Florence Cestac n’aime pas les prétentieux

12 septembre 2009 3 commentaires

Avec « J’aime pas…les gens qui de prennent pour…  » (Ed. Hoëbeke), Florence Cestac règle ses comptes avec les fats sur le mode de Charb et sa rubrique de Charlie-Hebdo « Charb n’aime pas les gens ».

Les gens que n’aime pas Florence, comme le souligne le préfacier de l’ouvrage Jean Teulé, c’est ceux « qui se la pètent ». C’est évidemment les mecs qui en prennent le plus sur la tronche, mais il faut bien dire que ce sont les premiers à rouler des mécaniques, alors…

Florence Cestac n’est jamais meilleure que dans l’exercice du portrait, car elle n’a pas son pareil pour typer un personnage et le mettre face à ses contradictions. Tout y passe : du faux marin au long cours au « détenteur du goût français », de la concierge abusive au « grand artiste » (heureusement, les critiques de BD n’y sont pas, ouf !).

Ce genre de portraits, du temps de La Bruyère, s’appelaient des caractères.

DP

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • Moi je les aime bien les prétentieux, ils sont parfois tellement ridicules que ça donne l’occasion de bien se marrer, et il faut se méfier, on n’est jamais à l’abri d’être soi-même un prétentieux qui s’ignore (si signor).

    Répondre à ce message

    • Répondu par François, amateur de BD de haute qualité. le 13 septembre 2009 à  21:55 :

      A voir la couverture, il semble que Cestac s’amuse avec le thême des Précieuses Ridicules du sieur Poquelin, un classique intemporel !! Et que je vous conseille de relire, ou mieux d’assister à sa représentation (d’excellentes troupes de théatre circulent en province, et pour le prix d’un banal album de BD, vous procurent un authentique divertissement de qualité).

      Je dis cela en toute sincérité, moi-même je n’ai jamais apprécié outre mesure le talent de madame Cestac ex-Robial.

      Cordialement

      Répondre à ce message

      • Répondu par L.C le 14 septembre 2009 à  03:22 :

        Qu’est-ce que c’est que ce commentaire prétentieux et totalement à côté de la plaque.

        Vous déconseillez la lecture d’un livre que vous n’avez pas lu, vous réduisez Florence Cestac, grand auteur de bandes dessinées et Grand prix d’Angoulême à son lointain mariage avec Etienne Robial (on reconnait bien là votre misogynie Pincemi), tout ça pour quoi ?!
        Nous conseiller d’aller voir une troupe de ringards de province massacrer Molière ?! Vous devez en être de ces troupes de vieillards libidineux prompts à lutiner de la soubrette sous couvert de théatre classique, car il n’y a là aucun rapport avec le livre de l’excellente Florence Cestac, si ce n’est que vous êtes un prétentieux ridicule.

        Répondre à ce message