Georges et Tchang : "Délire homosexualiste" selon le site catholique Civitas

31 octobre 2012 38 commentaires

Le livre de Laurent Colonnier qui vient de sortir en librairie commence à faire des vagues, en particulier de la croisade des milieux catholiques contre le mariage homosexuel dont le débat fait rage en France depuis plusieurs semaines.

"Délire homosexualiste", "histoire sordide", proclame le site catholique pour qui cette BD vient "bien à point pour contribuer à la grande opération de banalisation de l’homosexualité que l’on observe en ce moment en France." Il faut dire que sur la même page le slogan "Non au mariage des homosexuels" figure en bonne place...

Et d’appeler Moulinsart à mobiliser ses avocats : "France Jeunesse Civitas espère que la Fondation Hergé [sic] prendra rapidement des mesures pour faire interdire un tel ouvrage salissant la mémoire de celui qui, à travers les aventures de Tintin notamment, a fait rêver des millions de petits enfants en Europe et dans le monde."

Une question : pourquoi cette bien pensante organisation ne porte-t-elle pas plainte elle-même ?

DP

Lire sur ActuaBD.com : "Georges & Tchang", un biopic "scandaleux"

Voir en ligne : LA CRITIQUE DE CIVITAS

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
38 Messages :
  • Incroyable ! Ces gens sont tellement coincés du cerveau qu’ils ne peuvent même pas reconnaitre que deux personnes qui s’aiment puissent être un couple, ils disent des "duos homos". A ce niveau c’est psychotique...

    Répondre à ce message

  • Mieux vaut un "Délire homosexualiste" que le délire homophobe de ces personnes peu recommandables (ce sont eux qui bloquaient le théatre de la ville pour empêcher les représentations et qui ont agressé le directeur du théatre Jean-Michel Ribes). La couv présentée est très belle, très classieuse comme disait Gainsbourg.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 31 octobre 2012 à  15:09 :

      "homosexualiste" est un terme homophobe, non ? Comme s’il y existait un complot d’homosexuels à cagoule qui travailleraient ardemment pour "homosexualiser" le monde.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Elvire Sacutie le 31 octobre 2012 à  15:18 :

        Absolument, ce sont les mêmes qui ont inventé le terme "droitsdelhommiste". Ils ne sont même pas cohérents, dans leurs manifestations anti-homo, ils passent la musique de Queen, chantée par Freddy Mercury, un hétéro notoire bien-sûr.

        Répondre à ce message

  • Je préfère cette couverture à celle que vous présentiez dans le précédent article, elle est plus accrocheuse. Quant à l’avis des milieux catholiques extrémistes, on s’en tape le coquillard.

    Répondre à ce message

  • Une question : pourquoi cette bien pensante organisation ne porte-t-elle pas plainte elle-même ?

    Par lâcheté peut-être ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Jacques Langlois le 1er novembre 2012 à  09:10 :

      Sans doute aussi parce que, juridiquement, une plainte de l’association aurait peu de chances d’être recevable, faute d’intérêt à agir. L’album ne me paraît pas enfreindre ni la loi ni les bonnes moeurs.
      Seul l’ayant-droit d’Hergé et ceux de Tchang pourraient aller devant la justice au nom du droit moral.
      Mais franchement, cela en vaut -il la peine pour cette BD, plutôt malhabile ? Et puis au lecteur de se faire une opinion plutôt qu’aux éventuels censeurs !

      Répondre à ce message

      • Répondu par Laurent Colonnier le 2 novembre 2012 à  12:48 :

        Dommage, je vous avais répondu de manière spirituelle, mais ce n’est pas passé sous les fourches caudines.

