Gracchus le chasseur - Par Martoz (trad. L. Caillat) - Actes Sud/l’AN 2

24 août 2019 0 commentaire

A tous points de vue, cet album est un tour de force, et une oeuvre avant-gardiste difficile. Adapté d’une nouvelle inachevée de Kafka, le récit évoque un chasseur blessé, persuadé de sa mort prochaine. Il se lance dans une quête surréaliste pour trouver un repos adéquat, et rencontre des personnages au langage et aux attitudes étranges.

Martoz, pas encore 30 ans, a déjà exposé un peu partout dans le monde, et a même reçu un prix dans son Italie natale en 2015. Son trait imposant, à l’énergie brute et sombre, est encore plus radical dans ce Gracchus, aux limites du cubisme et de l’art contemporain. L’auteur a probablement cherché le meilleur moyen de coller à l’univers onirique de Kafka et ses planches sont à ce titre plutôt cohérentes. Une radicalité qui se retrouve dans des couleurs limitées, appliquées en cycle de façon uniformes. Un coup de chapeau à la traductrice Lise Caillat qui propose un français déformé dans ses dialogues s’agissant des rencontres de Gracchus, se rapprochant, dans l’esprit, de la version originale.

DT

Gracchus le chasseur - Par Martoz (trad. L. Caillat) - Actes Sud/l'AN 2

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?