Dorothée à Japan Expo

L’animatrice "culte" du Club Dorothée (et de l’improbable "Pas de pitié pour les croissants"), qui a forgé la culture manga de plusieurs... pardon, de toute une génération, sera l’invitée du 9e impact de Japan Expo du 3 au 6 juillet prochain !

Dorothée, en plein come-back médiatique, dédicacera son ouvrage "Les Années Dorothée" sur le stand de Kana, le vendredi 4 juillet.

Après Angoulême, c’est maintenant Japan Expo qui se "pipeulise". Prêts pour une aprèm de folie ?

AC

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • ça fait rêver....
    4 juin 2008 10:58

    Pour le même prix, on peut pas avoir Cricri, Hélène Rolles ou Bernard Minet en vrai et en combi qui chanterait les Chevaliers du Zodia-aqueu ? Là, mon rêve sera comblé, je pourrais mourir du haut d’une falaise en chantant ma joie....

    Non, sans rire, ça s’arrête quand cette espèce de nostalgie molle sur des idoles tièdasses ?

    Je n’ai rien contre Dorothée, je veux même reconnaître qu’elle a bercé mon enfance sur Antenne 2 mais bon.. le rapport avec le manga est loin loin loin... Elle est animatrice, elle a son émission, qu’on arrête de la coller au rayon mangas.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 4 juin 2008 à  16:47 :

      Sans le Club Dorothée, pas de Dragon Ball Z, de Chevaliers du Zodiaque, de Ken le survivant, Nicky Larson, etc etc...

      Elle est au contraire avec son émission un des véhicules (le plus important médiatiquement) de l’arrivée massive des mangas et animes en France.

      La génération Albator/Goldorak a les nuits gloubi boulga, je vois pas pourquoi on devrait priver la génération Dorothée de ces moments nostalgie, qui ne parlent certe qu’à elle :)

      Répondre à ce message

      • Répondu le 5 juin 2008 à  10:16 :

        A bien y regarder elle a fait plus de tort à l’animation japonaise que l’inverse... L’image extrêmement négative que le manga se trimbale (encore aujourd’hui) c’est à elle qu’on la doit, à ses doublages bâclés, ses remontages, ses choix de programmation absurdes (passer des séries orientées adultes dans une émission pour enfants etc) ; ca serait pas dommage qu’elle fasse profil bas. Dites, satisfaire la nostalgie régressive des trentenaires c’est vraiment la seule qualité que vous arrivez à dégager de l’animation japonaise ?

        Répondre à ce message