        Répondre à ce message

        • Répondu par jacques langlois le 5 novembre 2012 à  10:38 :

          Petite précision : je n’ai rien à voir avec ces arriérés et ne faisais que donner un point de vue de juriste sur la question posée, dont l’humour m’avait échappé.
          Par ailleurs, j’ai acheté et lu votre album, qui m’a intéressé, même si je trouve parfois les traits des trois principaux personnages un peu approximatifs, surtout pour "Georges". Vous avez habilement utilisé les interrogations de Périgot sur les liens de Tchang avec les communistes chinois de Bxl, par exemple, dont je m’étais fait l’écho naguère dans la revue des ADH. A votre disposition pour en reparler.

          Répondre à ce message

          • Répondu par Jacques Langlois le 6 novembre 2012 à  18:08 :

            Lire "Faligot" et non "Périgot"...

            Répondre à ce message

  • Ils ont tort de le prendre comme ça, Colonnier est un bon père de famille bien hétéro

    Répondre à ce message

    • Répondu par Laurent Colonnier le 1er novembre 2012 à  22:45 :

      Colonnier est un bon père de famille bien hétéro

      Vous vous avancez, vous semblez me connaitre mieux que moi-même. Bon père de famille ? Il faudrait demander à ma famille. Bien hétéro ? Ca laisse peu de place à un écart éventuel.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 2 novembre 2012 à  02:44 :

        Je caricaturai pour les embêter. En effet, je n’ai qu’une idée vague de votre situation familiale et c’est très bien comme ça

        Répondre à ce message

  • Avant de s’emporter comme ça il serait judicieux de savoir qui sont ceux qui "sont" ce site. Leur rubrique "qui sommes-nous ?" apporte un éclairage plus précis sur cet article, ceux à qui il veut s’adresser et leur représentativité. Alors si quelqu’un cri au loup on peut soit s’enfuir en hurlant soit vérifier posément et réflechir.

    Un seul axiome à retenir :

    Mais on connaît le principe : mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose...

    Donc je ne les ai pas attendu pour trouver curieux, plus surement opportuniste et particulièrement commercial d’utiliser deux personnalges réels mondialement célèbres et de leur prêter une relation amoureuse (vu les précédent commentaires mais surtout parce que je n’ai pas lu l’ouvrage je n’ose mettre "homosexuelle") en utilisant cet unique levier sur la couverture et dans le sous-titre. Ecrire une histoire en mettant "C’est pas vrai" en introduction ça ressemble plus à avoir une idée de scénario moyenne et vouloir faire monter les blancs en neige artificiellement. La frontière en la vérité et le mensonge devient difficile à discerner. "Ça pourrait avoir eu lieu ou pas, allez savoir". La mécanique est connue et tellement (trop ?) facile à utiliser.

    Hergé a eu une vie hors du commun alors pourquoi broder et faire une histoire inventée là où la réalité suffit ? Lisez plutôt Les aventures d’Hergé, par José-Louis Bocquet, Jean-Luc Fromental et Stanislas Barthélémy !

    Répondre à ce message

    • Répondu par Thierry le 1er novembre 2012 à  17:32 :

      Effectivement, si on s’intéresse à ces personnes on croit rêver :
      Citoyen militant patriote français engagé contre l’ordre mondial anglo-saxon sioniste et ultralibéral organisé par la franc-maçonnerie mondiale des Illuminati.
      Ils sont quand même grave perchés les mecs.

      Répondre à ce message

    • Répondu par Laurent Colonnier le 1er novembre 2012 à  21:11 :

      Ecrire une histoire en mettant "C’est pas vrai" en introduction

      Effectivement, vous n’avez pas lu le livre et parlez sans savoir, car à aucun moment il n’y a écrit "C’est pas vrai", au contraire, le livre débute par "Tout est vrai."
      Vous devriez moins faire confiance à vos amis d’extrème-droite, mais la subtilité n’est pas votre fort, comme l’indique votre pseudo.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Alban Day-Sinnais le 2 novembre 2012 à  09:09 :

        Vous devriez moins faire confiance à vos amis d’extrème-droite

        Non je n’ai pas encore eu l’occasion de le lire et je l’ai bel et bien écris.

