Hugues Barthe - L’Automne 79 - Nil Editions

4 mai 2013 0 commentaire Albums
Hugues Barthe - L'Automne 79 - Nil Editions
On se doute des raisons qui poussent la mère d’Hughes à porter ses lunettes de soleil en toutes saisons... Mais n’est-ce pas également une façon de fuir son quotidien, de s’isoler des autres et de la fatalité ?

Plonger dans ses souvenirs d’enfance pour raconter l’été et l’automne qui ont fait basculer sa vie, c’est le pari d’Hugues Barthe qui a publié un premier volet remarqué avec L’Été 69, et qui conclut son épopée graphique et psychologique avec L’Automne 69.

Le premier volet présentait Hugues à tout juste 14 ans. Avec ses deux frères et sa maman, sa tranquille vie de famille est pourtant en train de basculer dans la tragédie, car son père, plombier, passe désormais plus de temps au bistrot que sur ses chantiers. Il ne rentre plus déjeuner, plus dîner, et bat sa femme presque toutes les nuits. Un soir, à bout, la mère de Hugues demande à son fils… de tuer son père. Mais que peut-il faire, lui si malingre, face à un tel colosse ?

Cette seconde partie, qui vient de sortir, raconte la fin de l’été 1979 et l’automne. Hugues se renferme dans son monde, dessine, et découvre la vie avec sa tante Dominique, son oxygène, sa raison de vivre. Ce sont aussi les tentatives d’ouverture vers les autres, sa cousine, ainsi qu’une pseudo petite amie, mais peut-on réellement se livrer quand on a déjà tellement de mal à accepter ce qu’on a vécu ?

L’auteur maintient son style : un dessin sobre (voire sommaire), mais très efficace. En particulier, on salue la pression exercée par le père alors qu’il est toujours absent ou dans l’ombre des cases. Le découpage est également bien étudié afin de livrer au plus près les expériences de vie de l’auteur.

La dernière partie du roman graphique permet à Hugues Barthe de prendre une nouvelle fois du recul par rapport à lui-même. Il aborde la suite de sa vie après cet épisode pénible, les maladies de ses parents, et sa façon de l’appréhender, ainsi que son propre parcours personnel, toujours en relation avec l’objet du livre, et les difficultés qu’il a encore traversées pour ’accoucher’ du roman en question.

Au final, on bénéficie d’un témoignage poignant sur l’alcoolisme, les violences conjugales, et les difficultés rencontrées face au monde extérieur qui peut se voiler la face. Ceci est doublé d’une réflexion sur les autobiographies, un sujet rarement évident, mais qui profite ici d’un ton aussi maîtrisé que sincère.

CLD

D’Hugues Barthe, commander :
- L’Eté 79 chez Amazon ou à la FNAC
- L’Automne 79 chez Amazon ou à la FNAC

Visiter le site de l’éditeur

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.