Frida Kahlo - Par Cornette & Balthazar-Delcourt

26 avril 2015 1 commentaire

Événement à Mexico en cette année 1937 : Léon Trotski, pourchassé par les staliniens en URSS, est accueilli par le couple Diego Rivera-Frida Kahlo. Deux peintres, aux caractères explosifs, mais aussi militants marxistes. Dans un foisonnement culturel et politique incomparable, les liens se nouent, mais aussi les passions amoureuses. Chacun participe à ce désordre plein d’énergie, et les conflits s’entrechoquent avec les aléas de la vie d’artiste, tandis que les visites se multiplient, notamment celle du surréaliste français André Breton. Les choix poussent aux ruptures, pour sauver sa vie personnelle tout en poursuivant son épanouissement artistique. Quant au fascisme qui prend racine en Allemagne, il est alors encore loin...

Nul doute que les auteurs ont plongé dans leur sujet avec une passion sincère. L’appendice et les portraits des dernières pages en attestent. Malgré l’énergie qui s’en dégage, Frida Kahlo souffre cependant d’un éparpillement embarrassant, tant son personnage-titre n’a souvent qu’un rôle de second plan. Par ailleurs, les dialogues de Cornette ont tendance à se noyer dans la grossièreté -certes tout à fait cohérente- et les obsessions sexuelles. Un peu lassant, d’autant que le dessin de Flore Balthazar n’offre pas les mêmes précisions d’attitude d’un rôle à l’autre.

DT

Frida Kahlo - Par Cornette & Balthazar-Delcourt
© Delcourt 2015

Commander l’album sur Amazon.fr ou sur FNAC.com

- sur le même thème, lire aussi :

L’impertinence d’un été - Par Pellejero & Lapière - Dupuis : première partie et deuxième partie

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Frida Kahlo - Par Cornette & Balthazar-Delcourt
    27 avril 2015 18:27, par simon brauman

    Il y a des livres de bandes dessinées qui mériteraient un peu plus de professionnalisme de la part des auteurs, mais aussi de la part du directeur de collection, car enfin, comment les planches piteuses de ce livre ont-elles pu être validées pour publication ? Je sais qu’il y a un marché pour ce qui est mal dessiné, mais tout de même. Le scénariste reste à la surface de choses grâce à sa documentation Wikipédia et ça ne suffit pas pour aborder le sujet et le contexte historique. Pour faire le scénario d’un Alix Wikipédia suffit, mais pour raconter la vie de Frida Khalo, non. Ah,si Angoulême avait plus d’humour on pourrait décerner des "alphart nanards" , ce qui donnerait un intérêt à cet opuscule qui y aurait bien droit.

    Répondre à ce message