        Quant à ma subtilité elle n’a d’égale que la gratuité de votre affirmation, absolue. Et pour le cas, c’est vous qui fantasmez au plus haut degré et je vous invite à un minimum de modération et de retenue dans votre délire. Ces gens ne sont pas mes amis pour la bonne et simple raison que je ne les connais pas et que je ne souhaite pas. Vous me semblez définitivement coutumier de ce genre de divagation.

        Si une critique d’un potentiel lecteur -que je ne considère pas comme agressive- vous gène, n’y prêtez pas le flanc, contentez-vous d’ouvrages plus consensuels.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Laurent Colonnier le 2 novembre 2012 à  15:35 :

          Parler sans savoir, juger sans connaitre, critiquer sans avoir lu, voilà bien l’idéologie internet, vous êtes dans votre élément.

          Pour une fois, lisez et faites-vous une idée par vous-même plutôt qu’aller copier sur vos petits camarades, on vous le disait déjà à l’école.

          La critique d’un "potentiel" lecteur n’a aucun intérêt. Celles, même négatives, d’un lecteur, bien plus.

          Répondre à ce message

          • Répondu par Alban Day-Scinnais le 3 novembre 2012 à  20:24 :

            Mon propos se veut général, sur le principe qui consiste à monter en épingle à cheveux un hypothétique fait, plus ou moins avéré et en faire une pseudo-vérité.

            Je ne sais si je le suis, mais subtil, non vous ne l’êtes définitivement pas. De quels "petits camarades" parlez vous ? Lisez-vous seulement ce que j’écris ? Si ce sont de ces pseudo-extrémistes ma réponse figure plus haut... Comprenez bien que je me contre-fiche qu’Hergé et Tchang ai pu avoir une relation simplement amicale, plus encore ou même refoulée. Je ne suis ni leur famille ni un admirateur inconditionnel et quand bien même, c’est la vie privée d’autrui.

            "Laurent Colonnier" > Parler sans savoir, juger sans connaitre, critiquer sans avoir lu, voilà bien l’idéologie internet, vous êtes dans votre élément.

            Pour une fois, lisez et faites-vous une idée par vous-même plutôt qu’aller copier sur vos petits camarades, on vous le disait déjà à l’école.

            Vous affirmez pourtant tant de choses à mon égard, sans même me connaitre. Et figurez-vous que je vais justement sur des sites comme celui d’ActuaBD pour me faire un premier avis et consulter celui des rédacteurs pour me faire découvrir certains ouvrages au milieu des (trop) nombreuses sorties.

            J’ai lu plus de livres et d’albums que vous ne semblez le penser et peut-être devriez-vous copiez les votres de petits camarades, faire preuve d’un semblant humilité et respecter vos interlocuteurs. En aucun cas je n’ai remis en cause votre personne ou vos idées, ni vos propos. Seulement un procédé d’écriture que j’estime douteux.

            "Laurent Colonnier" > La critique d’un "potentiel" lecteur n’a aucun intérêt

            "Un intervenant malheureusement anonyme le 2 novembre à 17:05" > Ce qui contredit votre première intervention, bien entendu.

            Effectivement vous réagissez bien vertement à des critiques qui devraient donc -à bien vous lire- vous laisser totalement indifférent ! A toute fin utile, je me permet humblement de vous rappeler que ce sont vos lecteurs qui vous font vivre et que ce sont justement ces "potentiels" lecteurs qu’il vous faudrait convaincre.

            En conclusion, pour ma part il est clair qu’au vu de vos réponses je ne vais pas perdre mon temps à feuilleter votre album, vos réponses m’ont pleinement convaincu.

            Répondre à ce message

            • Répondu par Laurent Colonnier le 4 novembre 2012 à  13:25 :

              "Un intervenant malheureusement anonyme le 2 novembre à 17:05" > Ce qui contredit votre première intervention, bien entendu.

