Drawing Show exceptionnel de Kim Jung Gi au Centre Culturel Coréen de Paris

Caurette Aire Libre tout public Art Illustration France Corée du Sud 🛒 Acheter

Dans le cadre des journées K-comics in Europe, le dessinateur Kim Jung Gi nous offre une performance exceptionnelle au Centre Culturel Coréen de Paris.

Plusieurs heures de performances live, ouvertes à tous, pour admirer le talent pur de Kim Jung Gi. Voici ce que nous propose le Centre Culturel Coréen (20 Rue la Boétie, 75008, Paris). Mercredi 6 et jeudi 7 juillet 2022, le wonder boy de la BD coréen offre à son public français l’occasion d’assister à un Drawing Show en live. L’accès à la cour intérieure du Centre Culturel Coréen est, pour l’occasion, ouvert à tous pendant les deux jours. Cet évènement s’inscrit dans les journées K-Comics in Europe qui font se rencontrer les acteurs de l’édition de webtoons coréens et européens.

Drawing Show exceptionnel de Kim Jung Gi au Centre Culturel Coréen de Paris

L’illustrateur est connu en France pour ses albums scénarisés par J-D Morvan McCurry, NY 11 septembre 2001, (Air Libre-Magnum photo) et SpyGames, (Glénat). Une exposition des œuvres de l’artiste est annoncée pour le mois de septembre, en association avec les Éditions Caurette, dans la galerie Daniel Maghen (36 Rue du Louvre, 75001 Paris). Kim Jung Gi n’avait pas foulé le sol Français depuis quatre ans. Ce Drawing Show se présente donc comme une occasion exceptionnelle de profiter d’un talent exceptionnel dans un écrin non moins exceptionnel.

KN

Photos : Kelian Nguyen

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.


🛒 Acheter

Code EAN :

A lire aussi sur ActuaBD :

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • Talentueux dessinateur à la mémoire phénoménale, mais pour l’instant, ses albums BD sont plutôt décevants. Vu sa virtuosité dans les fresques, on attend mieux dans l’exercice des cases.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Falco le 8 juillet à  19:21 :

      Ce n’est simplement pas le même métier ni le même exercice. Il y en a d’autres des dessinateurs virtuoses dont les dessins ne fonctionnent pas en narration séquentielle.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 10 juillet à  20:51 :

        Il est prodigieux pour dessiner des fresques. Sans même parler de la narration, la BD demande un certain sens du focus, c’est un exercice très diférent.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Milles Sabords le 11 juillet à  12:02 :

          C’est bien ce que je dis... il est illusoire de croire que tout le monde peut faire de la BD. D’abord ça s’apprend, et ensuite ça demande de solides bases dans divers domaines pour mener à bien tout un album. Beaucoup de personnes entrent dans la BD en pensant que c’est "facile" à faire, que c’est une activité cool et que le succès arrivera vite. À leur corps défendant, on ne peut pas dire non plus que les médias ou les éditeurs font ce qu’il faut pour gommer cette image d’une activité divertissante, alors que c’est un vrai métier.

          Répondre à ce message