Gaston sème la pagaille dans Spirou

25 mai 2010 7 commentaires
Gaston sème la pagaille dans Spirou
Le spécial Gaston
avec une couverture explosive de Delaf

M’enfin ! On est presque en retard pour vous signaler que le journal Spirou vient de consacrer un numéro spécial à Gaston Lagaffe. Pas d’anniversaire en vue (le roi des gaffeurs est apparu en 1957), mais plutôt une bonne occasion de faire la fête à Gaston : il vient d’être adapté en dessin animé par le studio Normaal.

La rédaction s’est donc laissée envahir par une foule d’admirateurs de Gaston : Jidéhem, B-Gnet, Saive, Stan & Vince, Yoann & Vehlmann, Yann & Léturgie, Munuera, Nix, Laurel, Bouzard, Bailly & Fraipont, Bravo, Jannin, Schwartz, Trondheim, Tarrin, et bien d’autres.

Ce numéro restera en kiosque 3 semaines, alors chaussez vos espadrilles, et marchez nonchalamment vers votre librairie favorite, il en reste peut-être encore quelques exemplaires !

MDS

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
7 Messages :
  • Gaston sème la pagaille dans Spirou
    26 mai 2010 15:52, par ishimou

    l’adaptation animée de Gaston est certainement le plus beau ratage, la plus mauvaise idée de ces dernières années, tout là-dedans sonne faux c’est une véritable trahison, l’animation par elle même qui donne au dessin un côté statique, le décor sonore, les voix et surtout le rythme des séquences qui alourdit ce qui était si léger dans la BD. s’il vous plaît ne touchez plus à l’oeuvre de Franquin pour la massacrer de la sorte, à moins d’avoir comme Alain Chabat qui voudrait adapter le marsupilami au cinéma (Claude Berry lui avait dit oui pour le produire, avant de disparaître), une ambition et des moyens à la mesure du travail de Franquin.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 26 mai 2010 à  21:57 :

      Il me semble qu’il y eut un film Gaston Lagaffe, médiocrissime par le passé. LE DA ne peut pas etre pire !

      Répondre à ce message

      • Répondu le 26 mai 2010 à  23:49 :

        Le film n’était pas terrible, mais avait bien compris et retranscrit l’esprit de la BD, ce n’était pas une trahison. Le fait que le film date de l’époque où la série était encore active fait beaucoup pour la cohérence, et Roger Mirmont était vraiment un excellent Gaston (G dans le film), même son nez rigolo ressemblait à celui de Gaston, et sans prothèse.

        Répondre à ce message

      • Répondu par Alex le 26 mai 2010 à  23:55 :

        Médiocrissime ? Vous êtes bien généreux : c’était une véritable m.... Le dessin animé me semble suivre la même voie. Car il y a une incompréhension totale du dessin de Franquin ! Ok, s’ils avaient pu prendre le Franquin des 50’s, sa ligne bien définie le trait élastique qui délimite les formes. Mais ces génies vont chercher le Franquin des 70’s !?? Le trait expressioniste, la vivacité quasiment maladive -il y a peu d’oeuvres mondialement aussi hystériques que Gaston dans les gags, dans le trait. Oublions rapidement les tentatives récupératrices et intéressées de cette oeuvre : elles tomberont toutes à l’eau car ce que nous avons là est un authentique chef-doeuvre de la bd, un miracle qui ne se reproduira jamais ailleurs que dans ce genre précis, la bande dessinée.

        Répondre à ce message

        • Répondu par ishimou le 27 mai 2010 à  16:19 :

          Pour revenir à ce numéro spécial gaston, il est plutôt pas mal dans l’ensemble on sent que l’équipe c’est bien amusé, même si il faut déplorer la médiocrité graphique de certaines pages inspirées par la nouvelle bande dessinée.

          Répondre à ce message

  • Gaston sème la pagaille dans Spirou
    30 mai 2010 11:13, par Jyache

    J’ai bien aimé ce numéro, même si j’ai trouvé deux gags identiques (mais dessinés par deux auteurs différents) et une erreur de calcul : 1957 + 23 ne font certainement pas 1970 !

    Répondre à ce message

    • Répondu par Oncle Francois le 30 mai 2010 à  21:09 :

      et oui évidemment, Gaston n’est pas né en 1947 !! Si l’on peut éventuellement admettre l’erreur de monsieur Dayez (page 30 de ce Spirou d’anthologie), comment se fesse que personne, parmi les hauts dirigeants de la rédaction en chef Imperator, n’ait remarqué cette grossière erreur ? Cela signifie t-il que plus personne n’ait une connaissance générale de l’Histoire du Journal ? A moins qu’ils ne dorment pendant leurs heures de travail, copiant l’exemple du gaffeur fainéant, car faut-il le rappeler en 1947, Franquin n’avait pas encore l’idée de Gaston, il s’occupait à reprendre Spirou, notamment dans l’Almanach !

      Répondre à ce message