              C’est à vous qu’il s’adressait vu le positionnement des onglets.

              il est clair qu’au vu de vos réponses je ne vais pas perdre mon temps à feuilleter votre album, vos réponses m’ont pleinement convaincu.

              Ce n’est pas une grosse perte, je n’ai rien à faire des "feuilleteurs" d’album, je préfère de loin des lecteurs.
              Vous me rappelez cette citation de Woody Allen :
              "J’ai pris un cours de lecture rapide et j’ai pu lire “Guerre et Paix” en vingt minutes. Ça parle de la Russie."

              Répondre à ce message

              • Répondu par Le mysteieux intervenant anonyme de 17h05 le 5 novembre 2012 à  12:23 :

                C’est à vous qu’il s’adressait vu le positionnement des onglets.

                Bien vu Laurent, je confirme.

                Répondre à ce message

              • Répondu par Georges Merhis le 6 novembre 2012 à  19:14 :

                Messieurs (et peut-être Mesdames, l’anonymat protège...) :

                Une autre de Woody Allen que chacun peut méditer : "L’avantage d’être intelligent, c’est qu’on peut toujours faire l’imbécile, alors que l’inverse est totalement impossible."
                et une d’Ernest Renan : "La bêtise humaine est la seule chose qui donne une idée de l’infini." et une que je vous laisse reconnaître : "Le courage c’est de foncer tête baissée, sans réfléchir, faire face au danger. // Ouaip ! Et la bêtise ?"

                C’est beau les citations. C’est facile, c’est pas cher et... ça renvoi sans grande peine les protagonistes de ce doux débat stérile à leur place (les anonymes commes les autres, chacun pouvant parler pour l’autre)

                RIRES !

                questions :

                1/ sans rire cette fois, si vous n’aimez pas "l’idéologie internet" pourquoi y avez-vous un site et pourquoi tant de réponses de votre part à des gens plus ou moins anonymes plongé dans des considérations de ’j’aime - j’aime pas’ sans autre horizon que vos pré-carré respectifs ?

                2/ et plus directement lié au sujet (le reste pouvant rester sans réponse, vous l’avez bien sûr compris) avez-vous lu ici-même cette notice de Didier Pasamonik datant de mai 2011 qui qualifie votre livre de "docu-fiction" ou de "biopic un peu sulfureux basé sur une documentation sérieuse" (pour ceux qui n’y serait pas aller, votre site indique comme "Genre : historique, amour et espionnage") et où vous êtes cité :

                « Entre les deux artistes va naître un profond sentiment. Dimanche après dimanche une relation de maître à élève va céder la place à une complicité amoureuse rendant Germaine jalouse

                Avec le recul qu’en pensez-vous ? et avec quels arguments avez-vous convaincu votre éditeur ?

                Dans l’attente de vous lire,
                Bédéphilement,
                Georges Merhis

                Répondre à ce message

                • Répondu par Laurent Colonnier le 7 novembre 2012 à  09:38 :

                  Je n’ai pas compris la question, c’est mal formulé. Vous pointez une incohérence ?

                  Mais la citation :"Le courage c’est de foncer tête baissée, sans réfléchir, faire face au danger. // Ouaip ! Et la bêtise ?"
                  me plait beaucoup.

                  Répondre à ce message

                  • Répondu par Georges Merhis le 8 novembre 2012 à  18:42 :

                    Bonsoir Monsieur,

                    En premier lieu, merci d’avoir pris le soin de me répondre.

                    Mais la citation :"Le courage c’est de foncer tête baissée, sans réfléchir, faire face au danger. // Ouaip ! Et la bêtise ?" me plait beaucoup.

                    Une intution me disait que vous sauriez apprécier !

                    Pour le reste, j’espère que vous excuserez la prose un peu confuse d’un vieil homme (73 ans...) qui essaye vaille que vaille de rester "à la page" sur internet.

                    Non ma question n’est pas de pointer quelque incohérence que ce soit, mais de savoir comment vous qualifiez aujourd’hui votre ouvrage. Que ce soit les journalistes sur différents sites dont celui-ci et vous même j’avoue ne pas arriver à determiner s’il s’agit d’une biographie rigoureuse d’Hergé consacrée à une rencontre étudiée au travers du prisme de l’amitié et de sa frontière avec l’amour ou d’une extrapolation basé sur un fait réel, la rencontre, et sa conséquence que vous qualifiiez de "complicité amoureuse" ?

                    De même, au vu de l’accueil réservé par certains éditeurs, ma curiosité s’attachait à connaitre les arguments qui ont conclu ce dernier.

                    Cordialement,
                    Georges Merhis

                    Répondre à ce message

        • Répondu le 2 novembre 2012 à  17:05 :

          Ce qui contredit votre première intervention, bien entendu.

          Répondre à ce message

  • Georges et Tchang : "Un chef d’œuvre" selon l’auteur.
    1er novembre 2012 22:51, par Laurent Colonnier

    Je me croyais auteur de BD et me voilà propulsé Lobby "homosexualiste" à moi tout seul. Ces intégristes décérébrés haïssent tant le français qu’ils se croient obligés d’inventer de moches mots en iste, peut-être pour noyer le fascisme dans lequel ils pataugent.

    Répondre à ce message

    • Répondu par FLOCON le 5 novembre 2012 à  10:02 :

      Oh ça va hein je rapelle que Hergé n’était pas facsiste , et toutes les allégations de ses amitiés avec DEGRELLE sont non prouvées

      Répondre à ce message

      • Répondu le 5 novembre 2012 à  11:22 :

        Il n’est pas question d’Hergé ici mais de certains détracteurs de cet album

        Répondre à ce message

      • Répondu le 5 novembre 2012 à  16:09 :

        Cette réponse est-elle volontairement à côté de la plaque et ironique ? Parce que sinon, je me permet de préciser que Laurent Colonnier parlait, il me semble, du site qui vilipende son oeuvre, non ? Pas d’un Hergé fasciste...

        (bon, alors, il en était ou pas, au fait ? ... du parti rexiste, je veux dire...)

        Répondre à ce message

  • Ce qui est bien avec les auteurs de la génération Nouvelle BD indé, c’est qu’ils font leur propre autobiographie. Du coup, de futurs auteurs (dans 30 ou 40 ans, si la BD existe toujours) n’auront pas à y revenir. Pour les anciens, de plus en plus d’auteurs se mettent à délirer avec des biographies déformées, romancées, rocambolesques. Moralité, auteur de BD, si tu veux pas qu’on se serve de ton nom plus tard pour se faire du fric sur ton dos, écris ton autobiographie tout de suite.

    Répondre à ce message

  • depuis quelques années tout est bon pour faire du chiffre, un journaliste n’a plus besoin d’investiguer ou d’analyser en profondeur pour affirmer, un auteur peut se permettre de suivre la même voie en utilisant à sa guise des personnages réels pour une fiction. L’important c’est le titre, l’accroche, l’émotion suscitée et qui incitera peut-être le chaland a sortir son portefeuille. Pour ceux qui l’ignorent, quelques unes des dizaines de biographies sur Hergé le dépeignent comme un homme à femme, il s’est marié deux fois et a eu plusieurs aventures, entre ses deux mariages et pendant son premier, dont une avec une quasi ado lorsqu’il avait déjà une quarantaine d’années (cette aventure aurait pris fin par l’intervention d’Edgar Pierre Jacobs). Cette thèse d’homosexualité est donc farfelue et mercantile, à mon avis.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Laurent Colonnier le 6 novembre 2012 à  15:46 :

      Vous devriez lire le livre avant de vous excitez, je ne dis pas le contraire, et à aucun moment je ne dépeins Hergé comme homosexuel.
      Le fait d’avoir des sentiments pour un autre homme ne fait pas de lui un homosexuel. S’il passait à l’acte on pourrait, tout au plus le qualifier de bisexuel, et encore.

