Elie Chouraqui fait revivre l’affaire de l’étrangleur de Boston

13 avril 2009 8 commentaires

Elie Chouraqui fait revivre l'affaire de l'étrangleur de BostonElie Chouraqui, réalisateur, producteur et scénariste de cinéma, vient à son tour à la bande dessinée.

Son sujet ? L’affaire de l’étrangleur de Boston qui, entre le 14 juin 1962 et le 4 janvier 1964, viola et étrangla treize femmes avant que la police ne mette la main sur Albert DeSalvo qui passa aux aveux.

Ce cas, contesté par certains (assassiné en prison, DeSalvo fut condamné à perpétuité sur sur la seule base de ses aveux et des témoignages des victimes, contradictoires avec les preuves matérielles) est mis en images par Serge Fino, évidemment à l’aise dans la bande dessinée de polar.

Elie Chouraqui fera un tchat exceptionnel le 15 avril prochain à 17 heures, sur le site de Soleil

DP

Acheter cet album sur internet

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
8 Messages :
  • Elie Chouraqui fait son jogging dans la BD
    13 avril 2009 22:23, par Lothar et son slip léopard

    Cette peopleïsation de la BD m’énerve.

    Comment un mauvais scénariste et réalisateur pourrait être un bon scénariste de BD ? Ces recalés de la production prennent la BD comme un pis-aller , un "jogging du cinéma" (dixit Lelouch), une manière de refiler à l’édition ce qu’ils n’ont pu filmer (comme Beneix et l’Affaire du siècle).

    La seule raison pour laquelle les éditeurs les accueillent à bras ouverts, c’est qu’ils ont accès aux médias, ils ont leurs entrées à la télé et à la radio. Exposés ils vont vendre, même quand c’est mauvais, et un très bon auteur de BD lui ne passera (au mieux) que sur Public Sénat dans Un monde de bulles. Ce n’est pas avec ça qu’il passera la barre fatidique des 5 000 exemplaires. La vie est mal faite.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 14 avril 2009 à  07:45 :

      Tu l’as lu ? :)

      Répondre à ce message

    • Répondu par Sergio Salma le 14 avril 2009 à  11:18 :

      Oui on a bien vu que le Beinex a fait un carton .Que Lautner fait des étincelles et que les bédés scénarisées par Vincent Perez sont des best-sellers. Le Lelouch s’est écoulé par millions .Ah oui , ça , un nom ça fait vendre. Pfouh oui.
      Tandis que Delaf et Dubuc (qui c’est ça ?!) n’ont même pas fait de films alors quelle idée de faire des albums !? Et y a des éditeurs qui publient ces gens même pas connus. Tss.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 15 avril 2009 à  01:25 :

        Et les bédés scénarisées par Laurent Gerra (comment ça s’appelle déjà ? ah oui, Lucky Luke), ça ne se vend pas non-plus.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 15 avril 2009 à  12:57 :

          Et puis Sfar peut faire du cinéma mais un cinéaste ne peut pas faire un scénario de bd. Quelle ouverture d’esprit !

          Répondre à ce message

          • Répondu le 15 avril 2009 à  15:25 :

            Ici au moins, le dessin a l’air correct (pas difficile si l’album parait chez Soleil). Mais je n’aime pas trop les films de Chouraqui. Et je vois pas pourquoi un cinéaste à la mode serait un bon scénariste.

            Répondre à ce message

    • Répondu le 15 avril 2009 à  18:05 :

      Dans le tchat sur Soleil.com, il a bien confirmé que pour lui la BD est un entrainement pour faire des histoires à peu de frais, comme en plus ce ne sont pas des histoires originales mais des adaptations, il n’est vraiment question que de techniques de narration.

      Répondre à ce message

  • Ce tchat n’avait rien d’exceptionnel, toutes les questions semblaient avoir été écrites par les attachés de presse, aucune des miennes n’a été posée.

    Répondre à ce message