François Schuiten préserve ses originaux par des donations - Colloque sur la conservation des originaux à la BnF

27 mars 2013 4 commentaires
François Schuiten préserve ses originaux par des donations - Colloque sur la conservation des originaux à la BnF
Schuiten dans son atelier en 2010
Photo DR

On l’apprend par un communiqué publié ce matin : le dessinateur François Schuiten, créateur avec Benoit Peeters des "Cités Obscures" a décidé de profiter du 30e anniversaire de sa série pour faire don de 80% de ses originaux à différentes institutions : la Bibliothèque Nationale de France (BNF), la Fondation Roi Baudouin (avec la création d’un fonds Schuiten), la Maison Autrique (Commune de Schaerbeek), le Musée de la bande dessinée d’Angoulême, le Centre de l’Image de La Louvière et le Centre Belge de la bande dessinée (CBBD).

Depuis plusieurs années, le dessinateur était préoccupé par la préservation de son patrimoine graphique, inquiet notamment de la pérennité de son travail au regard de la conservation généralisée sur les supports numériques actuels.

Certes, les techniques modernes assurent une qualité de conservation inouïe jusqu’ici, mais pour combien de temps ? Ces technologies sont fragiles et évoluent : souvenez-vous du mode de stockage des données entre aujourd’hui et il y a dix ans.

Dans ce souci de préservation, François Schuiten a décidé de mettre l’essentiel de ses originaux "à l’abri". À l’heure où la BD trouve le plus souvent le chemin des galeries et des collections privées, source d’argent immédiat, l’acte est courageux.

Il est précisément accompagné d’un colloque à la BnF : « Les Cités obscures. Du numérique au papier : allers/retours. »

Ce colloque s’interrogera notamment sur des questions liées à la préservations des originaux : "Que devient une planche de bande dessinée lorsqu’elle est reproduite, imprimée, numérisée ? Qu’est-ce qui se perd de l’aura de l’original lorsqu’il se transforme en fichier numérique ? De quels enrichissements possibles la planche originale peut-elle se prévaloir au moment où la réalité augmentée s’infiltre dans la production imprimée ?"

Ce sont les questions que se poseront Régis Debray, Tristan Garcia et Pierre-Marc de Biasi qui comptent parmi les intervenants. La rencontre se conclura par une conférence musicale présentée par Schuiten et Peeters avec le compositeur Bruno Letort : Rêves d’archives.

Informations pratiques :

Jeudi 11 avril 2013 14h00 – 19h30 entrée libre Les Cités obscures Petit Auditorium (hall Est) Entrée Ouest Quai François-Mauriac - Paris 13e

DP

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
4 Messages :