      Elton John a été marié avec une femme pendant 4 ans, et je ne crois pas avoir jamais entendu dire qu’Elton John est hétéro, ni même bisexuel. Alors qu’un homme à femmes se voit qualifier d’homo pour de tendres sentiments envers un autre homme montre le deux poids deux mesures qui existent encore dans les consciences.

      Aujourd’hui il y a une expression amusante qui est "hétéro curieux".Hormis son caractère un peu faux-cul, ce serait une bonne définition pour Hergé.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 7 novembre 2012 à  04:00 :

        Aujourd’hui il y a une expression amusante qui est "hétéro curieux"

        Vous, vous écoutez la radio (et ses pubs) la nuit ! :)

        Répondre à ce message

    • Répondu le 6 novembre 2012 à  15:56 :

      il y a des hommes à femmes qui ont des aventures bisexuelles ou homosexuelles. C’est amusant cette hystérie qui veut absolument faire dire à Colonnier ce qu’il ne dit pas. Il parle d’une rencontre à un certain moment de deux hommes et de l’attirance qui est née à ce moment-là, pas d’un Hergé qui deviendrait subitement Aragonesque. Mais les nuances sont comme le non-dit, en voie de disparition. On préfénrence l’outrance, et la prête à tout ce qui nous entoure, sans réfléchir.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Damien C. le 6 novembre 2012 à  20:03 :

        Les nuances, c’est surtout un moyen facile de faire dire n’importe quoi à n’importe qui.

        "Je n’ai pas dit qu’il était homosexuel", "je n’ai pas nié ses mariages et liaisons hétérosexuelles", "je constate simplement qu’il avait rencontré un grand ami... un TRES grand ami... un TRES TRES grand ami...", "mais comme je ne décris et dessine les choses qu’avec des nuances et des non-dits équivoques, on ne peut m’accuser de dire qu’il était homosexuel. Tout au plus hétéro-curieux. En notant juste que sa prrrofonde amitié pour Tchang semblait quasi-sexuelle pour certaines mauvaises langues. Pour ma part, je ne cherche qu’à faire ressentir cet état ambiguë qui a envahi l’âme de ce dessinateur célèbre, tout comme j’aurais pu le faire pour n’importe quel personnage fictif. Sauf que, bien sûr, cela n’aurait pas eu le même poids... poids artistique, journalistique et historique, s’entend. Oui, les gens doivent absolument connaître les tourments quasi-sexuels qui agitaient le Grand Homme. Sans toutefois jamais troubler son image en aucune façon. Car personne parmi mes lecteurs n’aura de tendances homophobes qui dénatureraient mon propos. Et si tel était le cas, je n’en serais aucunement responsable et n’aurais cherché en aucun cas à nuire à qui que ce soit, pour la simple raison que je n’avais pas imaginé une seule seconde le barouf que ce petit livre ferait. Moi, je ne fais que relater des faits avérés, avec une orientation particulière, ce qui est le droit de tout créateur, dans un esprit documentaire qui va au-delà du simple journalisme de ragots."

        Voilà. Tout ce que je viens d’écrire n’est que nuances et inventions de ma part. J’ai juste essayé de me mettre à la place de l’auteur, sur la base de réalités incontestables que j’ai simplement orientées à ma guise.

        Tout en nuances...

        Répondre à ce message

  • Pfff, c’est un bon livre ou pas ? Bien dessiné, bien découpé, un bon rythme, un propos bien construit ? Après sa lecture, on a été transporté, on est en questionnement, on a passé un bon moment ?

    Répondre à ce message

  • Civitas, ce sont ceux qui ce week-end à Paris ont tabassé à coups de poings et de pieds des manifestantes féministes et Caroline Fourest. Des gens bien comme il faut quoi, courageux et ouverts...

    Répondre à ce message