Frédéric Bosser annonce un numéro double de dBD pour compenser son retard de parution

5 avril 2009 4 commentaires

Décidément, la presse BD n’est pas dans une phase facile en ce moment. Après l’arrêt de Cargo, puis de Pif, puis de BoDoï lequel avait vu ses abonnés revendus à dBD, tandis que sa vie continuait sur le Net non sans qu’on s’interrioge sur son avenir, voici que Frédéric Bosser nous raconte les déboires qu’il connaît ce mois-ci sur dBD dont le numéro 32 sortira en kiosque en même temps que le numéro 33 :

«  Le DBD n°32 est en effet pas sorti en kiosque, nous raconte-t-il dans un communiqué, pour les raisons principales suivantes : mon imprimeur habituel depuis quatre ans, a souhaité en raison de la crise, des cautions inacceptables et impossibles pour la structure que nous sommes. En gros, il nous demandait de lui payer quatre numéros d’avance. Par conséquent, comme aucun accord n’était possible entre ces deux entités malgré tous nos efforts, nous avons choisi de nous passer désormais de leurs services. Seulement voilà, du fait de la crise qui touche également la fourniture du papier, il nous a été impossible d’imprimer ailleurs ce numéro qui était prêt dans les temps. Il y a bien eu une solution, celui d’obtenir cette denrée devenue rare... mais pas avant 10 jours. Et comme une impression nécessite entre six à huit jours, cela nous aurait donner une livraison autour du 18 de ce mois, pour une mise en place trois jours plus tard, soit le 21 avril. Autant dire que comme le numéro suivant sort avant le 30, il était devenu inintéressant de sortir un numéro pour moins de 10 jours de vie en kiosque. Ce serait irrespectueux pour tous. »

Le résultat est la publication, « la mort dans l’âme » d’un numéro double de 128 pages au lieu de 96 au mois de mai, ce qui fera deux numéros doubles en 2009 (avec celui d’été paraissant en juillet-août). Les abonnés ne seraient donc pas lésés.

« Voilà, c’est aussi simple que cela ! » nous dit Frédéric Bosser

Sale coup pour cet éditeur qui avait abandonné sa galerie pour se consacrer complètement à l’édition. La crise financière atteindrait donc le secteur de bande dessinée par le biais d’un durcissement des délais de paiement des imprimeurs ? Il est peu probable que ce credit crunch un peu sauvage aide l’imprimerie à sortir des difficultés.

DP

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
4 Messages :