Ferraille illustré n°23

8 août 2003 1 commentaire

Ferraille Magazine n’est pas encore mort, et une fois de plus, montre ses parfaites références irrévérencieuses et son mauvais goût certain !

Des révélations sur l’écriture du Roman de Renart où le vil goupil se fait inventer ses légendaires tours pendables par des nègres, un Blake et Mortimer scénarisé par Hitler (grandiose !) dans le mess des officiers d’un camp d’extermination, ce qui pourrait bien être un Mœbius dans la période Edena, un Pinocchio de métal meurtrier en puissance employé bénévole du mois d’un immonde capitaliste gras à souhait, Muerto Kid hésitant à suivre la voie de Ghost Rider ou du prince Lothar, et tous nos loosers favoris...

Les tenants de l’ancienne version (celle publiée sur papier journal), regretteront sûrement que M. Pabo et ses crétins d’amis, les personnages de la mythologie Ferraille, soient moins présents que jadis. Ce serait oublier un peu vite l’excellent travail de Druilhe et Winshluss.

Bref, que du bonheur, pas que pour les fils de chômeur, mais surtout pour les personnes adultes. Une fois de plus, la fine équipe des Requins Marteaux nous fait hurler de rire avec ses b.d. punks tout en jouant des multiples références. À ce sujet, la vraie pub parfaitement camouflée mérite le prix Goncourt. L’underground n’est pas forcément alternatif, il sait parfois montrer parfaitement une maîtrise technique assumée par des histoires particulièrement trash.

En réponse à ceux qui pronostiquaient une disparition prochaine, qu’ils sachent que Ferraille s’associe avec les huiles Merolls, friture et moteurs. Ouf ! Nous sommes rassurés., leur humour restera gras.
Jouissif et bandant, même dans le métro. Achetez-en, mangez-en !

Ferraille illustré numéro 23, Août 2003
trimestriel, 5,50 € en kiosque, distribution NMPP

X.M-D.

Voir en ligne : Achetez au Supermarché Ferraille !

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :