Emmett Till. Derniers jours d’une courte vie - Par Arnaud Floc’h - Sarbacane

31 mars 2020 1 commentaire

Dans le Sud encore profondément raciste et ségrégationniste, un adolescent noir est tabassé et torturé à mort pour une broutille. Il était venu travailler dans les champs avec son oncle. Racontée à travers le dialogue entre un témoin de l’époque et un journaliste musical blanc, toute l’histoire défile en témoignage détaillé, de l’arrivée d’Emmett à Money (mais oui, c’est bien le nom du patelin) jusqu’au procès scandaleux des meurtriers.

Paru en août 2019, cet album-plaidoyer mérite un éclairage, même un peu tardif. Cet horrible crime a eu lieu en 1955, au moment où la lutte pour les droits civiques prend une tournure capitale aux États-Unis, débouchant sur la fin de la ségrégation dix ans plus tard.

La narration d’Arnaud Floc’h allie énergie et efficacité, avec des traits solides et des personnages bien campés. On peut toutefois s’interroger sur la construction en flash-back et le rôle artificiel attribué au blues.

Le final, qui offre des révélations sur le journaliste, tire également sur des ficelles un peu grosses. Mais la force narrative prime, bien appuyée par un dossier historique concis et précis.

DT

Acheter cet album sur BD Fugue, FNAC, Amazon

Du même auteur :
Emmett Till. Derniers jours d'une courte vie - Par Arnaud Floc'h - Sarbacane Mojo Hand

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :