Ricardo Iriarte / © Wikimedia Commons

Non content d’être omniprésent dans le paysage bédéphile espagnol, Luis Gasca s’intéresse de près au cinéma et devient secrétaire du Festival international du Cinéma de San Sebastian dans les années 1970. Il réussit l’exploit d’apporter dans sa région natale la première européenne du film Star Wars, en 1977, et sa passion pour les deux univers le pousse à mener le rôle de commissaire d’exposition en d’innombrables endroits, de Rome à Los Angeles. Il devient également scénariste sous le nom de plume Sadko, sous lequel il écrit les séries Agar-Agar et Wolff.

À partir des années 1980, Gasca se spécialise dans l’enseignement de ses deux arts de prédilection, à travers l’écriture d’ouvrages encyclopédiques tels que El erotismo en el cine (1983), El discurso del comic (1988) ou même le Diccionario de onomatopeyas del comic (2008). Il donne également des cours de cinéma à l’Université d’Almería et de sémiotique de la bande dessinée à Madrid et à León.

Luis Gasca et Josem Beltrán lors de la Semaine du Cinéma fantastique et d’horreur (2012)
Photo : Iñigo Royo / © Wikimedia Commons

Enfin, pour terminer cette brillante carrière en apothéose, Luis Gasca a droit à ses propres expositions, comme celle consacrée à sa collection de bandes dessinées à Koldo Mitxelena, inaugurée en 2011, et une autre consacrée à son travail théorique à la Semaine du Cinéma fantastique et d’horreur en 2012.

Une bien triste perte pour le 9e comme le 7e art.

AD

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Newsletter ActuaBD