Hermann songe à réaliser un nouvel album de Bois-Maury, inséré dans les dix premiers tomes de la saga.

2 avril 2020 0 commentaire

Le Moyen Âge semble manquer à l’infatigable Hermann, dessinateur toujours aussi véloce qui, accroché à sa table à dessin, entame déjà la réalisation du 5e album de la série western Duke, alors que le prochain tome de la série Jeremiah, le 38e du nom, prévu pour septembre prochain en principe, est tout juste achevé ! Infatigable, le Grand Prix d’Angoulême ! C’est pas une pandémie à la sauce confinement qui va changer les habitudes de ce bourreau de travail, bougon mais attachant. 

Mais, nostalgie ? L’éternel misanthrope de la BD franco-belge surnommé affectueusement par Yves H., son scénariste de fils, "le sanglier" (Sanglier qui vient de singularis porcus, littéralement un cochon solitaire) aurait des démangeaisons dans le crayon à l’idée de dessiner à nouveau des châteaux-forts et autres armures moyenâgeuses.

Sur le site de Hermann , Yves H., celui qui se surnomme lui-même logiquement "le marcassin" annonce : « L’idée d’un nouveau Bois-Maury fait son chemin. Rien d’officiel encore, mais il [Hermann] y pense de plus en plus sérieusement. En revanche, il partirait plutôt sur un album qui s’insérerait dans la saga des Tours de Bois-Maury car le Moyen Âge lui manque. Je lui ai suggéré un "prequel" ou un "spin-off" pour ne pas mettre à mal la cohésion des dix tomes de la série, mais il n’a pas l’air totalement convaincu. Affaire à suivre... »

Quand on pose la question sur une possible histoire, suite directe du 10e épisode, le scénariste de Duke et de plusieurs albums de son Grand Prix du FIBD de père conclut : « Ce serait alors un "sequel", avec Olivier seul. Moi, je trouverais ça intéressant mais pas sûr que le sanglier ET l’éditeur aient la même vision des choses : un tome d’une série sans le personnage principal, ce serait osé. Non, en théorie, il voudrait intercaler une aventure au milieu de la série des 10 tomes. J’ai objecté qu’il serait dommage de toucher à une saga, en principe, terminée. Mais si l’idée plait à Glénat, pourquoi pas ? »

Hermann songe à réaliser un nouvel album de Bois-Maury, inséré dans les dix premiers tomes de la saga.
© Glénat / Hermann
© Glénat / Hermann

D’autant qu’Hermann utilise désormais un marqueur fin pour encrer ses planches en parallèle à sa mise en couleur directe sur la page, instrument qui semble lui donner une nouvelle jeunesse, avec le plaisir de réinvestir la forme,l e modelé au trait. Comme aux plus beaux jours de sa période "Rotring", ces stylos à pointe tubulaire qui façonnent un trait d’encre d’une épaisseur uniforme, souvent fine. Ce qui oblige à se concentrer sur les détails de ce qui est représenté, le contour juste, pour garder un certain poids aux choses, une crédibilité. Là où le délié de la plume ou du pinceau permet plus de se "cacher".

La série "Duke"
©Le Lombard / Yves H - Hermann

De toute évidence, après quelques années à se préoccuper avant tout de sa narration, Hermann retrouve le plaisir du dessin,pur.I ci en plus épuré, brut et lâché. Avant peut-être de retrouver pour de bon Aymar de Bois-Maury en tant qu’auteur complet ou scénarisé par le "marcassin".

L’occasion de se demander si les sangliers-et les marcassins-avaient une vie plus paisible au Moyen Âge que lors de la période gauloise ? Où pleuvaient baffes et banquets pas tout à fait végans ! 

PA

Pas moyen d’être tranquille, même au Moyen-Âge !
© Glénat / Hermann

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?